Le business de la rencontre en ligne se joue de la crise

 |   |  699  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Apparemment, le business de l'amour 2.0 ne connaît pas la crise. De nouveaux sites de rencontres bourgeonnent au fil des semaines sur le web. Et les internautes sont au rendez-vous, effet Saint Valentin oblige.

"Il y a des jours où Cupidon s'en fout", chantait Brassens. Aussi faut-il parfois un peu forcer le destin. C'est en tout cas ce que propose le site de rencontres Meetserious qui organise une "chasse à l'Amour" au coeur du métro parisien ce jeudi pour la Saint Valentin. L'occasion pour La Tribune de revenir sur le business de l'amour version 2.0.

Le business des sites de rencontres ne semble en effet pas souffrir de la crise. La France recense officiellement 2.000 sites. Chaque semaine un nouveau site de rencontres fleurirait sur la Toile. Et les abonnés sont au rendez-vous. "Chaque jour des milliers de celibataires se rendent sur Meetic", assure le slogan publicitaire du site. Le site Adopteunmec est de son côté passé de 4,7 à 5,6 millions d'inscrits en un an, assure le Directeur Marketing. Au total, près d'un tiers des 18 millions de célibataires en France serait ainsi inscrit sur -au moins- un site de rencontres. Notons au passage que, d'après les statistiques de l'Insee publiées ce jeudi, la France (métropolitaine) comptait début 2011 32 millions de personnes majeures en couple.

Un internaute sur trois inscrit sur un site de rencontres

Selon le baromètre de l'économie numérique publié par Paris-Dauphine et Médiamétrie, 30% des internautes français déclarent avoir été ou être inscrits sur un site de rencontres dur Internet. Les sites de rencontre sont majoritairement utilisés pour dialoguer virtuellement. Mais un peu plus de 3 inscrits sur 10 déclarent avoir déjà eu une relation amoureuse à la suite d'un rendez-vous décroché sur un de ces sites. Sachant que 28,3 % des internautes de 15 ans et plus ont déclaré être ou avoir déjà été inscrit sur un site de rencontre, c'est donc près de 10 % de la population globale interrogée ( et 1 internaute sur 2) qui a déjà trouvé une relation amoureuse via un site de rencontre.

Meetic, l'idéal-type

Lancé en 2002, le pionnier de la rencontre en ligne semble être un modèle qui marche. Aujourd'hui cotée en Bourse, le leader français réalise un chiffre d'affaires de 164,8 millions d'euros. Mais il s'agit des résultats du groupe à l'échelle européenne. La société a toutefois augmenté ses investissements de 46% de plus qu'en 2012, pour développer son offre. De son côté, l'élitiste Attractive World refuse toujours de communiquer son chiffre d'affaires. La société s'est contentée d'assurer que celui-ci aurait été "multiplié par six" en deux ans. Quant aux fondateurs d'Adopetunmec.com, ils affirment avoir réalisé 7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011 pour 4,2 millions d'inscrits depuis les débuts du site. "Nous avons démarré avec 50000 euros et n'avons fait entrer aucun investisseur dans notre affaire", a confié son patron Manuel Conejo à L'Express. Joint par La Tribune, Thomas Pawlowski, le directeur Marketing du site revendique un chiffre d'affaires de 14 millions d'euros pour 2012.

Au total, le marché français pèserait environ 200 millions d'euros (entre 120 et 220 millions d'euros), selon Thomas Pawlowski. Celui-ci précise toutefois que ce marché est "tendu et flou" étant donné que tous les acteurs ne communiquent pas leurs chiffres. Et lorsqu'ils le font, cela ne concerne pas toujours uniquement le marché français. On peut cependant considérer que les trois principaux acteurs Meetic, Adopteunmec et Edarling se partageraient entre la moitié et deux tiers du marché.

Le couple, l'antidote contre la crise ?

Le reste du gâteau est donc partagé entre les autres acteurs de ce vaste marché. Et face à la recrudescence de la demande - les inscriptions augmentent - l'offre ne cesse de s'adapter. De Droite rencontre à Gauche rencontre en passant par Gay droite rencontre, Gay gauche rencontre, AshleyMadison, Jewish Match, Shalom Date, AmourMaghreb, Mektoube.fr, Mon-bled.com, Iktoos, Rencontre agriculteur ou encore Amours bio, les sites ultra ciblés fleurissent les uns après les autres.

Mais au-delà du bonheur de trouver l'âme soeur, le fait d'être en couple pourrait servir d'antidote en période de crise. En effet, d'après les statistiques du portail social de l'Insee publié en novembre dernier, les personnes en couple seraient moins souvent au chômage que les célibataires.

Lire aussi: L'amour au bureau: clef du redressement productif ?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2013 à 15:51 :
Le problème est que certain site se font de l'argent sur le dos des utilisateurs. En réalité ils utilisent le désespoir amoureux des français (qui sont de plus en plus seuls) et avec l'offre tellement diversifiée les internautes ne savent plus ou donner de la tête .... Et le réel problème, je pense et que cette "offre" abondante change les relations entre les gens... La facilité à pouvoir trouver un nouveau partenaire est affolante et trop "simple". De nouveaux on vu le jour, ils supprime toute discussion sur internetn et je trouve que ca redonne de l'authenticité, du naturel et du hasard dans la rencontre. J'ai lu ca sur un article regardez http://sitesderencontre.com/website/meet-serious/
a écrit le 24/02/2013 à 14:22 :
Bonjour,

j'ai souhaité vous présenter le reseau social professionnel http://www.csisimple.fr en pensant que celui-ci pourrait vous intéresser.....
a écrit le 15/02/2013 à 17:15 :
Le business de la rencontre en ligne explose mais observez-vous plus de personnes en couple heureuses autour de vous grâce à ce business? Probablement pas. Signe que ces business ne font que de l'argent!
a écrit le 14/02/2013 à 15:02 :
En temps de crise c 'est pathetique et pas cher...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :