Tout l'Internet américain se mobilise contre la loi Sopa

 |   |  208  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Des milliers de sites américains se sont mis en grève contre "l'Hadopi made in America".

Journée d'action contre le projet de loi Sopa (Stop Online Piracy Act) défendu par l'industrie de la musique et du cinéma aux Etats-Unis qui va être étudié par le Congrès américain. De Wikipedia à Google, Craig's List (petites annonces) et autres, des milliers de sites affichent des bandeaux noirs ou des messages invitant les internautes à réagir pour défendre la liberté du Net qu'ils estiment menacée.

"Aujourd'hui nous sommes en grève contre la censure". "Internet se met en grève", dit la page Sopastrike.com. La manifestation la plus spectaculaire est la fermeture, pour 24 heures, du site Wikipedia en langue anglaise. Wikipedia en anglais affiche un message clair : "imaginez un monde sans accès libre à la connaissance"...

Sopa, Pipa : ces termes exotiques se sont répandus depuis la mi-décembre sur les réseaux sociaux et les sites de presse américains, pour alerter contre ces projets de loi anti-piratage, qui menaceraient l'innovation et la liberté d'expression sur Internet. Le débat a fait rage outre-Atlantique, au point que l'encyclopédie en ligne Wikipédia devrait fermer son site en langue anglaise, demain, en signe de protestation.

Lire l'ensemble du dossier sur le site Arrêt sur Image en cliquant ici

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2012 à 12:35 :
les uk utilisent leur doirt de controle, ils vont devinir les gardiens de nos communication ? la question suivante va être qui controlera les gardiens ?
a écrit le 19/01/2012 à 10:26 :
Le gouvernement UK a utilisé sont droit de controle anti terroriste pour stopper les services des sites sociaux lors des dernieres manifestations dans le pays. Ne laissons pas ces outils de censure trop puissant entre les mauvaise mains de politicards.
a écrit le 19/01/2012 à 8:31 :
Echange "illicite" (?) de fichiers multimédias, terrorisme, pédophilie: tous les prétextes sont bons pour tenter de contrôler notre activité sur l'internet, et devenir le Maître du Monde.
a écrit le 19/01/2012 à 8:24 :
quant on vous dit que les USA sont le vecteur de la liberté....C'est vrai que depuis quelques temps il y a de plus en plus d'américains qui profitent de ctte liberté pour dormir à la belle étoile
Réponse de le 19/01/2012 à 9:35 :
!!!!
a écrit le 18/01/2012 à 18:40 :
Où peut-on se procurer un souvenir? car les générations futures ne nous croiront jamais quant on leur dira qu'on a connu 20 ans de liberté d'expression. Je n'oserais même pas leur évoquer les tentatives de démocratie directe que l'internet à susciter, car ils iront me dénoncer aux e-autorités. La bonne nouvelle c'est que l'on peut s'attendre à une forte campagne de promotion de ces outils de manipulation politico-commerciaux, donc de toutes façons le souvenir de la liberté va s'estomper rapidement.
Réponse de le 19/01/2012 à 7:56 :
Très bon le coup du souvenir . faudrait en fabriquer un en fait...Surtout ne pas relire 1984 en ce moment!
Réponse de le 19/01/2012 à 11:27 :
+1. Et tout ce que vont "gagner" les autorités, ce sont un cryptage et des piratages de plus en plus nombreux. La Chine est déjà en avance, au moins là-dessus.
a écrit le 18/01/2012 à 17:08 :
Où sont ceux qui d'habitude s'empressent à critiquer la Russie, la Chine, etc. Sans doute vont-ils nous dire que comme ils n'ont rien à se reprocher, tout est normal :-)
Réponse de le 20/01/2012 à 17:01 :
Qui désormais peut encore croire que les US sont le pays de la liberté? Ils ne l'ont jamais été, leur seul credo est la domination du Monde par le contrôle des individus via les médias traditionnels. Ils veulent donc réguler Internet pour en faire un média qu'ils pourront contrôler. Plus que le "Peer to Peer", ce qui c'est passé pendant les révolutions arabes leur fait plus que peur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :