La Tribune

Si, si, il y a des start-up françaises qui valent 600 millions de dollars

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr  |   -  336  mots
Le groupe américain Adobe a annoncé le rachat pour 460 millions d'euros de Neolane, une société française basée à Arcueil près de Paris qui édite des logiciels dédiés à la gestion de campagnes marketing. L'entreprise a enregistré une croissance de 40% en 2012 et compte de nombreux bureaux à l'étranger.

Cette fois, Arnaud Montebourg n'est pas monté au créneau? Le groupe américain Adobe va pourtant racheter une pépite française des hautes technologies. Il faut dire que le groupe américain va débourser 600 millions de dollars (459 millions d'euros) pour mettre la main sur Néolane, un éditeur de logiciels dédiés à la gestion de campagnes marketing et la communication client. "Neolane propose la seule technologie de marketing conversationnel qui permet aux entreprises de créer et optimiser des dialogues continus en one-to-one avec chaque individu", peut-on lire sur le site internet de la société.

+40% de chiffre d'affaires

Pour Adobe, Neolane est une société en pleine croissance. La société installée à Arcueil près de Paris, a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de 44 millions d'euros en hausse de 40% par rapport à son exercice précédent. Le fonds d'investissement Auriga qui détient plus de 20% du capital pourrait récupérer jusqu'à 33 fois sa mise de départ. Neolane emploie près de 300 personnes et compte parmi ses clients d'importantes multinationales comme Carrefour ou Samsung. Le groupe a ouvert des bureaux à Munich, Singapour, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Danemark.

A la recherche de complémentarités technologiques

"Nous étendons aujourd?hui notre expertise de l?univers du digital marketing avec l?arrivée de Neolane. Depuis la création d?une campagne jusqu?à son déploiement, son exécution et son optimisation, les technologies Adobe permettent de gérer l?intégralité du dispositif marketing?" explique Brad Bencher, le responsable du pôle marketing d?Adobe, dans un communiqué publié ce vendredi. Adobe cherche ainsi à renforcer l'intégration de ses produits dans les solutions proposées par l'éditeur de logiciels.

Ce n'est pas la première fois qu'une société américaine s'intéresse à une start-up française. Il y a quelques semaines, le groupe Yahoo! avait tenté de mettre la main sur DailyMotion. L'intervention du ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, avait empêché l'opération. 

 

Réagir

Commentaires

Hugo  a écrit le 02/07/2013 à 13:22 :

Ce que je ne comprends aps dans vos arguments, c'est que vous êtes contre les coiétés qui achète les boites françaises. Mais ceux qui revendent sont les patrons français ? N'auraient-ils pas leur part de responsabilité ? Plutôt que de se faire leader mondial dans un domaine et de monté leur société au top (comme l'a fait apple, microsoft, ... je ne cite que les plus connus). Une boite comme Neolane et bien loin de la faillite d'après ce qu'on peut lire.

Si vous pouvez m'expliquer votre point de vue la dessus ça serait sympa ?!

Le Sage  a répondu le 08/08/2013 à 15:25:

mon point de vue : avec l'immobilisme, les taxes et les impôts en France, combien de temps de travail, les créateurs de cette entreprise, auraient ils mis pour ''gagner'' ces 459M au travers de l'exploitation ? CQFD...

Pacodelaflor  a écrit le 29/06/2013 à 1:02 :

Eh oui ..les Américains eux ont du Flair , mais surtout ils Agissent et réagissent aussi vite !
Il y a des centaines de Start.ups Françaises hyper innovantes et qui sont au bord du gouffre, aprés tout les developpements et recherches terminés . Pas de support pour la véritable phase de marketing et celle de la commercialisation ?
de plus pas de possibilité de créations d'emplois non plus ...?
ceci devient de plus en plus démoralisant, sachant enfin que souvent elles ont été supportées et aidées par OSEO ....( oseobide x 1000 ??? ) mais à la fin pas de suivis ? pourquoi ?
Résultats : premières aides financières perdues et tout s'envolera Ailleurs dans des Groupes étrangers
c'est vraiment démoralisant de constater ce Gachis du savoir faire Français
et notre chômage qui augmente ici ?
chercher l'erreur messieurs les responsables !

OseoBIDE  a écrit le 28/06/2013 à 18:55 :

Dans la filière de Neolane, c'est à dire dans l'industrie marketing numerique, à Lyon il y a un bid monumental couvé par l'EM Lyon et dans lequel OseoBID a gaspillé des sommes faramineuses, ... celà s'appelle Geolid ... bidOseoEMlyon

Jeanne Hachette  a écrit le 28/06/2013 à 18:22 :

Arnaud tu dors, ta Zoe, ta Zoe va trop vite, Arnaud tu dors, ta Zoe , ta Zoe va trop fort!

Raymond  a écrit le 28/06/2013 à 17:51 :

Neolane une start-up... Que ne faut-il pas lire ?
Leader dans le domaine de l'ECRM, fondée en 2001, avec des clients comme la FNAC, Orange, Sony, Voyages SNCF depuis des années, et un CA de 60M? en 2012, enrichissons un peu notre vocabulaire.
Ce n'est pas parce que c'est une entreprise du domaine des nouvelles technologies que c'est une start-up...

Asimon  a écrit le 28/06/2013 à 15:37 :

Neolane n'intéresse pas les politiques : çà touche au commerce, qui est une chose vulgaire, puisqu'on ne l'apprend pas à l'Ena.
Daily Motion, par contre, touchait au large lobby des prébendaires du spectacle, de la culture, et de l'exception française en tout genre : on a sorti les flingues.

claude34  a répondu le 28/06/2013 à 17:30:

C'est pas faux ;)

JC  a écrit le 28/06/2013 à 15:19 :

En quoi Neolane est-elle une start-up ?!?

vcommevaseline  a écrit le 28/06/2013 à 14:49 :

Non, non... Très mauvaise analyse de La Tribune!!... Si cette boîte valait vraiment ce prix, elle n'aurait pas vendu, elle aurait continuer à croître!! Tout cela est purement virtuel.

Rappelons enfin, que les américains ont inventé le business IT et que dans ce domaine, la France est totalement insignifiante. Nous sommes incapables de peser sur ce marché car nous n'inventons plus rien depuis 25 ans, nous ne sommes que des revendeurs. pour s'en convaincre, il suffit de regarder le nombre de dépôt de brevets 2012 aux Etats-unis, en Chine ou en Allemagne...Nos entreprises ne font plus de R&D... Plus aucun pays ne fait appel à nous en matière info...depuis 10 ans, c'est d'ailleurs pour cela que tous les constructeurs ont plié les gaules depuis longtemps

Mais posez-vous cette simple question: une fois que tout sera vendu...on fera quoi?...
La tribune nous avait habitué à mieux

@vcommevaseline  a répondu le 28/06/2013 à 15:01:

Plutôt que de raconter n'importe quoi, renseignez vous, les chiffres existent. La R&D est bien présente en France, et en terme d'entreprises du numérique on est dans le haut du peloton Européen. Enfin vous soutenez que cette entreprise n'a rien inventé, n'a jamais innové, ne vaut rien, et pourtant Adobe a déboursé 600 millions d'euros. Est-ce Montebourg qui a forcé la main aux USA à votre avis ? Au final je pense que vous êtes simplement jaloux car vous-même n'avez jamais rien créé.

n'importe quoi  a répondu le 28/06/2013 à 15:34:

arrêtez de boire de la vaseline: vendre une boite qui marche, c'est normal et courant: les fondateurs peuvent vouloir valoriser toute ou partie de leur patrimoine, les fonds d'investissements veulent valoriser pour redistribuer à ceux qui ont investi dans ces fonds, la boite peut être trop petite pour atteindre certains marchés, elle peut avoir du mal à gérer sa croissance, etc. Ce sont les étrangers qui achètent et généralement des étrangers dont les dirigeants sont de vrais chefs d'entreprise et pas des énarques ou des polytechniciens qui ne comprennent que les tableaux excel ou les powerpoint et qui gèrent de la même manière une fabrique d'aspirateurs, un opérateur télécom ou une autoroute. Ces gens là ne doivent leur poste que par des réseaux de copains, jamais par un vrai parcours dans l'entreprise, entreprise dont ils ne comprennent généralement pas le métier (Stéphane Richard est un bon exemple: il semble que sa plus grande qualité soit de laisser dormir OBS. Ah si, il l'a rebaptisé 'Orange', ca c'est un vrai projet industriel :-) ). Le déficit avéré en France est dans la qualité du management des boîtes déjà établies, on ne trouve quasiment pas de vrais professionnels du métier de leur entreprise.

@n'importe quoi  a répondu le 28/06/2013 à 16:08:

Dommage que vous aussi racontiez n'importe quoi... Un classement mondial tout bête répertorie tous les PDG des 500 plus grandes entreprises mondiales, puis classe les universités en fonction de ce critère. Figurez-vous que plusieurs grandes écoles françaises sont dans le top 10 mondial (pas l'ENA je vous l'accorde), ce qui fait de la France le meilleur formateur de grands dirigeants. Mais peut être êtes vous meilleur juge que ces multinationales.

@ @n'importe quoi...  a répondu le 28/06/2013 à 17:21:

"Ce qui fait de la France le meilleur formateur gnagnagna". Non mais n'importe quoi ! Qu'est ce qu'il ne faut pas lire. Comptez aussi le nombre de dirigeants qui débarquent à la tête d'une boîte qui marche, parce qu'ils sont potes, et coulent la boîte. Nos écoles sont bonnes, mais n'exagérez rien.

sherpa  a répondu le 28/06/2013 à 17:29:

@vcommevaseline : si il on fait un chèque de 600 millions, c'est pas du virtuel ..est ce que ça les vaut ? personne n'en est sur, à commencer par Adobe. quand à croitre uniquement en interne, ça n?est pas toujours possible, ni souhaité : les fondateurs préfèrent surement encaisser aujourd?hui beaucoup de sous et continuer à developper la boite, plus que de continuer tout seul au risque de tout perdre...sachant qu'a un moment, si on veut veut échanger de la "valeur", virtuelle, contre des sous depensables, il faut bien vendre..

Observateur  a écrit le 28/06/2013 à 13:51 :

Comme d habitude les entreprises françaises de haute technologie sont achetées par les étrangers (surtout américains) dès qu elles commencent à se développer ...
A propos que fait le FSI ?

Asimon  a répondu le 28/06/2013 à 15:47:

Que fait le FSI? Ce qu'il peut, vraisemblablement. Espérons qu'il ne finance pas des sociétés françaises qui rachètent des affaires américaines obsolètes