La Tribune

Instagram perd-il réellement trois millions d'utilisateurs par jour?

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  484  mots
D'après des informations de presse, Instagram souffre d'une hémorragie d'utilisateurs depuis la polémique sur le changement de ses conditions d'utilisateurs. En réalité, ces chiffres sont très partiels et peu significatifs.

C'était la grande confusion de week-end. L'information selon laquelle Instagram a perdu entre 3 et 4 millions d'utilisateurs par jour sur 7 jours, a fait les choux gras de la presse web. Inspiré par des données publiées par AppData et relayées par le New York Post, ce chiffre a fortement agité l'action Facebook, maison-mère d'Instagram depuis avril dernier. Celle-ci avait ouvert sur une chute de 2% vendredi.

La baisse de la fréquentation d'Instagram a été mise sur le compte de la polémique posée par l'annonce, le 18 décembre dernier, de la modification unilatérale et controversée de ses conditions d'utilisations. Le site de partage de photo s'arrogeait en effet le droit d'user des photos enregistrées par ses membres à des fins commerciales sans les prévenir ni même les rémunérer. Face au tollé provoqué par cette annonce, la direction d'Instagram a fini par faire marche arrière.

Il faut dire que le chiffre paraissait exorbitant. La presse a évoqué une perte totale de près d'une vingtaine millions d'utilisateurs. Un chiffre incroyable compte tenu de la base d'abonnés d'Instagram qui a réussi à franchir il y a quelques semaines seulement la barre des 100 millions d'abonnés.

Chiffres en trompe-l'oeil

Mais readwrite.com a relativisé les chiffres d'AppData en estimant que ceux-ci étaient trompeurs, ou tout le moins ont fait l'objet d'une mauvaise lecture. Tout d'abord, il s'agit bien d'utilisateurs et non pas d'inscrits. Le site spécialisé dans l'actualité web a d'abord rappelé qu'AppData mesurait uniquement les données issues des comptes activés et rattachés à un compte Facebook. C'est-à-dire les comptes qui ont été créés par des membres du célèbre réseau communautaire. Or, il s'agit des comptes les plus volatiles d'après readwrite.com. Les utilisateurs importés par Facebook le sont de manière très occasionnelle ou font parfois doublon avec des utilisateurs qui avaient déjà un compte Instagram.

"Ces données sont imprécises. Nous continuons à enregistrer une croissance forte et stable des utilisateurs actifs et des nouveaux inscrits", a répondu un porte-parole d'Instagram vendredi dernier. Il s'agit bien d'une baisse de la fréquentation et non pas du parc d'abonnés. Pour readwrite.com, cette baisse est davantage à mettre sur le compte des vacances de Noël, que sur la polémique des utilisateurs. Ainsi, les abonnés au site Yelp via Facebook, ont également été moins actifs.

La réponse d'Instagram a permis de désamorcer la défiance des marchés. La sanction sur le titre Facebook a ainsi été de courte durée puisque celle-ci a terminé la séance de vendredi sur une baisse limitée de 0,53%. Les investisseurs craignent que cette valeur, comme celles dites du Web 2.0 (réseaux internets communautaires) reposent sur une bulle financière en raison d'un modèle économique qui reste à démontrer.

Réagir