Cybercriminalité : la France de retour dans le Top 10

 |   |  536  mots
Les cyberattaques ont fortement augmenté en France en 2015, notamment les rançongiciels.
Les cyberattaques ont fortement augmenté en France en 2015, notamment les rançongiciels. (Crédits : CC0 Public Domain)
Selon l'étude de Symantec, la France est passée de la 14e à la 9e place des pays où la cybercriminalité est la plus forte. Elle entre même dans le top 5 pour ce qui concerne les "rançongiciels", en très forte augmentation en 2015.

La France a fait son retour en 2015 dans le top 10 des pays où la cybercriminalité est la plus active, selon le rapport annuel de la société américaine de sécurité informatique Symantec, publié mardi. L'Hexagone est passé en un an de la 14e à la 9e place d'un classement qui reste dominé par le même podium, avec la Chine, les Etats-Unis et l'Inde.

Sortie du Top 10 avec l'arrivée des pays émergents

"La France était sortie du top 10 pendant quelques années du fait de l'arrivée des pays émergents notamment, son retour est donc une surprise, mais il s'explique tant du fait de la qualité des infrastructures que par le fait qu'il s'agisse d'une économie mature", a analysé Laurent Heslault, directeur des stratégies de sécurité de Symantec, interrogé par l'AFP.

Une remontée en particulier due à une nouvelle hausse des "rançongiciels", programmes qui chiffrent et qui bloquent les fichiers contenus sur un ordinateur avant de demander une rançon en échange d'un code permettant de les débloquer. Ces "ransomwares", comme ils sont appelés en anglais, ont présenté plus de 391.000 attaques en France en 2015, soit 2,6 fois plus qu'un an plus tôt, selon les chiffres publiés par l'entreprise.

"On va privilégier des pays avec des débits très élevés pour attaquer des pays qui ont un débit moins élevé. Les attaques en déni de service sont facilitées avec la fibre. Pour les 'rançongiciels', ce qui entre en ligne de compte c'est la capacité de payer des personnes ciblées, qui pousse à agir dans des pays riches", a détaillé M. Heslault.

Outre la France, les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l'Allemagne sont les autres pays principalement concernés par ce type de délinquance numérique.

"Quand une technique fonctionne, ça se sait très vite dans le milieu et les attaques sont recopiées. Certains revendent parfois l'outil avec même des contrats de support classiques. On voit les 'rançongiciels' se développer désormais sur Android (le système d'exploitation mobile de Google, NDLR) et même sur des montres connectées", a ajouté Laurent Heslault.

Les réseaux sociaux dans la ligne de mire des pirates

Les arnaques sur les réseaux sociaux ont également fortement augmenté durant l'année écoulée, un domaine où la France se classe 2e en Europe et 4e au niveau mondial, avec pas moins de 300.000 arnaques détectées.

"Sur les réseaux sociaux, on constate que le vecteur d'infection reste l'utilisateur lui-même. A plus de 70%, les arnaques sont véhiculées par l'utilisateur, le plus souvent de manière involontaire. Ça tourne autour de la curiosité le plus souvent et on se retrouve à télécharger soi-même un logiciel malveillant", a précisé Laurent Heslault.

Au niveau mondial, les vulnérabilités "zero-day",  c'est-à-dire utilisant des failles non détectées jusque-là dans un logiciel, ont été multipliées par deux par rapport à 2014 pour atteindre un nombre record de 54 découvertes. Le nombre de programmes malveillants découverts a également fortement progressé pour atteindre les 430 millions de variantes inédites découvertes en 2015.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :