La Tribune

Les robots sculpteurs débarquent avec des prix défiant tout concurrence

DR
DR (Crédits : dr)
Laurent Pericone  |   -  410  mots
La société française Sculpteo propose désormais un service de reproduction 3D grand public. Pour 60 euros l'unité, ses machines sculptent une statuette en s'appuyant sur deux photographies.

Fabriquer des pièces à la demande, rapidement et à un coût raisonnable, c'est désormais possible. L'impression en relief permet la production d'un objet réel à partir d'un fichier numérique 3D. Ces données sont transmises à une machine de façonnage dont la technologie est issue des travaux du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Un bras mobile dépose une poudre qui est solidifiée par couche successives de 1/10e de millimètre d'épaisseur jusqu'à former la pièce complète. Simultanément, des buses de jet d'encre déposent les couleurs.

Une figurine de 7 centimètres à son image

Sculpteo a été fondé en 2009 par trois ingénieurs issus du monde des télécoms sur le constat que cette technologie est désormais abordable pour une petite entreprise. Son offre est simple : s'adresser au grand public et aux professionnels via un portail Internet pour télécharger les fichiers, les faire fabriquer et les recevoir par colis. "Nos ingénieurs ont effectué un gros travail pour proposer sur le site une interface simple permettant rapidement au client de valider sa maquette numérique et d'obtenir un devis en temps réel. Un logiciel va automatiquement corriger les défauts de conception avant la production", explique Clément Moreau, directeur général de Sculpteo. L'offre grand public permet par exemple de fabriquer une figurine de 7 cm à son image en fournissant simplement deux photos de son visage pour environ 60 euros.

Simple comme un coup de fil

"L'originalité de notre service est d'accepter des documents d'origine diverse, alors qu'un atelier de prototypage classique n'acceptera que des objets conçus avec des logiciels professionnels de CAO", poursuit Clément Moreau. L'entreprise emploie 9 salariés et prévoit de réaliser l'an prochain un chiffre d'affaires d'1 million d'euros. Un investissement de 400.000 euros a permis de s'équiper de deux machines de technologies différentes : l'impression couleur par projection de poudre pour les objets les plus courants et le frittage laser (du plastique sculptée par un laser) pour des pièces plus pointues. Hormis les modélistes amateurs et les fans de figurines, ce service en ligne permet un prototypage rapide pour les professionnels comme les architectes (maquette de bâtiment), les joailliers (prototypes de bijoux) ou les laboratoires de recherche (le CNRS utilise ces pièces pour des essais en soufflerie)... Les prochains développements de Sculpteo devraient permettre de transmettre depuis un smartphone la photo d'un objet à reproduire.

Réagir

Commentaires

yoyo@yahoo.fr  a écrit le 06/12/2010 à 0:56 :

ce n'est pas nouveau ... encore une fois la france est en retard et le plus important c'est celui qui fabrique non pas la sculpture mais la machine CQFD

sauros  a écrit le 05/12/2010 à 13:16 :

Si le côut du travail ne diminue pas en France il en sera de même pour toute activité. Bravo les syndicats

kelgronul  a répondu le 05/12/2010 à 18:10:

plutot la faute de patron de pme qui se gave à son échelle

Seb  a répondu le 06/12/2010 à 15:35:

...qui prend tous les risques en utilisant ses économies, qui travaille comme un fou et qui créée votre emploi.

Tzeensh  a répondu le 18/08/2011 à 9:59:

Non mais laissons le revolutionnaire dans sa bêtise, il s'y sent comme dans un petit nid douillet.

Dada  a écrit le 05/12/2010 à 9:02 :

Ces machines vont peut etre apprendre à certains sculpteurs très cotés a faire de la sculpture.
Il faudrait inventer une aussi pour la peinture!!!

kelgronul  a répondu le 05/12/2010 à 18:12:

... et à publier qu'une seule fois son Post

Dada  a écrit le 05/12/2010 à 8:59 :

Ces machines vont peut etre apprendre à certains sculpteurs très cotés à faire de la sculpture.