Lendopolis : quand les particuliers deviennent les "banques" des PME

 |   |  481  mots
Avec cette plateforme de crowdfunding dédiée aux TPE/PME, les internautes deviennent de vrais investisseurs et non pas des donateurs.
Avec cette plateforme de crowdfunding dédiée aux TPE/PME, les internautes deviennent de vrais investisseurs et non pas des donateurs. (Crédits : Capture d'écran www.lendopolis.com)
Cette fois, il est question d'investir, non plus de donner. Les créateurs de la plateforme de crowdfunding KissKissbankbank lancent, ce jeudi, Lendopolis, un site qui permettra aux TPE et PME jugées fiables d'emprunter de l'argent à des particuliers. Ces derniers bénéficieront de taux d'intérêt de 4 à 10%.

Un moyen pour les petites entreprises de se financer sans difficulté? Jeudi 9 octobre, les créateurs de la plateforme de financement participatif KissKissBankBank viennent de lancer officiellement Lendopolis, un site de financement participatif destiné aux PME et TPE de tous les secteurs d'activité.

  • Des projets de développement de 10.000 à 1 million d'euros

Comme pour KissKissBanBank ou Kickstarter, les entreprises peuvent soumettre "un projet de développement" aux internautes sur le site Lendopolis.fr, et ce, pendant 35 jours. Elles tenteront de recueillir 10.000 à 1 million d'euros auprès des internautes qui pourront investir de 20 euros à 1.000 euros par TPE/PME.

  • PME en difficulté s'abstenir

Lendopolis s'est associé à l'ordre des experts-comptables. Lorsque les TPE et PME se seront inscrites sur le site (à partir de jeudi 9 octobre) après avoir renseigné leur Siren (code d'identification), des experts-comptables rempliront une fiche d'informations financières en consultant les bilans et les prévisions de ces sociétés, puis délivreront une attestation d'évaluation de leur état de santé. Ensuite, l'équipe de Lendopolis récupèrera le dossier et soumettra -ou non- les projets aux internautes.

Ainsi, les entreprises doivent avoir "deux ans d'existence" et les reins solides pour pouvoir soumettre une initiative. Le message est clair: Lendopolis n'a pas l'intention de "se transformer en réceptacle de PME qui sont au fond du trou et qui viendraient résoudre des problèmes de trésorerie sur la plateforme, souligne Vincent Ricordeau. Ce ne sont pas des sociétés en mesure de rembourser les investisseurs".

  • Des investissements forcément risqués

À la différence des plateformes de crowdfunding classiques, les internautes deviennent de vrais investisseurs et non plus des donateurs. Les taux d'intérêt de 4 à10% qui leur sont proposés sont "largement au-dessus du marché", juge le cofondateur de KissKissBankBank. Ils varient selon le risque que représente l'entreprise, notée de A à C par Lendopolis. Ainsi, plus l'investissement est risqué, plus l'internaute peut gagner; mais plus augmente également le risque de tout perdre - si l'entreprise fait faillite.

  • Des projets de développement de toutes sortes

Un projet de développement d'une entreprise n'est pas forcément un nouveau produit ou une nouvelle activité, comme l'explique Vincent Ricordeau, cofondateur de KissKissBankBank à l'origine de ce projet:

"C'est tout ce qui peut aider une entreprise à se développer. Cela peut aller d'une acquisition de matériel à l'installation d'une nouvelle filiale en passant par un plan de communication."

  • Une commission pour Lendopolis

Quand l'objectif de collecte d'une PME/TPE est atteint sur Lendopolis, les gérants du site prélèvent une commission de 3 à 4% sur les montants recueillis. Un système déjà en vigueur sur la platerforme KissKissBankBank.

  • Le conseil: ne pas se focaliser sur une seule entreprise

Vincent Ricordeau compte prôner la diversification des investissements: "Nous pousserons les particuliers à financer plusieurs entreprises plutôt qu'une seule. Ils courront moins le risque de tout perdre ainsi."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2014 à 16:59 :
Vive le crédit revolving entreprise, avec des intérêts pareils l'entreprise n'a qu'une solution : couler !!!!!! par contre le site aura pris 3% au passage. Les pigeons comptez vous elle est pas belle la vie!!!!!!
a écrit le 09/10/2014 à 15:53 :
Le seul gagnant de l'histoire sera l'état, il touchera presque 50% des intérêts (si comme la plupart des investisseurs potentiels vous êtes dans la tranche IR des 30%) ... En cas de faillite, les pertes seront pour vous par contre, super plan !
a écrit le 09/10/2014 à 13:55 :
Soyons sérieux, il y a des milliers de règles auxquelles les vraies banques doivent se plier, je ne comprends pas pourquoi on va chercher des particuliers pour financer l'économie, sans contraintes et sans protection pour les gogos qui prêtent leur argent. Réveillez-vous on n'est pas sur le plateau du Larzac ou à la Fête de l'Huma.
Prêter, c'est un boulot sérieux qui demande des professionnels. Il y aura certainement de gros scandales dans les années à venir si ça continue.
a écrit le 29/09/2014 à 12:40 :
Cela existe déjà (Unilend). Grosse arnaque à rentabilité nulle. Beaucoup de site Internet explique la très faible rentabilité réelle. C'est un peu le casino...Mais libre à chacun de croire que 100% des gagnants ont joué.
Réponse de le 06/02/2015 à 8:52 :
libre a chacun de choisir par qui se faire voler mais unilend leur laisse le choix je croit que le site n'y est pour rien et en diversifiant les projets cela peu devenir plutot rentabletout comme unipolis.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :