PLTJE 2017 : les gagnants parisiens prêts à en découdre

 |   |  881  mots
Les lauréats et nominés du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur 2017 lors de la sélection régionale Ile-de-France, à Paris, le jeudi 26 janvier.
Les lauréats et nominés du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur 2017 lors de la sélection régionale Ile-de-France, à Paris, le jeudi 26 janvier. (Crédits : Marie-Amélie Journel)
Intelligence artificielle dans la photo, auto-diagnostic, média participatif, innovation sociale, environnementale et industrielle... Les six startups finalistes du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur 2017 dans la région Île-de-France sont connues. La grande finale se tiendra à Paris le 7 mars.

Et de sept ! Après Nantes, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux, le jury du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur, en collaboration avec BNP Paribas, a effectué jeudi 26 janvier sa dernière sélection régionale, à Paris.

Comme lors des étapes précédentes, la qualité des dossiers et la force des innovations des jeunes entrepreneurs de moins de 40 ans ont bluffé le jury, composé de professionnels issus de BNP Paribas, d'EDF Entreprises, d'AG2R La Mondiale, de BPIFrance et du réseau d'experts comptables Audecia. Près de vingt startups ont "pitché", six ont gagné le droit de défendre l'Île-de-France lors de la grande finale, qui se tiendra à Paris le 7 mars prochain, avant une remise des prix le 28 mars au Grand Rex, en présence d'invités prestigieux.

Dans la catégorie Green Business, Karim Tekkal, 30 ans, a été distingué pour la startup Safety Line. Ce passionné d'aéronautique et d'informatique édite des logiciels qui permettent aux compagnies aériennes de réduire de 10% la consommation de carburant des avions pendant la phase de montée. Grâce au machine learning, la solution - brevetée - envoie des consignes au pilote pour lui permettre de consommer le moins possible. Partenaire de Transavia depuis deux ans, la startup mène actuellement des essais avec dix compagnies aériennes dans le monde.

Dans la catégorie Médias & Services, le gagnant parisien est Florent Guignard, 29 ans. Cet ingénieur de formation a co-fondé Le Drenche, un nouveau média participatif en ligne et sur papier qui ambitionne de donner aux citoyens des clés pour se forger une opinion sur les grands sujets de l'actualité. Sur chaque question (gaz de schiste, revenu universel, semaine de 32 heures, aéroport de Notre-Dame-des-Landes...), le site, lu par un millier de personnes par jour, donne la parole à deux experts aux points de vue opposés, qui expliquent clairement leurs arguments. Le Drenche édite aussi un journal papier mensuel de 24 pages, distribué à 60.000 exemplaires dans les universités et les écoles du supérieur et déjà rentable en raison de la présence de publicités ciblées sur le public étudiant. L'entreprise a été labellisée Economie sociale et solidaire (ESS).

Dans la catégorie Industrie, Geoffrey Bruno, 26 ans et cofondateur d'Enovasense, a impressionné le jury. L'entreprise conçoit et développe des appareils de contrôle de l'épaisseur des revêtements industriels déposés dans les lignes de production des industries automobile, aéronautique et des biens de consommation. Sa technologie brevetée de mesure par laser permet de contrôler tout type de revêtement, sans contact, ce qui permet aux industriels de gagner du temps et des matières premières en créant le revêtement optimal pour leur produit.

Dans la catégorie Nouveaux Services, le lauréat est Guillaume Capelle, le fondateur de Singa. Cette ONG présente dans six pays innove dans le secteur de l'asile et de la migration, en créant des outils numérique d'aide à l'accueil et à l'intégration des réfugiés. La structure a notamment développé l'application CALM, un "Airbnb des réfugiés" qui leur permet d'être hébergés par des habitants afin de faciliter leur insertion dans la société. Les résultats, spectaculaires, ont attiré l'attention du ministère du Logement. Singa a aussi créé un incubateur pour favoriser l'éclosion de projets innovants, et développe aussi des formations en entreprises.

Dans la catégorie Santé, Arthur André, 31 ans, défendra en finale sa startup Citizendoc.fr. La société développe un site et des applications sur smartphone pour accompagner le patient dans ses maux du quotidien. Son algorithme inédit, élaboré avec le concours d'un comité de médecins, permet d'analyser finement les symptômes et de fournir des conseils pratiques, un téléconseil ou l'usage de médicaments en libre-service. En cas de symptômes plus sérieux, le service conseille de consulter un médecin. La startup espère ainsi réduire le nombre de consultations inutiles et participer à l'éducation thérapeutique de la population.

Enfin, dans la catégorie Start, où concourent des startups très jeunes, le jury a distingué Comet, cofondé par Mathieu Spiry, 30 ans. Ce multi-entrepreneur (Comet est sa troisième startup) a développé la première application photo grand public qui intègre une intelligence artificielle. Cette IA sélectionne les meilleures photos d'un événement, trie et supprime les doublons et les ratés, et demande à vos contacts de partager avec vous les photos prises lors d'événements en commun. Soutenue par Orange, la startup revendique 100.000 téléchargements de son application et développe aussi des solutions pour les organisateurs d'événements. Son objectif est d'être intégrée de manière native dans tous les smartphones, pour devenir l'application de gestion intelligente des photos de référence.

Ces six lauréats se retrouveront désormais à Paris le 7 mars pour la finale. Chacun dans leur catégorie, ils affronteront les vainqueurs des six autres sélections régionales. Les gagnants seront révélés lors d'une cérémonie de remise des prix au Grand Rex, toujours dans la capitale, le 28 mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2017 à 16:15 :
Bonjour,
Juste un petit commentaire pour signaler que sur la catégorie Medias et Services, le nom du projet était Le Drenche (et pas La Drenche), et le créateur Florent Guignard (et non Guitard...). Est-il encore possible de modifier ?
Merci !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :