Un grand "cloud computing" à la française voit le jour

 |   |  403  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BasicGov Flickr)
L'Etat, Orange, Dassault et Thales s'unissent dans le "cloud computing" au titre de la souveraineté nationale. Ce partenariat public-privé est destiné à fournir des services d'informatique à distance aux entreprises et aux administrations françaises. Ce marché est actuellement dominé par des groupes américains comme Google, Amazon, Microsoft.

Un grand "cloud computing" à la française va enfin voir le jour. Selon l'AFP, l'Etat a signé en fin de semaine dernière un protocole d'accord avec l'opérateur de téléphonie Orange, le groupe d'électronique Thales et l'éditeur de logiciels Dassault Systèmes, afin de mettre en place un consortium proposant des services sécurisés de "cloud computing" (informatique à distance) aux entreprises et aux administrations françaises.

Initié en 2009 dans le cadre du grand emprunt, et baptisé alors Andromède, ce projet de partenariat public-privé doit fournir des systèmes sécurisés pour l'hébergement des données numériques, via, notamment,  la création de grands "data centers" (centres de données).

Le protocole d'accord a été signé vendredi entre les quatre partenaires mais ne sera rendu public qu'une fois validé par les instances représentatives du personnel de chacune des entreprises signataires, à l'automne, selon l'AFP, qui cite deux sources proches du dossier.

"Le gouvernement ne commente pas ce dossier en cours d'instruction", a indiqué le ministère de l'Industrie, contacté par l'AFP. Egalement interrogée, la direction d'Orange a indiqué que le projet avançait "vite et bien" mais n'a pas souhaité confirmer la signature du protocole d'accord.

Fin mai, Orange, Thales et Dassault Systèmes avaient remis un dossier commun au gouvernement, en réponse à un appel à manifestation d'intérêt. Des modalités restent à préciser, en particulier au sujet du financement et de la gouvernance du consortium, d'après l'AFP.

Pour mémoire, dans le cadre du grand emprunt, le gouvernement a prévu une enveloppe globale de 4,25 milliards d'euros pour le développement de l'économie numérique. Une partie de ce montant (2,25 milliards) sera destinée à financer des initiatives de recherche et développement portant sur les "usages, services et contenus innovants": c'est sur cette enveloppe que le consortium cloud computing devrait puiser une partie de ses ressources. En janvier 2010, le Premier ministre François Fillon avait prôné l'émergence en France d'un système de cloud computing sécurisé, au nom de la "souveraineté", les grands acteurs du cloud computing étant américains (Google, Amazon, Microsoft, etc...).

Lundi, dans un courrier adressé au PDG d'Orange Stéphane Richard, le syndicat CFE-CGC/Unsa de l'entreprise a demandé à la direction de "préciser ses intentions stratégiques, ainsi que le périmètre et les modalités de ce projet".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2012 à 19:06 :
ils ferait mieux de régler les problémes de plantage permanent dû à la complexité des systémes
pas un logiciel systémes n'est fiable ni même sécurisé définitivement
toute l'informatique c'est de la grosse merde passoire
mettre des données c'est comme laisser sa maison ouverte aux voleurs !un jour tous ce systéme va planter sérieux et on reviendra à l'age de pierre à cause que plus rien n'est fabriqué sans avoir recours à cette saleté d'informatique passoire à virus et espion !c'est débile de tout mettre dans ces réseaux !
il faut des réseaux indépendant interne en France qui ne soit pas connecté au restant du monde !
voilà ce qu'il faut si c'est pour être espionné ça sert à rien !
a écrit le 16/08/2011 à 8:54 :
Et pourtant il ya des entreprises en France qui n'ont pas attendu l'Etat pour innover et avancer mais sur d'autres modeles financement par exemple OVH , free ...
Réponse de le 22/12/2011 à 11:10 :
En france on aime pas les entreprises, on aime pas l argent, ni le succes. On aime que la fausse innovation publique (tgv vendu a personne, rafale vendu a personne, minitel vendu a personne, ...) et les aides sociales !!!
a écrit le 14/08/2011 à 23:09 :
Tout ce petit monde a-t-il été conseillé par AT Kearney ou Mc Kinsey (les cabinets préférés de FT Orange, avec les stratégies et succès que nous connaissons) et va-t-il confier la réalisation du projet à Accenture (la maîtrise d'oeuvre de "Chorus", gouffre financier creusé par Bercy) ?
Histoire de faire du français à la française, c'est à dire sans vision et ambition propres (depuis les grands travaux de De Gaulle ou Pompidou)
Réponse de le 22/12/2011 à 11:05 :
Oui chorus est un scandale d autant que le siege monde d accenture est au bahamas et que le pognon de nos impots fil donc vers un paradis fiscal...
a écrit le 13/08/2011 à 7:16 :
Je crains le pire. Après avoir connu le MINITEL; c'est l'hégémonie à la "française"...
Réponse de le 13/08/2011 à 19:59 :
Un échec le Minitel ? Etes-vous sûr ? Relisez un peu d'histoire en anglais

http://www.ust.hk/~webiway/content/France/index.html

La haine de soi ça va un peu ...
Réponse de le 14/03/2012 à 12:25 :
Pourquoi les Français critiquent toujours leurs invention et savoir faire... c'est dingue moi au contraire j'aimerais que mon pays innove...ce n'est pas parce que l'internet a été un vrai succès qu'il faut dénigrer le savoir faire Français....
a écrit le 11/08/2011 à 17:52 :
Un nouveau genre de plan calcul?
a écrit le 09/08/2011 à 6:18 :
Yeahhh !!! La mode du retour au 80s ! Un nouveau plan Calcul ! Tiens, ils ont oublié Bull dans le caniveau cette foi. Ha, on me signale dans l'oreillette que Bull existe toujours. QUelqu'un a-t-il une idée de ce qu'ils font de nos jours ? des pinces a sucre ? des tire-bouchons ? :-)
a écrit le 06/08/2011 à 12:21 :
ouaip!....orange dassault thales l etat....
ca donne pas envie de laisser dans ce cloud ,
des trucs perso...
a écrit le 05/08/2011 à 18:36 :
orange apporte les données sur les gens, thalès l'expertise en sécurité, dassault les ingénieurs.
big brother ? on déplace vos données comme cela les services secret( mais eux on s'en fiche un peu) mais surtout pleins de firmes privées vont pouvoir éplucher les données des gens, tranquillement, c'est mieux que les chevaux de troie détéctés par les nouveaux antivirus russes( qui ne font pas business avec les américains et echelon).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :