La Tribune

Publicité: Twitter s'inspire du modèle Facebook

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Sandrine Cassini  |   -  391  mots
Le réseau social veut permettre aux annonceurs de cibler les internautes en fonction de leurs intérêts. Valorisé 8 milliards de dollars, Twitter doit absolument accroître ses revenus.

Parler dans le vide, et au hasard, voilà ce dont les annonceurs ne veulent plus. Grâce à Internet, ils peuvent désormais toucher d'un coup le bon public. Facebook, qui leur offre en plus la possibilité de connaître les goûts intimes des internautes, leur a fait franchir une étape supplémentaire. C'est donc sous la pression des publicitaires que Twitter a annoncé qu'il allait permettre d'adresser des messages commerciaux aux internautes en fonction de leurs goûts. Ainsi, une marque de boisson énergisante pourra cibler les fans de sport. Comment ? Twitter déterminera les cibles en analysant son compte Twitter. Qui suit-il sur Twitter ? Quel type de message retwitte-t-il ? En revanche, le site de mini-message a assuré qu'il n'analyserait pas le contenu des tweets.

Le modèle Google

Pour le moment, sur Twitter, les possibilités sont assez limitées pour l'annonceur. Il apparaît dans la rubrique « Tendance » placée à côté du fil général d'informations de l'internaute, ou directement au sein du fil d'information. Dans les deux cas, Twitter redirige les messages des annonceurs en fonction de mots clefs recherchés ou des thématiques suivies par les internautes. C'est le modèle des « Adwords » de Google selon lequel des liens commerciaux apparaissent sur les pages de résultat en fonction des recherches effectuées par les internautes. Comme Google, ces mots clefs sont vendus aux enchères aux annonceurs.

Mais contrairement à Google, Twitter qui compte pourtant 140 millions d'utilisateurs dans le monde, peine à commercialiser son audience. Un grand nombre d'annonceurs se plaignent d'un manque d'efficacité du système. Outre un meilleur ciblage, Twitter a annoncé une baisse de la mise à prix des mots clefs. L'idée : permettre à plus d'annonceurs de tester le service. Valorisé 8 milliards de dollars, le site n'aurait générer que 300 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2011.

Les outils élaborés de Facebook

Pendant ce temps, Facebook propose des outils toujours plus élaborés aux annonceurs : le réseau social fait notamment un carton grâce au bouton « Like », grâce auquel les internautes sélectionnent des sujets ou des marques qu'ils aiment. Même si Twitter arrivait à décliner certaines fonctionnalités de Facebook, il ne pourra jamais proposer un ciblage aussi précis. Sur le réseau de mini-messages, les internautes livrent un nombre beaucoup plus limité d'informations personnelles.

Réagir

Commentaires

Twaffic  a écrit le 01/01/2013 à 15:46 :

Il faut voir les solutions alternatives comme http://twaffic.net.
Ce site propose de faire diffuser ses pubs sur Twitter par des twittos influents.

Lucide  a écrit le 04/09/2012 à 12:40 :

C'est fini tout ça, les chiffres de Facebook concernant les abonnés sont totalement mensongers et surtout invérifiables ! Voir les valorisations des Worldonline, Club Internet et compagnie à l'époque, qui avait autant d'abonnés fantômes que de réels utilisateurs.
Et surtout, petit à petit, les internautes se rendent compte qu'ils sont trompés et que si des outils de communication sont mis gratuitement à leur disposition, ce n'est que pour mieux exploiter les infos personnelles qu'ils partagent avec leurs amis.
Je parie sur une autre tendance, celle qui consistera à rechercher des sites sans volonté commerciale et affrant les même fonctionnalités. Si Facebook n'avait pas de but mercantile, il pourrait diviser leur staf par 10... donc c'est possible de faire la même chose avec des coûts bien inférieurs.
enfin, ils sont pas bien malins les Facebook, Twiter et autres... Nous faire encore le coup de la pub comme seul revenu... N'oublions pas quels sont les 1er budgets "coupés" en temps de crise.

Capitaine d'Industrie  a répondu le 04/09/2012 à 17:10:

"Si Facebook n'avait pas de but mercantile, il pourrait diviser leur staff par 10" ... " ils sont pas bien malins les Facebook, Twiter et autres " ... et dire que vous postez des commentaires sur La Tribune, alors que vous avez les solutions pour donner le meilleur cap à des compagnies globalisées ... quel gâchis de talent ..

Lucide  a répondu le 05/09/2012 à 9:33:

Ce que je veux dire, c'est que le modèle reposant sur la pub est fragile et "inestimable" malheureusement au sens littéral.
Moi ce que je veux c'est une économie solide, des usines, du service, pas de la commercialisation "en douce" des données personnelles. Heureusement que les grands capitaines d'industrie qui ont bâti nos économies occidentale ne l'on pas fait sur de tels modèles...
Par ailleurs je n'ai aucune leçon à donner, il s'agit d'une simple réflexion personnel. Je ne voulais pas paraitre présomptueux. Je suis simplement las de de ses modèles courts termes.

tolla  a écrit le 04/09/2012 à 10:02 :

c'est le moment de miser sur ses actions facebook et twitter car elles vont faire un carton quand elles monétiserons leur audience les investisseurs de la valeur comprennent mes propos ses actions sont a bas prix actuellement ou tout le monde vend acheter on verra qui aura eu raison

Seb  a écrit le 04/09/2012 à 9:50 :

"le site n'aurait générer que 300 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2011"

Il faut les avoir bien acrochées pour écrire ça! Combien de boites sur Internet ou ailleurs se contenteraient d'une fraction de ce chiffre d'affaire...
C'est vrai que c'est loin d'être suffisant pour maintenir les infrastructures, payer décemment les quelques centaines d'employés et rémunérer plus que grassement les investisseurs... Mais un mec vachement informé a du dire, après avoir levé un doigt mouillé: "ça vaut 8 milliards". Et on parle d'un bon millier de serveurs, de bureaux à San Francisco et des états d'âme de 140 millions de péquins, pas d'une centrale nucléaire! Résultat: il faut de la pub, encore plus de pub et livrer tout le monde une nouvelle fois aux annonceurs, parce qu'un encravaté a dit que ça serait pas mal de refaire le coup de l'entrée en bourse de Facebook. Ça a si bien marché la première fois!

JC  a répondu le 04/09/2012 à 14:54:

+1