La Tribune

Pourquoi Facebook et Yahoo ont intérêt à s'allier dans la recherche sur Internet

Marissa Mayer, la directrice générale de Yahoo, serait en discussions avec Facebook. Copyright Reuters
Marissa Mayer, la directrice générale de Yahoo, serait en discussions avec Facebook. Copyright Reuters
Delphine Cuny  |   -  578  mots
Les deux groupes californiens seraient en discussions selon le «Sunday Telegraph». Problème: le portail a déjà Bing, le moteur de Microsoft, comme partenaire. Une alliance ferait sens afin de mieux rivaliser avec Google. Et pourrait intéresser aussi Microsoft.

Deux anciennes de Google en train de comploter contre leur ex-employeur? Selon le «Sunday Telegraph», Marissa Mayer, nommée directrice générale de Yahoo cet été après 13 ans passés à Mountain View, serait en discussions avec Sheryl Sandberg, autre ex-«Googler» devenue en 2008 patronne opérationnelle de Facebook, dans le but de faire travailler les deux groupes Internet ensemble. Le journal britannique écrit dans son édition dominicale que «des administrateurs», vraisemblablement de Yahoo, «s'attendent à ce que les discussions aboutissement à une collaboration bien plus substantielle autour de la recherche sur le Web». Mark Zuckerberg lui-même, le fondateur de Facebook, avait indiqué en septembre dernier qu'une équipe dédiée travaillait sur un moteur de recherche pour le réseau social. La puissance du site au milliard d'utilisateurs actifs par mois alliée à celle du portail Yahoo (20 millions de visiteurs uniques par mois en France) pourrait être une vraie menace pour Google, qui a tenté, pour l'instant sans grand succès, de rendre ses résultats de requête plus «sociaux», agrémentés de recommandations d'amis.

Bing a pris des parts de marché à Yahoo mais pas à Google
Problème: Yahoo a signé à l'été 2009 un accord de partenariat stratégique avec Microsoft, s'engageant à utiliser le moteur de recherche Bing du géant de Redmond. Cet accord, qui n'a été vraiment mis en ?uvre que fin 2010 après le feu vert des autorités de la concurrence américaines et européennes, s'est avéré plutôt décevant pour les deux partenaires. En réalité, Bing a plutôt pris des parts de marché à Yahoo qu'à Google! Un comble. Par exemple, aux Etats-Unis, Google a consolidé son écrasante part de marché (66,9% en octobre selon ComScore en octobre) et Bing atteint son plus haut niveau à 16%, dépassant Yahoo tombé à 12,2%, soit trois points de moins qu'il y a un an. Selon le site AllThingsDigital, «Yahoo est très loin de mettre un terme à son partenariat dans la recherche avec Microsoft», un contrat de long terme dont il serait très difficile, mais pas impossible, de sortir. Dans ce contrat, Microsoft a acquis une licence exclusive de 10 ans sur certaines technologies de recherche de Yahoo et les équipes commerciales des deux groupes se sont réparties la tâche en fonction du profil d'annonceurs. Marissa Mayer serait d'ailleurs en discussions avec Microsoft pour améliorer la performance de leur plateforme commune.

Vers un ménage à trois ?
Les relations sont sans conteste meilleures depuis quelques mois entre Facebook et Yahoo, qui ont réglé cet été leur différend juridique, après que le réseau social eut racheté une flopée de brevets à Microsoft. Les deux acteurs ont sans doute à gagner à s'allier face à l'ultra-puissant Google, et pourquoi pas en faisant monter à bord Microsoft. Le géant du logiciel, qui avait tenté en vain de racheter Yahoo en 2008 pour 4,4 milliards de dollars, avait en parallèle acquis 1,7% de Facebook en 2007, dont il a vendu une partie au moment de l'introduction de mai dernier. Il y a quelques mois, avant cette entrée en Bourse chaotique, certains analystes conseillaient même à Microsoft de faire un «swap», de transférer Bing à Facebook en échange d'actions du réseau social. Henry Blodget, l'analyste-star de l'Internet déchu et fondateur du site Business Insider, est convaincu que Microsoft aurait intérêt à apporter sa technologie à une alliance Yahoo-Facebook en échange d'actions. Un éventuel ménage à trois de taille à rivaliser avec l'ennemi de tous, Google...

Réagir

Commentaires

Lou_Papet  a écrit le 19/11/2012 à 15:40 :

Elle est pas mal la CEO de Yahoo...on n'a pas l'équivalent dans le CAC 40 voire le SBF 120!

C'est la DATA qui compte !  a écrit le 19/11/2012 à 13:13 :

Facebook a déjà commencé en ce sens.

@VIVI  a écrit le 19/11/2012 à 12:52 :

Yahoooo les fesse de bouc.

toccata  a écrit le 19/11/2012 à 12:28 :

Sauf que Bing est très bling bling. Comme il est indiqué dans cet article, la technologie est chez Yahoo! Mais la guerre commerciale est ailleurs: comment fidéliser les internautes à un moteur de recherche? Et comment leur présenter les publicités les plus efficaces (i.e individualisée en fonction du profil de l'internaute). Facebook apporte à Yahoo! des éléments clés pour ces deux réponses. Purement sur le moteur de recherche, Microsoft est davantage un boulet qu'autre chose. En revanche, il reste l'enjeu sur la téléphonie. Cet enjeu est de réussir à fournir quasiment par défaut ses propres services aux utilisateurs nomades, et c'est même la raison d'être d'Androïd pour Google. Il est sage pour Yahoo! et Facebook d'avoir une alternative à Androïd. Et là tout peut être envisagé, aussi bien un partenariat avec Apple, ou avec Microsoft, ou même un rachat de RIM.