CES 2016 : l’automobile, nouvelle star de la high tech

 |   |  1022  mots
Géants du net et constructeurs automobiles rivalisent d'inventivité pour se positionner sur le secteur porteur de la voiture connectée. Ici la Google Car.
Géants du net et constructeurs automobiles rivalisent d'inventivité pour se positionner sur le secteur porteur de la voiture connectée. Ici la Google Car. (Crédits : Google)
Les voitures connectées, autonomes et électriques seront les véritables stars du plus grand salon mondial de l’électronique grand public, le CES, qui se tient à Las Vegas à partir de mercredi. Constructeurs et géants du net y feront des annonces majeures, confirmant que c’est bien par la technologie que le secteur de l’automobile s’apprête à vivre sa révolution.

Traditionnellement, le Consumer Electronics Show (CES), qui se tient tous les ans à Las Vegas début janvier, représente une rampe de lancement formidable pour les nouveaux produits des marques de l'électronique grand public (informatique, électronique, domotique...). Ce salon, le premier de l'année et le plus important car révélateur des grandes tendances à venir, se distingue par l'éclosion de tout un tas d'objets et de services innovants, parfois insolites et dispensables, parfois géniaux. Certains, à l'image drones Parrot ou des objets connectés Netatmo et Withings, trouveront ensuite le succès. D'autres retomberont dans l'oubli.

Cette année, la donne est un peu différente. Bien sûr, la présence de centaines de startups issues des quatre coins de la planète, dont une délégation française particulièrement fournie, offrira sans nul doute son lot de pépites, notamment dans les objets connectés. Mais un autre secteur, toujours présent au CES mais peu habitué à prendre la lumière, pourrait cette fois leur voler la vedette : l'automobile.

Tesla challengé dans la voiture électrique

Il faut dire que l'industrie automobile semble fin prête pour accélérer sa révolution numérique et énergétique. Ainsi, c'est au CES du 6 au 9 janvier prochains, et non au mythique Salon de l'automobile de Detroit, qui se tiendra à la fin du mois, que Ford, BMW, Mercedes, Audi ou encore Volkswagen s'apprêtent à révéler quelques innovations majeures. Un indice qui en dit long sur la nature de la révolution à l'œuvre dans l'automobile. Désormais, il s'agit moins "d'améliorer sans cesse les performances des voitures que de mieux les connecter à leur environnement", comme l'indique une étude de décembre 2015 du cabinet Strategy& sur le marché automobile.

Plusieurs prototypes de véhicules innovants sont attendus au CES dans les prochains jours. Du côté des véhicules électriques, General Motors et Volkswagen vont dévoiler leur propre alternative à Tesla, tandis qu'un nouveau venu, le chinois Fadaray Future, se lancera dans la course. GM présentera Chevy Bolt, qui s'affirme comme l'une des premières voitures électriques abordables pour le grand-public et capable de rouler sur plus de 300 kilomètres sans recharge. Enfin, Volkswagen dévoilera Budd.e, son nouveau combi électrique qui ambitionne également de conquérir le grand public.

Apple et Google entrent dans les voitures Ford

Les géants du net comme Google et Apple, maîtres des solutions logicielles et détenteurs d'énormes masses de données sur leurs milliards de clients dans le monde, sont déjà positionnés depuis plusieurs années sur la voiture du futur, qu'ils veulent connectée et, à terme, autonome et sans chauffeur.

Le CES 2016 renforcera leur légitimité dans ce domaine. La nouvelle était attendue, mais Ford l'a confirmée ce lundi. Le constructeur américain va annoncer un partenariat important avec les deux géants du net. A partir de cette année, les systèmes embarqués CarPlay d'Apple et Android Auto de Google seront intégrés à Sync Applink, son système multimédia pour l'automobile.

L'objectif: mieux connecter la voiture et le smartphone. Grâce à cette alliance, les conducteurs équipés d'iPhones ou de téléphones fonctionnant sous Android pourront accéder à leur musique, passer des coups de fil, accéder à la navigation GPS des smartphones, juste en lançant une commande vocale via Siri ou Google Voice.

Selon le communiqué de Ford, 15 millions de voitures équipées de Sync profiteront de cette mise à jour. Elle leur permettra également d'accéder à de nouvelles applications comme Concur, qui conserve en mémoire les trajets effectués, ou Cityseeker, qui propose une sélection de restaurants et de commerces au conducteur selon l'endroit où il se trouve.

Quid de la coentreprise entre Ford et Google ?

Aucune mention, en revanche, de la création d'une éventuelle coentreprise entre Ford et Alphabet, la maison-mère de Google, pour fabriquer la prochaine génération des Google Car. La presse américaine avait révélé fin décembre que les discussions entre les deux géants pourraient aboutir d'ici au CES.

Un tel rapprochement ferait sens: Ford, comme d'autres constructeurs, s'est lancé depuis juin dernier dans la course à la voiture autonome sans conducteur. De son côté, Google développe sa Google Car depuis 2010 et teste sans relâche une flotte de 53 véhicules sur les routes de Californie et du Nevada, qui affiche déjà plus de deux millions de kilomètres au compteur. La firme de Mountain View dispose d'un réel avantage concurrentiel dans l'aspect logiciel des véhicules du futur, mais les constructeurs automobiles ne veulent pas perdre la main sur le trésor des données qui pourront être récoltées dans leurs voitures.

L'intelligence partout dans la voiture de demain

L'effervescence autour de l'automobile au CES 2016 fait écho à l'évolution rapide du secteur. Selon une étude de l'observatoire Cetelem publiée mi-décembre sur la voiture connectée, 86% des automobilistes utilisent déjà des applications ou des outils interactifs pour se guider durant leurs déplacements.

75% des sondés, répartis dans 15 pays, sont même convaincus que la voiture autonome, qui permettra l'abandon total de la conduite à un système automatisé, deviendra une réalité, et même la norme. Plus important encore, 55% souhaitent cette évolution, qui représente un progrès pour plus de huit automobilistes sur dix, notamment pour gagner du temps lors des trajets. Les experts l'anticipent à l'horizon 2020, avec une généralisation à l'horizon 2030.

Mais avant de devenir totalement autonome, la voiture sera de plus en plus connectée. Selon l'institut Strategy&, le chiffre d'affaires du marché de la voiture connectée atteindra 122,6 milliards de dollars en 2021, contre seulement 40,3 milliards prévus en 2016. Atteindre une destination de manière rapide, sûre et économique, aider le conducteur à réduire le coût d'entretien de la voiture et à optimiser son usage, tels sont les défis de la voiture de demain. Le CES de Las Vegas devrait permettre de faire un point sur l'avancée de l'innovation dans ce domaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :