Des hackers russes piratent un fournisseur américain d'électricité

 |   |  377  mots
(Crédits : KACPER PEMPEL)
L'affaire alimente la hantise de pirates liés aux autorités russes

Des hackers russes ont piraté un ordinateur d'un fournisseur d'électricité de l'Est américain, une cyber-attaque sans conséquence sur les opérations de cette entreprise mais qui a pu révéler les "vulnérabilités" du réseau électrique des Etats-Unis, a rapporté vendredi le Washington Post.

"Un code associé à l'opération de piratage informatique baptisée Grizzly Steppe par l'administration Obama a été détecté à l'intérieur du système d'un fournisseur d'électricité du Vermont", écrit le quotidien sur son site internet, sans indiquer de date et en citant des sources anonymes.

Le journal précise que ce si code "n'a pas été activement utilisé pour perturber les opérations du fournisseur (...), la découverte souligne les vulnérabilités du réseau électrique national".

La hantise de pirates liés aux autorités russes

"Et cela attise les craintes au sein du gouvernement américain que les pirates informatiques du gouvernement russe tentent activement de pénétrer dans le réseau pour perpétrer d'éventuelles attaques" informatiques, ajoute le Washington Post.

Les autorités américaines ignorent à ce stade quelles étaient les intentions des Russes, poursuit le journal, supputant qu'ils pourraient avoir tenté de porter atteinte aux activités du fournisseur, Burlington Electric. L'entreprise, toujours citée par le quotidien, a affirmé avoir détecté le virus informatique sur "un ordinateur qui n'était pas connecté aux réseaux de l'organisation" et l'avoir "isolé".

Les pirates russes auraient envoyé des emails pour piéger les destinataires, leur faisant révéler leurs mots de passe. "Il s'agit (de pirates informatiques) qui tentent d'avoir accès à des fournisseurs pour pouvoir potentiellement manipuler le réseau électrique et le couper au beau milieu de l'hiver", a déploré dans un communiqué le sénateur démocrate du Vermont, Patrick Leahy. "C'est une menace directe pour le Vermont et on ne la prend pas à la légère", a-t-il fulminé.

80.000 ukrainiens plongés dans le noir après une cyber attaque

En décembre 2016, 80.000 habitants de l'ouest de l'Ukraine avaient été plongés plusieurs heures dans le noir à la suite d'une cyber-attaque d'une ampleur inédite. Les Russes avaient été désignés comme en étant les auteurs, ce qu'ils avaient nié.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2017 à 19:55 :
@BONSOIR : LE CERVAU DE HOLLANDE A T IL ETE PIRATE PAR LES HACKERS RUSSES , VOUS LE SAUREZ AU PROCHAIN EPISODE LA TERREUR DE HACKERS RUSSES ........
a écrit le 02/01/2017 à 14:24 :
Comment sait-on que ce sont des Russes ?
On est dans l'affirmation péremptoire. Ou dans le story telling. C'est à dire dans la propagande. Voire l'agit-prop : c'est l'Ouest qui est soviétique, maintenant.
a écrit le 02/01/2017 à 14:19 :
Schéma du Département américain de la sécurité qui détaille le fonctionnement des cyber attaques russes. | NCCIC/FBI Qui sont ces hackers ? Le rapport publie aussi une liste d’adresses de protocoles internet de fichiers informatiques, de code malveillant et autres « signatures » électroniques que les pirates russes ont utilisé. Selon un fonctionnaire américain, cité par le New York Times, cette publication a « pour but d’embarrasser et de bloquer le gouvernement russe en rendant publique ses tactiques, techniques et procédures au grand public ». C’est-à-dire, les internautes du monde entier. On y apprend, notamment, à distinguer les différents groupes de hackers qui travailleraient directement pour Moscou. Le groupe Advanced Persistent Threat 28, ou APT 28, également connu sous l’alias Fancy Bear serait actif depuis 2008 et directement lié au GRU, le renseignement militaire russe. Ils sont soupçonnés d’être derrière le piratage de l’Agence mondiale antidopage, celui de la télévision internationale française TV5 Monde, en 2015, et celui du siège de l’OSCE, à Vienne le 28 décembre dernier. Le groupe APT 29, connu sous le nom Cozy Bear serait lié au service secret FSB (le principal successeur du KGB).Enfin, le groupe Guccifer 2.0, qui avait revendiqué le piratage du parti démocrate et affirmait être un hacker roumain, serait en fait un alias rassemblant les deux groupes de pirates russes. En cette année 2017 qui s’annonce agitée, avec des élections en France et en Allemagne, ce rapport se diffuse à vitesse grand V, sur la toile mondiale.
a écrit le 02/01/2017 à 13:21 :
La Russie de Poutine est bien à l'origine du terrorisme comme le rappelle l'histoire : http://www.parismatch.com/Actu/International/Poutine-la-revanche-du-tsar-1153634
a écrit le 02/01/2017 à 10:40 :
Ah désolé mais vu votre photographie il est évident que c'est Hulk le responsable !
a écrit le 02/01/2017 à 10:27 :
Encore une " fake news " sur la Russie. Cette fois c'est le Washington Post qui en est l'auteur, info vite reprise par l'AFP. L'agence de presse suisse Romandie a donné la clé de l'affaire ( et une leçon de professionnalisme) : le fournisseur d’électricité américain concerné, Burlington Electric, après vérification, a retrouvé un logiciel espion sur un seul ordinateur portable, Non connecté au réseau. L'AFP (Grégoire Lemarchand) a dû corriger, mais sans s'excuser.
" L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète " .....
a écrit le 01/01/2017 à 19:59 :
Vraiment ? Une cyber attaque ? On doit donc conclure que les ordinateurs qui contrôlent le réseau électrique sont connectés à internet... ce qui serait totalement stupide...
a écrit le 01/01/2017 à 19:28 :
Ce qu'il faut trouver sympa est que les pirates laissent la photocopie de leurs papiers d'identité avec le virus. Histoire que l'on sache tout de même qu'ils sont Russes... Les "victimes" ne doivent pas avoir fréquenté de vrais pirates. Voire, même, s'y connaitre en info... Amusant cette période de propagande style guerre froide.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :