La Tribune

Profits en hausse pour Oracle

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
AFP  |   -  255  mots
Le groupe informatique américain Oracle a publié mardi un bénéfice net en hausse de 18% à 2,50 milliards de dollars, dépassant les attentes, appuyé sur une hausse de 3% du chiffre d'affaires à 9,04 milliards de dollars, juste au-delà des attentes (9,02 milliards).

Le groupe informatique américain Oracle a publié mardi un bénéfice net en hausse de 18% à 2,50 milliards de dollars, dépassant les attentes, appuyé sur une hausse de 3% du chiffre d'affaires à 9,04 milliards de dollars, juste au-delà des attentes (9,02 milliards).

Rapporté au nombre d'actions et hors éléments exceptionnels, le bénéfice revient à 62 cents, alors que les analystes n'en attendaient que 56.

" Oracle est parti pour dégager les plus fortes marges d'exploitation de notre histoire cette année", a souligné la directrice financière Safra Catz, citée dans un communiqué.

" Oracle peut dégager ces marges record en tant qu'entreprise de logiciels et matériels intégrés, parce que nous nous concentrons sur des systèmes à forte marge où les matériels et les programmes sont conçus pour fonctionner ensemble", a-t-elle ajouté.

Les recettes liées aux logiciels ont progressé de 8% à 6,425 milliards de dollars, dont +7% pour les nouvelles licences d'utilisation, qui sont surveillées par les analystes pour jauger la santé de l'activité.

En revanche les recettes liées aux matériels, une activité développée par Oracle depuis l'acquisition de Sun Microsystems en 2010, ont reculé de 11% à 1,47 milliard de dollars.

Toutefois l'un des dirigeants d' Oracle , Mark Hurd, a vanté la performance des systèmes de matériels intégrés les plus performants, dont les ventes ont progressé de 139%, et les nouveaux produits en préparation pour le trimestre en cours.

L'action progressait de 3,32% à 31,10 dollars dans les échanges électroniques après la clôture de la Bourse à New York.

Réagir