La Tribune

Fotolia, une start-up française à l'assaut de New York

Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  353  mots
La banque d'images Fotolia créée par des Français et dont le siège se situe outre-Atlantique vient de lever 150 millions de dollars auprès du fonds d'investissement KKR. Son ambition? Devenir "numéro 1" des images libres de droits.

Fotolia ou l'histoire d'une start-up française partie conquérir New York. Créée en 2005 par Oleg Tscheltzof, cette banque d'images étoffe son "book" ce mercredi en levant  150 millions de dollars en fonds propres, doublés d'une ligne de crédit de 150 millions, auprès du fonds américain KKR pour 50% de son capital. Selon le "Financial Times", KKR obtient ainsi une participation de 50% du capital sur la base d'une valorisation de 450 millions de dollars. Avec ses 17 millions d'images disponibles dans 15 pays, le site a su séduire le fonds d'investissement qui parie sur sa "capacité d'innovation" et son "leadership en Europe", comme l'a fait valoir Philipp Freiss, un responsable des investissements medias de KKR dans un communiqué. De son côté, le co-fondateur du site affiche clairement son ambition : "devenir numéro 1 mondial de la photo libre de droits", comme il l'a confié ce mercredi au site Frenchweb.

Sa plateforme reverse des commissions sur chaque image libre de droits vendue par les auteurs professionnels et artistes indépendants qui y déposent leurs ?uvres. Elle revend ensuite photographies, logos ou même vidéos aux entreprises soit à l'unité, soit par abonnement entre 200 et 1.900 euros environ selon la durée du forfait choisi. Une formule qui a séduit l'agence de presse AP avec laquelle Fotolia a conclu un partenariat

Des logos en ligne pour les entreprises

Depuis le début de l'année, le site a accéléré son développement. En février, il s'alliait à la plateforme DeviantArt, destinée aux graphistes et photographes amateurs. Le mois suivant, il annonçait l'acquisition de Wilogo, un service de création de logos en ligne qui repose sur une système d'appel d'offres déposé par les entreprises qui reçoivent en retour des propositions émanant de graphistes.

Cette nouvelle levée de fonds intervient juste après que son rival Shutterstock a annoncé avoir déposé en mars son dossier d'introduction à la Bourse de New York. L'autre concurrent de Getty Images qui revendique 19 millions d'images dans sa base de données espère lever 120 millions de dollars de son côté.
 

Réagir

Commentaires

kelesis  a écrit le 16/05/2012 à 14:10 :

Si le siège de cette start-up est aux US, ce n'est pas une "start-up française" mais bien une start-up américaine. Que les créateurs soient français n'a aucun lien avec la nationalité d'une entreprise. Il s'agit d'une boite US dont l'activité est aux US, les salariés sont aux US et les bénéfices sont déclarés aux US. Il n'y a donc pas de quoi pavoiser, loin de là. On peut en revanche se demander pourquoi tant d'entrepreneurs partent aux US avec leur start-up. Il est là le vrai sujet.

Seb  a répondu le 16/05/2012 à 19:01:

et le fondateur Oleg Tscheltzof est russe...