Rester connecté, première préoccupation des Européens en vacances

 |   |  473  mots
L'été à la plage, on drague, on branche... et on téléphone - Copyright Reuters
L'été à la plage, on drague, on branche... et on téléphone - Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Pour plus d'un tiers des vacanciers européens, une bonne couverture réseau est devenue un facteur déterminant dans le choix d'une destination, révèle une étude réalisé en juin par Brocade. Plus de la moitié des sondés reconnaissent emporter un appareil mobile pour consulter leur messagerie professionnelle.

Les vacanciers européens ne ménageront par leurs tablettes, netbooks et autres smartphones cet été. 95% d'entre eux n'oublieront pas de partir équipé d'au moins un appareil mobile permettant de téléphoner ou de se connecter à internet, selon un sondage réalisé en juin par le fournisseur des solutions réseaux américain Brocade.

A ce titre, 86% des 500 personnes interrogées s'attendent à ce que leur hôtel dispose d'une connexion sans fil gratuite, histoire de continuer à surfer en rentrant de la plage. Mais, même en extérieur, les sondés sont plus d'un tiers (37%) à déclarer qu'une bonne couverture réseau (3G ou 4G) sera un facteur déterminant dans le choix du lieu de vacances. Et pour cause, 68% indiquent qu'ils téléchargeront davantage de données cette année, par rapport à 2011.

Attention à la facture

Après un séjour à la mer, les vacanciers se montrent particulièrement réticents à l'idée de goûter à une facture salée de leur cher opérateur. Les coûts d'itinérance (ou roaming) arrivent donc largement en tête de leurs principales préoccupations des sondés, devant une connexion wifi de mauvaise qualité.

Heureusement, les eurodéputés s'étaient emparés du sujet en mai dernier en imposant un plafonnement des tarifs. A partir du 1er juillet de cette année, le prix des flux de données sur appareil mobile ne devait ainsi pas dépasser 70 centimes par mégaoctet (Mo), contre souvent 4 euros auparavant. Cependant, il s'agit de rester vigilent en cas de déplacement hors d'Europe, cette contrainte ne s'appliquant qu'au sein de l'Union.

Quels usages ?

Pourquoi se connecter à internet sur son lieu de vacances ? Plus de la moitié des sondés (56%) déclarent utiliser leur appareil mobile pour consulter des mails professionnels ou télécharger des documents, bref de ne pas couper totalement le cordon avec le monde du travail. Ce chiffre était de 48% l'année dernière. Avec la montée du chômage, les Européens souhaitent donc de plus en plus montrer à leurs patrons qu'ils restent de "fidèles soldats". 9% pensent ainsi qu'ils doivent être joignable à tout moment et 12% qu'ils pourront ainsi continuer à contacter leurs clients .L'utilisation croissante d'internet en vacances apparait donc comme un parfait cocktail d'esclavagisme moderne, d'excès de zèle et de cyberdépendance.

Mais c'est aussi un moyen de se divertir et de rester informé. Près d'un Européen sur trois affirme qu'il se servira de son appareil pour suivre les Jeux Olympiques de Londres. Egalement bien positionnés, l'utilisation des réseaux sociaux, la mise en ligne de photos et les appels ou mails à ses proches. Quelque soit l'usage, il faudra cependant un moment ou un autre décrocher complètement: 46% pointent du doigt le téléphone comme sujet de dispute avec sa famille.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2012 à 13:35 :
Cela démontre plutôt la banalité de la vie des gens. Je me souviens dans un hôtel de Buenos-Aires d'une fille qui était sur ses emails quand je sortais le matin et qui était toujours assise à ces emails quand je revenais le soir. Quelles vacances ! Mais, en rentrant, elle a du certainement épater la galerie en disant qu'elle était allée à Buenos-Aires :-) Et des gens sans vie comme cela, il y a en a des millions :-)
Réponse de le 21/07/2012 à 15:10 :
+1 Ils sont là les vrais assistés.
Réponse de le 21/07/2012 à 18:50 :
Oui un peu comme les Anglais et Américains qui partent visiter l'Europe et se retrouvent tous les soirs dans des pubs anglais ou irlandais ou autres cafés Starbucks. Quel dépaysement! Ils pourront dire qu'ils auront bien découvert la culture locale.
Réponse de le 22/07/2012 à 0:07 :
Vous n'avez aucune idee de la mantalite anglo-saxonne. Familiarisez vous du sujet sur lequel vous voulez avoir un opinion! Vous parlez comme un imbecile! L'americain ou l'anglais stereotype connait votre monde mieux que vous connaissez le leur.
Réponse de le 22/07/2012 à 8:33 :
N'importe quoi! doit être américain. Il ferait bien de se payer un petit cours d'orthographe et de grammaire françaises avant de nous déverser ses immondices sur la figure !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :