Etats-Unis : une intelligence artificielle pour mieux détecter les cancers de la peau

 |   |  632  mots
Entre deux et trois millions de personnes seraient concernées par des cancers de la peau dans le monde.
Entre deux et trois millions de personnes seraient concernées par des cancers de la peau dans le monde. (Crédits : Matt Young/Stanford University)
Des chercheurs ont mis au point une technologie capable de diagnostiquer et classifier des cancers de la peau. L'enjeu est de pouvoir adapter cet outil au smartphone pour permettre à chacun de mieux détecter ce type de maladie. Rien qu'en France, 80.000 personnes seraient concernées par des cancers cutanés.

L'intelligence artificielle (IA) s'attaque aux cancers de la peau. Une équipe de scientifiques de l'université de Stanford a développé une technologie utilisant l'intelligence artificielle pour mieux détecter les cancers cutanés. Publiée le 25 janvier dans la revue scientifique Nature, l'étude des chercheurs indique que cet outil devrait permettre de classer les cancers avec autant de réussite que des médecins.

"Nous espérons que ce soit un premier pas vers une détection précoce" a indiqué dans les colonnes du Guardian Andre Esteva, doctorant en ingénierie électrique à l'université californienne et co-auteur de l'étude. Et l'enjeu est de taille au vu du nombre de personnes touchées par cette maladie. Les cancers de la peau concernent entre deux et trois millions de personnes selon des chiffres alarmants de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Rien qu'en France, 80.000 cancers cutanés sont diagnostiqués tous les ans dont 10 % sont des mélanomes cutanés. Ces derniers sont plus rares mais ils peuvent engendrer des cellules cancéreuses ou métastases.

>> Lire aussi : L'intelligence artificielle remplace-t-elle votre médecin ?

L'intelligence artificielle au centre du diagnostic

L'approche des chercheurs s'appuie sur la technologie d'un algorithme de deep-learning (*) développé par Google. L'outil a dû mémoriser plus de 129.000 images cliniques de lésions cutanées comprenant différents types de maladies. Chaque lésion est clairement identifiée et nommée sur les images. La technologie peut ainsi apprendre à établir des points communs entre certaines maladies à partir de ces images mais peut aussi apprendre à faire des différences entre les lésions.

Une fois que ce processus est terminé, l'équipe a testé les capacités du système à classifier les cancers de la peau en lui présentant 2.000 images de lésions cutanées. Sur ce corpus, 400 images ont été sélectionnées pour comparer les diagnostics de l'algorithme et ceux de 21 dermatologues. Et en croisant les analyses des dermatologues et celles de l'IA, il apparaît que l'algorithme est capable de fournir des diagnostics aussi bons, voire meilleurs que les professionnels de santé.

>> Lire aussi : Après le jeu de go, l'IA de Google veut aider à traiter les cancers

Un développement pour smartphone

Bien que cet algorithme existe sur ordinateur traditionnel, l'équipe de chercheurs souhaite développer l'outil sur smartphone dans un futur proche. L'idée est de permettre à chacun de diagnostiquer ces cancers à moindre frais. Les scientifiques pensent que l'adaptation de cet algorithme au format mobile devrait être relativement facile mais des tests dans un environnement clinique sont nécessaires.

" Tout le monde pourra avoir un super-ordinateur dans la poche avec de nombreux capteurs, comprenant un appareil photo. Et si nous pouvions utiliser cet écran pour visualiser des cancers de la peau ? Ou d'autres maladies ?"

Quant aux inquiétudes des dermatologues relatives à leur emploi, les chercheurs de Stanford se veulent rassurants. " Le but n'est absolument pas de remplacer les médecins ou leurs diagnostics" a expliqué Esteva. "Les classifications assistées par ordinateur [...] pourraient aider les dermatologues afin de faire de meilleurs diagnostics [...] et permettre un meilleur traitement pour leurs patients". Par ailleurs, l'université de Stanford précise "qu'un processus rigoureux de validation de l'algorithme est nécessaire avant d'être employé dans un cadre hospitalier, par les praticiens et les patients."

>> Lire aussi : Royaume-Uni : une intelligence artificielle pour mieux détecter les maladies cardiaques

(*) Deep-learning : c'est la capacité d'un ordinateur à reconnaître des représentations (images, textes, vidéos, sons) à force de les lui montrer de très nombreuses fois. Le Deep Learning, qui fait appel à la fois aux connaissances en neurosciences, aux mathématiques et aux progrès technologiques, est aujourd'hui plébiscité comme une véritable révolution dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2017 à 7:48 :
American Gadget Society and business association
a écrit le 28/01/2017 à 0:59 :
Certes, pour un cowboy, un ordinateur est toujours largement plus intelligent que lui.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :