Charles-Edouard Vincent voit des "Lulus" partout

 |   |  864  mots
(Crédits : DR)
Polytechnicien, Charles-Edouard Vincent, 46 ans, a lâché un poste à responsabilité chez SAP pour monter Emmaüs Défi avec Martin Hirsch. En 2015, il crée Lulu dans ma rue, une startup qui met en relation les habitants d'un quartier avec des « Lulus » qui leur rendent des petits services.

Polytechnicien, ingénieur Ponts et Chaussées, titulaire d'un Master of Sciences de l'université Stanford (Californie) : Charles-Édouard Vincent cumule les diplômes prestigieux. Passionné de technologie, lors de son séjour dans la Silicon Valley en 1995, il découvre Netscape qui l'embauche illico. Le voilà chargé du lancement en Europe du premier navigateur commercial Internet. Trois ans plus tard, il est débauché par le créateur de Kiva Software, un serveur d'applications, puis se retrouve au chômage en 2000 après l'explosion de la bulle Internet. Il en profite pour partir un an à l'aventure avec sa femme :

« Nous avons par exemple passé six mois dans un hameau du Sénégal en pleine brousse, à deux heures de taxi-charrette du village le plus proche. Ce fut quasiment une expérience initiatique » évoque Charles-Édouard Vincent père de Romain, 12 ans, et Albane, 10 ans.

De retour en France en 2002, il est recruté par l'éditeur de progiciels SAP pour gérer à l'international des grands comptes comme L'Oréal, LVMH ou Sanofi. À 33 ans, l'étape suivante, c'est un poste d'encadrement des commerciaux. Or, CharlesÉdouard Vincent n'est pas très attiré par le management :

« Depuis toujours, j'avais envie d'agir pour les gens. Quand j'étais petit, je ne comprenais pas pourquoi il y avait des sans-abri dans la rue. »

En pleine réflexion sur son avenir professionnel et personnel, il rencontre alors Martin Hirsch, président d'Emmaüs France. Un poste de chef de projet est en cours de création. Aussitôt, Charlie - comme ses collègues le surnomment - postule : « Je suis allé voir mon boss chez SAP pour lui annoncer que je prenais une année sabbatique. Je pensais qu'il allait me dire "reviens sur terre". En fait, sa réaction a été : "Charlie, tu as bien raison" » raconte-t-il, ému.

Pendant deux ans, il découvre le mouvement Emmaüs mais fin 2006, son envie de terrain reprend le dessus. Il crée Emmaüs Défi, une structure qui propose du travail aux sans domicile fixe, avant même de leur trouver un logement. Emmaüs Défi emploie aujourd'hui 200 salariés, dont 150 anciens SDF et 50 salariés en insertion.

« C'est devenu une belle PME de l'économie circulaire. Puis, avec Jean Deydier, mon ancien patron chez SAP qui m'avait rejoint, nous avons inventé Emmaüs Connect, qui lutte contre l'exclusion numérique » ajoute le diplômé de Stanford.

« Réinventer les petits boulots »

En 2014, persuadé que la société doit faire une place « juste et digne » à ces personnes aux parcours de vie accidentés, CharlesÉdouard Vincent imagine « réinventer les petits boulots » grâce au numérique. Le Comptoir des Services est lancé fin 2014, avec le soutien d'Anne Hidalgo, qui a fait de la lutte contre l'exclusion la grande cause de sa mandature.

Charles-Édouard Vincent sollicite des partenaires (Boston Consulting Group, Accenture) pour leur vendre son projet devenu entre-temps Lulu dans ma rue, un nom « humanisé et plus chaleureux ». Soit une plateforme numérique qui met en relation habitants d'un quartier et prestataires qui leur rendent des petits services : bouger un canapé, changer une ampoule, sortir le chien, etc. Une conciergerie d'un nouveau genre, matérialisée par un kiosque où un concierge accueille les habitants à la recherche d'un coup de main.

Les tarifs sont bas : de 5 euros à 20 euros les 30 minutes, dont la moitié est déductible des impôts, car Lulu dans ma rue entre dans le cadre de la loi Hamon sur l'économie sociale et solidaire.

« La prestation de services est bien sûr nécessaire, mais je voulais y mettre de l'âme... "Le travail, c'est de l'amour rendu visible", comme dit Khalil Gibran dans Le Prophète » explique le père des Lulus.

Aujourd'hui, Lulu dans ma rue, c'est deux kiosques à Paris (IVe et XVIIe arrondissements), 25 salariés, 130 Lulus microentrepreneurs qui gagnent en moyenne entre 600 et 700 euros par mois (et 15 % plus de 1 000 euros), un chiffre d'affaires de 60.000 euros et « 98 % des clients très satisfaits ».

D'autres kiosques (offerts par JC Decaux) vont bientôt ouvrir dans les 14e, 15e, 18e et 20e arrondissements. En avril la « Lulu mobile », une camionnette Citroën type H customisée, va s'arrêter sur les marchés de la capitale. Plus de 200 villes de France et de pays étrangers ont déjà réclamé leurs propres Lulus. Mais CharlesÉdouard Vincent refuse le modèle de la franchise :

« Pour que ça marche, il faut que la qualité de services soit au rendez-vous, et ça prend du temps. » À venir : des Lulus « veilleurs de quartiers », formés aux gestes de premiers secours.

« Un Lulu, c'est plus qu'un simple prestataire de services » conclut l'entrepreneur social, pour qui la révolution numérique doit aussi servir à construire une société du mieux vivre ensemble.

TIMELINE

  • 2017 Des Lulus dans tout Paris.
  • 2015 Premier kiosque Lulu dans ma rue, dans le quartier Saint-Paul (Paris IVe).
  • 2014 Création du Comptoir des Services.
  • 2007 Crée la structure Emmaüs Défi.
  • 2004 Rencontre Martin Hirsch, président d'Emmaüs France, et intègre le mouvement.
  • 2002 Entre à SAP.
  • 2001 Licencié, il voyage pendant un an avec sa femme.
  • 1998 Débauché par Kiva Software.
  • 1995 Embauché par Nestcape en Californie.
  • 1971 Naissance, à Toulon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2017 à 18:00 :
Une émission sur ce bonhomme, vite !
a écrit le 16/03/2017 à 17:14 :
Jolie histoire....
On en veut d'autres des comme celles là, loin des costumes à 6500 euros...
ET un tutoriel pour monter de telles initiatives
a écrit le 16/03/2017 à 16:55 :
nos politiciens de droite comme de gauche qui ont la culture de la fraude et de le corruption et de la distribution des médailles pour les peoples sans mérites devraient s'inspirés de cette belle leçon de vie en voilà un de la société civile qui mérite réellement la médaille de chevalier de la nation !
a écrit le 16/03/2017 à 12:40 :
Magnifique quel parcours , en voilà qui pourrait être un excellent ministre , cela nous changerait de l'équipe de François le Filou et de sa bande LR .
Réponse de le 16/03/2017 à 13:00 :
réponse un peu partisane. Je dirais plutôt que cela nous change de l’équipe de la promo Voltaire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :