FoodTech : Deliveroo, une aubaine pour les restaurateurs

 |   |  690  mots
Pour son quatrième printemps, la FoodTech annonce une hausse globale de 650% des commandes auprès de l'ensemble de ses restaurants partenaires.
Pour son quatrième printemps, la FoodTech annonce une hausse globale de 650% des commandes auprès de l'ensemble de ses restaurants partenaires. (Crédits : Reuters)
Présente en France depuis près de deux ans, la jeune pousse dédiée à la livraison de repas aurait, selon une étude, permis aux restaurateurs d’améliorer leur chiffre d’affaires et d’embaucher du personnel supplémentaire pour faire face à la hausse du nombre de commandes.

Anciens et Modernes font parfois bon ménage. C'est en tout cas ce que semble démontrer une récente étude Harris Interactive réalisée pour la jeune pousse spécialisée dans la livraison de repas Deliveroo. Il ressort en effet de cette enquête menée auprès de 200 restaurateurs à travers la France, que la plateforme née en Angleterre a un impact positif sur les professionnels de la restauration.

Croissance à trois chiffres

Pour son quatrième printemps, la FoodTech présente en France depuis mars 2015 annonce ainsi une hausse globale de 650% des commandes auprès de l'ensemble de ses restaurants partenaires. Le chiffre semble impressionnant. Dans le détail, il provient particulièrement des commandes aux heures du déjeuner, dont le nombre a été multiplié par sept en 2016.

Cette croissance fulgurante représente donc des recettes supplémentaires pour les restaurateurs. Selon les chiffres de Deliveroo, les restaurateurs partenaires enregistrent ainsi une hausse de chiffre d'affaires allant jusqu'à 30%. Plus de deux tiers des restaurateurs interrogés déclarent avoir amélioré leur rentabilité grâce au service de livraison. Une aubaine pour pallier la crise touristique qui s'est traduite par un manque à gagner de 900 millions d'euros pour le secteur de l'hôtellerie restauration. Selon le bilan annuel du Comité régional du Tourisme (CRT), la région Paris Ile-de-France aurait perdu 1,5 million de touristes en 2016 suite aux attentats. Ce qui se traduit par un manque à gagner de près d'1,3 milliard d'euros en matière de consommation touristique.

Bon pour l'emploi dans le secteur

Mais surtout, 39% des partenaires de Deliveroo France ont ainsi pu réaliser une ou plusieurs embauches. Il n'y a d'ailleurs pas que les restaurateurs qui embauchent ! L'entreprise de livraison de repas compte ouvrir 300 postes dédiés à la recherche et au développement, à l'échelle internationale. Quant aux livreurs, ils touchent 5,75 euros par livraison, qui leur prend une petite dizaine de minutes, grâce à l'optimisation des trajets assure-t-on chez Deliveroo. Et ils peuvent enchaîner jusqu'à 5 courses par heure en période de pointe, c'est-à-dire aux heures de déjeuner, de dîner et le week-end. "Au pire du pire, on fait deux courses en une heure, ce qui fait du 11,5 euros de l'heure, c'est pas mal", commente un jeune coursier, qui semble satisfait. "Biensûr il faut déduire le RSI. Mais la plupart des étudiants bénéficient de l'Accre", complète-t-il. Et rappelle qu'il s'agit avant tout d'un job étudiant, pour les amateurs de vélo, qui s'avère particulièrement adapté dans son cas, et à son emploi du temps très décalé d'étudiant ingénieur du son. Le modèle paraît donc vertueux de ce point de vue.

"Notre croissance démontre que la livraison de repas est une tendance de fond qui s'ancre dans les habitudes de consommation des Français et crée par la même occasion des opportunités pour l'ensemble de nos partenaires du monde de la restauration", se réjouit Hugues Décosse, General Manager de Deliveroo France. Et de poursuivre : "Nous sommes fiers d'aider plus de 3.000 restaurateurs en France à faire grandir leur enseigne, surtout si cela leur permet d'embaucher".

Un partenariat gagnant-gagnant

Certains restaurateurs ont même ouvert un nouvel établissement. A l'instar de l'enseigne de burgers PNY, dont le créateur, Rudy Guénaire, se dit ravi du partenariat avec Deliveroo. Selon lui la plateforme est à l'origine d'un supplément de revenus de l'ordre de 20%. "Deliveroo représente aussi un outil de communication puissant qui nous permet de nous faire connaître et in fine d'attirer plus de gens en salle".

De quoi réconcilier les acteurs traditionnels et les "disrupteurs", alors que le phénomène dit d' "uberisation de la société" évoque plutôt une opposition entre Anciens et Modernes. Et pour cause, Uber a bouleversé le marché du transport de personnes à la demande - au détriment des taxis, qui se dénoncent une perte de chiffre d'affaires - tandis que les VTC évoquent une croissance du marché. Et que les experts eux, se livrent une véritable guerre des chiffres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :