Cicret, le bracelet qui veut transformer le bras en smartphone

 |   |  598  mots
La vidéo de démonstration du bracelet Cicret pousse la provocation jusqu'à montrer un utilisateur en situation, sortant son bras de l'eau.
La vidéo de démonstration du bracelet Cicret pousse la provocation jusqu'à montrer un utilisateur en situation, sortant son bras de l'eau. (Crédits : Cicret.com)
Ce bracelet connecté, qui projette un écran sur l'avant-bras de l'utilisateur, fait réagir les internautes qui sont appelés à le financer. Mais ce projet ambitieux, mené par des Français, pourrait n'être qu'un buzz marketing bien ficelé.

Malgré son nom, l'idée de Cicret Bracelet (prononcé comme "secret" en anglais) n'est pas passée inaperçue. Suivant la mode de la dématérialisation des objets du quotidien, les fondateurs parisiens de la société Cicret voudraient bien que leur bracelet prenne la succession des smartphones et tablettes, par un procédé qui a tout de la science-fiction.

Un "bracelet-phone"

Muni de huit capteurs de proximité, d'un "pico-projecteur"  ainsi que de son propre processeur et d'un système, le Cicret Bracelet projette directement un écran de smartphone sur la peau. Écran avec lequel il serait possible d'interagir pour effectuer toutes sortes de tâches aujourd'hui accomplies par tablettes et smartphones. Le slogan du bracelet - "Faites tout ce que vous voulez sur votre bras" - annonce en tout cas la couleur.

La société Cicret, qui assume clairement le caractère futuriste de son produit encore au stade de prototype, vient en tout cas garnir d'un nouveau membre la grande famille des projets de bracelets connectés aux ambitions démesurées ou tout simplement farfelues.

  >> Voir aussi : Bracelet connecté : votre nouveau "capitaine de soirée" ?

Un simple buzz marketing ?

La vidéo du Cicret Bracelet a déjà été vue plus de 2,1 millions de fois sur Youtube en un peu plus d'un mois. Mais la popularité de l'idée ne suffit pas à rendre le projet viable. Selon le site web de Cicret, l'équipe a besoin de réunir près d'un million d'euros pour simplement finir le prototype. Un objectif très ambitieux, qu'il n'a atteint qu'à 14% avec plus de 2.000 donateurs, et que seuls quelques produits d'exception ont pu dépasser sur les plateformes de financement participatif, comme le boîtier connecté anti-cloud Lima, primé plusieurs fois au Consumer Electronics Show de New York, et qui avait levé 1,2 million d'euros sur Kickstarter. La campagne de crowdfunding menée par Cicret a d'ailleurs décidé de s'affranchir des plateformes usuelles (Kickstarter, Indiegogo etc.) en étant réalisée directement sur son site internet.

Malgré les avertissements affichés en grand sur la page d'accueil du site ("Nous travaillons encore sur notre prototype et n'avons encore lancé aucune pré-commande ou commande du Cicret Bracelet. Donc ne croyez aucun site web le vendant déjà"), ce parti pris rend les internautes suspicieux. Certains commentaires, sur l'article concernant le bracelet sur spi0n, flairent une arnaque ou un simple buzz marketing ...

Un projet peut en cacher un autre ...

D'autres préfèrent souligner les faiblesses "évidentes" du bracelet tel qu'il est présenté à leurs yeux : l'énergie consommée par le pico-projecteur trop importante pour la batterie, la précision nécessaire des capteurs, les problèmes posés en fonction des teintes de peau etc...

Une explication plus réaliste serait que le bracelet soit un camouflet pour permettre de financer un autre projet : l'application Cicret. Annoncée réalisable dès 300.000 euros levés, cette "solution pour chatter, partager et échanger de manière sécurisée sans traçabilité possible", telle qu'elle est présentée sur le site de Cicret, dépend de la même campagne de crowdfunding. Si elle est présentée associée au bracelet, cette application a un usage indépendant et tout à fait différent du bracelet. L'échec d'une précédente campagne de crowdfunding menée sur Indiegogo uniquement pour l'application, qui n'avait collecté que 15 dollars en deux mois (entre le 9 septembre et le 8 novembre 2014), tend à confirmer cette explication.

Le Cicret Bracelet serait ainsi voué à mourir dans l'œuf. À dessein ? Affaire à suivre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2014 à 16:45 :
Bonjour,
En terme d’ergonomie c'est moyen car la fatigue induite par la posture du poignet sera à terme fatigante et génératrice de lésions puis de maladies chroniques.
Pour le reste, la projection sur la peau sera toujours moins lisible qu'un écran et quid des différentes carnations de peau ? Par contre si ce n'est que pour les mails, les sms/mms et quelques fonctionnalité de type casual pourquoi pas ? Mais il y a déja les montres connectées pour cela ... . Gadget sans intérêt à moins qu'un écran flexible soit intégré sur le haut de l'avant bras pour de la visio.
Réponse de le 18/12/2014 à 10:48 :
Bravo à la Tribune, un des très rares sites d'information qui a flairé l'arnaque derrière ce bracelet imaginaire. Les autres se contentant de relayer sans le moindre esprit critique.
Réponse de le 18/04/2015 à 23:26 :
Quand nous utilisons notre telephone , y a t'il un problème ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :