La Tribune

Régions : Mais à quoi va servir le très haut débit ?

DR
Jean-Pierre Gonguet  |   -  1856  mots
Le gouvernement veut généraliser l'Internet à très haut débit d'ici à 2022. Les collectivités sont prêtes à investir des sommes folles pour y avoir accès, surtout dans les campagnes. Mais très peu se posent la question de son utilité et de la manière dont le numérique peut réinventer les politiques publiques.

«Trois minutes, c'est le temps d'un ?uf à la coque. Pour expliquer ma position sur un plan à 30 milliards d'euros, c'est un peu juste. » La ministre déléguée à l'Économie numérique, Fleur Pellerin, a souri, et Yves Rome, sénateur et président du conseil général de l'Oise, a exposé son point de vue sur le plan très haut débit (THD) du gouvernement; comme les 59 autres invités à la table ronde de consultation des acteurs du secteur, qui se tenait le 13 février dernier à Bercy. Mais il fut l'un des rares à présenter un discours un peu dissonant, avec Yves Krattinger, sénateur et président du conseil général de la Haute-Saône. « Fleur Pellerin maîtrise totalement son dossier. Techniquement elle est très forte et, en plus, elle a de la repartie, explique l'un des opérateurs industriels présents. Antoine Darodes, qui sera vraisemblablement le patron de l'agence du THD, est lui aussi impeccable. Il est même consensuel. Sauf qu'on ne saisit toujours pas la vision politique. Je comprends les élus : ils attendaient qu'on donne du sens, et on leur parle tuyaux, cuivre, infrastructures et taxes. Et je comprends les entreprises : personne ne parle d'elles. »

Une histoire d'ingénieurs et d'inspecteurs

Qui va mettre en place le plan très haut débit et pour quoi faire? C'est la question qui commence à tarauder les élus. D'un côté, ils ne veulent pas se faire déposséder de cet équipement essentiel du territoire. De l'autre, ils n'ont pas, majoritairement, la culture du numérique. « Le THD pour l'instant, c'est des histoires d'ingénieurs et d'inspecteurs des finances, explique Jean Pierre Jambes, un universitaire de Pau qui fut pendant une dizaine d'années le patron du développement haut débit de la communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées. Tout le monde a compris qu'il s'agissait d'un investissement majeur, mais personne ne réfléchit sur le retour sur investissement : les collectivités ne travaillent pas, ou peu, sur une meilleure distribution du service public, très peu sur l'éducation numérique, sur l'e-santé... Ce qui est énervant dans la feuille de route de Fleur Pellerin, c'est l'absence de projet.

Ce n'est peut-être pas son rôle, mais Cécile Duflot était, elle, à cette réunion et on me dit qu'elle n'a rien dit. C'est à elle de le faire. » En fait, la ministre de l'Égalité des territoires a parlé, mais comme le dit un élu qui attendait visiblement un peu plus d'elle, « elle n'a apporté aucun sens politique ». Cécile Duflot a pourtant parfaitement saisi que les collectivités se sentaient mal à l'aise dans le débat THD et numérique. Claudy Lebreton, le président de l'Assemblée des départements de France, est donc en train de travailler sur la question - essentielle pour les collectivités -, des usages du numérique. Sur la manière dont le numérique peut réinventer les politiques publiques et absolument pas sur l'investissement nécessaire.

Depuis 2009, tous les Auvergnats ont le haut débit

Claudy Lebreton fait partie de ces élus qui estiment qu'il ne sert à rien d'investir un euro dans une nouvelle technologie si l'on n'en met pas deux dans le même temps sur la formation des personnels. René Souchon, le président du Conseil régional d'Auvergne, qui est certainement l'élu le plus en avance sur les questions de haut et de très haut débit, disait exactement la même chose, il y a peu, au ministre de l'Éducation, Vincent Peillon : « La Région a fait le choix du numérique comme levier du développement économique. Depuis 2009, tous les Auvergnats ont le haut débit. À partir de juin 2013, on commence l'installation de la fibre et on veut du 100 Mbit/s à la fin de 2017 partout. A minima, tous les foyers seront à 8 Mbit/s à cette date, les lycées seront à 100, les collèges en majorité à 100 et les écoles primaires seront également couvertes. S'il le faut par le satellite, quitte à ce que la Région paie. À Paris il n'y a pas de souci, le marché amène les infrastructures. En Auvergne, s'il n'y a pas d initiative publique, il n'y a rien. Mais les réticences sont colossales. Je passe mon temps à discuter d'e-education, l'éducation c'est majeur. Le numérique c'est vital. Mais ce n'est pas naturel, il y a des réticences chez les professeurs, elles sont même énormes. Il faut former les professeurs si on veut booster le système. »

300 millions d'euros prévus par le conseil général de l'Oise

Dans les rares départements très avancés en matière de haut, puis de très haut débit, c'est le même problème. Dans l'Oise, il y a 330.000 foyers couverts pour 800.000 habitants. Seulement 100.000 foyers (à Beauvais, Compiègne, Chantilly et Senlis) seraient desservis en FTTH (Fiber To The Home) en 2020 par les opérateurs. Le conseil général de l'Oise a adopté un schéma directeur qui évalue entre 300 millions et 330 millions d'euros le coût public pour couvrir les foyers non desservis et il a même nommé un vice-président chargé du déploiement du THD, c'est dire si le sujet est pris très au sérieux.

Pour autant, la méthode d'élaboration du projet THD Oise est fruste : on additionne des coûts. Il n'y a quasiment pas de recettes. Le problème de l'Oise - comme de tous les schémas directeurs d'aménagement numérique (SDAN) qui veulent être éligibles à des subventions de l'État -, c'est qu'il n'y a ni vision de l'utilité du THD, ni référentiel permettrant de hiérarchiser les projets d'équipements en fonction d'un retour socio-économique ou financier. L'Oise devrait refaire son projet non pas à partir des coûts, mais à partir des recettes, des gains de productivité ou des sauts qualitatifs dans les politiques publiques (santé, éducation, etc.). Toutes les collectivités le savent, peu se penchent sur la question.

Un projet de connexion sur... 30 ans

Certains, comme Yves Krattinger en Haute-Saône, adoptent même des positions radicales. Celui-ci a fait ses calculs : le THD, non seulement va lui coûter 360 millions, mais, en plus, ce sera « trop tard car, sur la base du plan actuel, il faudra trente ans pour connecter tout son département ». La Région Bretagne est ainsi en train de lancer un déploiement en TDH pour 85000 prises et l'addition minimale est de 400 millions. Dans n'importe quel département peu dense, comme la Meuse, le THD c'est au minimum de 300 millions à 320 millions. Du coup, Yves Krattinger a plaidé devant Fleur Pellerin pour un développement en simultané de la fibre et du THD sans fil, en privilégiant les zones d'activité et les établissements publics. En clair : l'État doit reprendre son rôle de grand stratège et inventer un nouveau modèle de gouvernance. Cécile Duflot, en visite en Haute-Saône le 22 février, devrait le comprendre.

Less collégiens français, les 27e en Europe pour l'utilisation de tablettes

Comme devrait l'écrire Claudy Lebreton dans le rapport qu'il va lui remettre, « les élus, le gouvernement, le parlement sont beaucoup trop concentrés sur les tuyaux, mais personne ne se demande en quoi le numérique est un atout pour le service public. J'ai 1100 km de fibre optique dans mon département, les Côtes d'Armor, et la réflexion la plus importante, celle sur la transmission des savoirs et le nouveau modèle qu'impose le numérique, n'est toujours pas amorcée! » L'ancien président du conseil général de Corrèze, François Hollande, avait joué les précurseurs en distribuant des iPad, mais, comme le glisse un élu, « être en 8e position en Europe aujourd'hui pour l'équipement des collégiens en tablettes ne sert à rien lorsque l'on voit que les collégiens français sont les 27e en Europe pour l'utilisation de ces mêmes tablettes! »De manière étonnante, l'Inspection générale des Finances est presque d'accord avec les élus locaux.

Le véritable défi n'est pas technologique, il est politique

Dans un rapport mordant rendu au ministre de l'Économie, il y a tout juste un an, l'inspecteur Alexandre Siné avait écrit que « la couverture en THD des zones peu denses répond à un objectif d'équité de l'aménagement du territoire, mais ne contribue que marginalement à l'objectif de développement de nouveaux usages par les entreprises et les ménages... L'impact positif du très haut débit n'est pas garanti. Il est fortement conditionné, comme avec le haut débit, par le développement d'usages qui tirent parti de son potentiel. » La technologie rend possible le développement d'innovations dans les territoires, mais le véritable défi n'est pas technologique, il est politique, « c'est celui, explique Jean Pierre Jambes, du pilotage des projets et d'une ouverture transversale entre les différents silos que constituent les multiples acteurs et métiers qui cohabitent dans un territoire - transport, énergie, sécurité, télécoms. Ce qui est valable pour la ville numérique l'est tout autant pour la campagne numérique ».

1287 territoires sur 1666 sont qualifiés de ruraux

Les collectivités se sont fait une spécialité d'empilement de SDNA et autres Stratégies de cohérence régionale pour l'aménagement numérique, et n'ont rien fait pour le décloisonnement des approches par métiers des collectivités locales, laissant par exemple les directions des systèmes d'information travailler seules dans leur coin, sans jamais qu'il y ait connexion avec ceux qui auraient éventuellement pu penser les nouveaux usages du numérique. Cécile Duflot, qui n'a toujours pas donné une vision politique de ce que pourrait être l'égalité des territoires, devrait être en fait la ministre qui, face aux « technos », va porter une approche plus systémique, plus pragmatique du THD et des usages du numérique. Elle pourrait ainsi être amenée à proposer une organisation en fonction des bassins de vie. Ce sont les plus petits territoires au sein desquels les habitants ont accès aux équipements et services courants : il y en a 1666 qui structurent le territoire, dont 1287 sont qualifiés de ruraux au sens des critères adoptés par la Commission européenne.

C'est là que la population a le plus augmenté au cours de la dernière décennie. C'est l'endroit le plus pertinent pour regrouper et faire travailler ensemble toutes les structures, celles de l'État comme celles des collectivités, et trouver un mode de gouvernance sur l'éducation, la santé et les services publics. Il va falloir être très fin. D'un côté les collectivités doivent mutualiser et réfléchir aux usages dans les bassins de vie, de l'autre elles doivent se coordonner nationalement pour mutualiser : il existe, par exemple, autant de plates-formes de données pour les prestations sociales, qu'il y a de départements, alors qu'elles sont les mêmes partout. Pas simple!

Réagir

Commentaires

Photoscope  a écrit le 01/03/2013 à 14:41 :

Moi aussi je me pose la question, et j'espère que ce n'est pas le même principe que pour la télévision : plus il y a de chaines disponibles, moins il y a d'émissions intéressantes (mais toujours autant de pubs !).

iCitoyen  a écrit le 28/02/2013 à 16:41 :

La technologie pour la technologie ne mène nul part.
L'important ce sont les usages et la rentabilisation des investissement.
Or, les usages plafonnent! OUI et j'explique.
La compression d'une image Full HD est à 2,5 Mb/s en labo. La puissance des terminaux permet de faire les calcul de 3D en local à partir d'une image standard.
Le 4k donne une finesse supérieure à la sensibilité humaine. Son usage ne sert que pour des TRES grands écrans type affichage publics, concerts...
Les réseaux backbone et les serveurs n'ont pas la capacité de faire transiter la somme des débits des utilisateurs, il sont la bornes maximum du débit possible pour l'utilisateur.
Les constats réels d'utilisation montre que 20Md/s réel (débit utile) suffit largement pour une famille de 4 personnes sur-équipée.
Pour la rentabilité, il est préférable de faire évoluer les DSLAM existants vers le VDSL dans les grandes villes et de déployer la fibre vers des gros points d'accès puis du Wimax ou wifi en dans les campagnes.

CRC32  a répondu le 28/02/2013 à 23:52:

Foutaises! Mettez un décodeur IPTV pour chacun des membres de votre famille de 4 personnes avec une débit vidéo moins brouillon que l'ADSL (environ 6 Mb/s MPEG-4 en HD) mais plus proche du satellite (environ 8 Mb/s MPEG-4 en HD) voir du Bluray (environ 20 Mb/s MPEG-4 en HD) et vous verrez votre connexion ADSL saturer très rapidement. Comment l'industrie audiovisuelle peut-elle accepter de massacrer à ce point la qualité pour des prétendus "oeuvres d'art"? Et j'oublie encore la qualité MP3 que beaucoup écoutent dans leur smartphone ou sur leur autoradio.

iCitoyen  a répondu le 01/03/2013 à 15:15:

@CRC32:
il semble que votre lecture soit ele-même brouillonne.
Le débit nécessaire actuellement en HD est d'environ 5Mb/s. COMME je l'ai écrit, ce débit est actuellement en laboratoire de 2,5 ce qui passera sous quelques temps dans les équipements réels.
Quant aux oeuvres d'art dont vous parlez, entre le fait que la qualité était bien moindre avant et que cela ne dérangeait personne, le fait de cette industrie veut justement faire revenir les spectateurs dans les cinéma et le fait que 70%des films sont de purs navets... il n'y a aucun problème. Si vous voulez de la qualité Blue-ray, achetez un disque BR: l'industrie et les réseaux de distributions vous en seront très reconnaissants!
Vous ne semblez clairement pas comprendre grand chose aux technologies sous-jacentes et à leurs évolutions.
Enfin, lorsque l'on a plus de 50 Mds de déficits, on commence par rentabiliser ses investissements avant d'investir dans les danseuses!

CRC32  a répondu le 01/03/2013 à 18:06:

@iCitoyen

Contentez vous de votre médiocrité dans VOTRE laboratoire. Les cinéphiles et les mélomanes préfèrent encore la qualité à votre bouillie de pixels pour aveugles. Concernant ma compréhension des nouvelles technologies je vous trouve bien trop prétentieux pour être capable d'en évaluer le niveau car vous ne semblez pas comprendre l'impact du "bitrate" sur la qualité visuelle par un algorithme de compression avec pertes.

MarcoPolo  a écrit le 28/02/2013 à 16:04 :

Un article typique de la presse. Quelques interviews autour d'un verre, un article bavard rédigé sur le coin d'un bar. Au début, une question intéressante: à quoi sert le haut débit? On arrive à la fin et on en toujours pas la moindre idée. Comme le journaliste, sans doute.Temps perdu.

Dom de Royon  a écrit le 28/02/2013 à 11:18 :

A René Souchon,
Je ne sais pas à partir de quel flux on peut parler de HAUT DÉBIT, mais le réseau octroie généreusement 512 kbps à chaque abonné de mon quartier. Je réside en Auvergne dont vous affirmez qu'elle est totalement irriguée en haut débit.
D'autres avant ceux qui se demandent aujourd'hui ce que les ploucs pourraient bien faire d'un internet efficace se sont posé la même question à propos des maternités, des bureaux de poste et d'une façon générale des agences de services publics...
Alors pour le Super Méga Très Haut Débit, moi je suis prêt à attendre encore un peu, qu'à coût d'abonnement identique s'harmonise (un peu ?) la qualité du service vendu.
J'adhère à votre déclaration sur la nécessité de booster la formation, mais sans équipement adéquat, ça ne servira sans doute pas à grand-chose.
Est-ce qu'on commence par la poule ou par l??uf ?

Supreme  a écrit le 28/02/2013 à 10:38 :

J'aimerais bien avoir le haut debit deja sur Paris. Vivant dans un vieil immeuble Haussmanien avec un cablage désuet jusqu'au 6e étage je stagne a 2mega et encore si tout va bien!!

iCitoyen  a répondu le 28/02/2013 à 16:35:

Ce n'est donc pas un problème de réseau mais de câblage privé dans une habitation privée!

vercaud  a écrit le 28/02/2013 à 10:15 :

Vieille tradition française: se souvenir de De Gaulle décrétant que le téléphone ne servait à rien et qui avait plongé la France dans une situation catastrophique en matière de communication.

CRC32  a répondu le 28/02/2013 à 10:47:

Vous que croyez que c'est mieux aujourd'hui avec l'hypercommunication et des prétendus réseaux "sociaux" qui isolent les gens dans une bulle numérique? Pas si sûr!

stormy  a écrit le 28/02/2013 à 9:15 :

je suis administrateur réseau (et prof) dans un collège de Normandie dans l'eure où nous avons 170 pc mais seulement deux connexions sdsl de 1mo symétrique chacune a débit agrégé sur 2 fois 2 paires de cuivre pour 150e par mois... alors les usages de la fibre sont faciles à deviner simplement pouvoir utiliser Internet. .. Le problème c'est la concentration informatique et l'hébergement extérieur des bases de données la généralisation des clouds etc etc....

CRC32  a répondu le 28/02/2013 à 15:47:

L'offre SDSL chez OVH jusqu'à 20 Mb/s (non garanti) pour 29,90 euro TTC sur une paire de cuivre semble particulièrement plus intéressante (sur le papier) que vos 2 lignes SDSL pour seulement 1 Mb/s (garanti?). Vous devriez changer de prestataire car même pour 150 euro TTC vous pourriez obtenir 5 Mb/s (garanti) chez ce même prestataire. Je veux bien que certains souhaitent dépenser TOUS les crédits de l'éducation nationale pour reporter le budget l'année suivante mais si c'est pour un service nul, dans ce cas il vaudrait mieux réduire les crédits pour mieux regarder à la dépense.

anonyme de la campagne  a répondu le 22/03/2013 à 11:09:

Encore faut-il, cher CRC32, que la ligne cuivre le supporte... tout n'est pas toujours question de fournisseur, mais aussi parfois de contraintes techniques (surtout si vous êtes en campagne).

François  a écrit le 28/02/2013 à 1:27 :

On verra où il est le développement économique avec la fibre optique quand tout se vendra sur internet et que les magasins fermeront les uns après les autres. On voit ce que ça donne pour Virgin Megastore. On commence à voir des hypermarchés du style Leclerc drive. Nos caissières, nos vendeurs et nos chefs de rayons vont sauter tous en coeur pour alimenter nos chères statistiques du chômage. Bientôt nous imprimerons plus de livres, nous ne louerons plus de DVD... cela aussi sera du chômage en plus.

Le progrès  a répondu le 28/02/2013 à 9:48:

Si on peut finir avec tous ces jobs débilitants pour se consacrer à des activités réellement épanouissantes, pourquoi pas. Enfin j'imagine que toutes les éminences libérales qui veulent le bien du plus grand monde bien sûr ne l'entendent pas de la sorte. Des chômeurs par millions ça rend les salariés plus dociles.

Lester Burnham  a écrit le 27/02/2013 à 23:38 :

"Un projet de connexion sur... 30 ans"

Il y'a 30 ans IBM a vendu son IBM-PCjr: 128 kB mémoire interne, "matrix color" (suffisant pour Tetrix) et 2 5 1/2 inch disquettes. En plus, Basic pour programmer, WordPerfect pour les textes et Lotus 123 pour shunter le système. En 1983 le téléphone mobile le plus cool était le Motorola DynaTAC 8000X. Steve Jobs a parlé déjà du possibilité du E-mail dans un présentation en Aspen, Colorado.....

Cher Fleur, le temps et les possibilités technologique ne courent pas au rythme des Socialos....


a rien  a écrit le 27/02/2013 à 21:48 :

Le très haut débit ne sert à rien, c'est de l'argent des impôts perdu...

Lafibre  a écrit le 27/02/2013 à 21:34 :

C'est big brother qui entre dans votre maison ou votre bureau. Chacun pourra consulter ainsi son médecin par internet pour un diagnostic rapide ou travailler avec son psy-chaman, collaborer avec son entreprise en temps réel, observer ses enfants en classe, assister aux conférences du collège de France, visiter virtuellement un musée, aller au théatre ce soir, espionner son voisin grace à la video surveillance ou aux drones, etc. Bref, une transformation radicale de la société à la clé : des caméras partout et des voyeurs partout.

Un point c'est tout  a écrit le 27/02/2013 à 21:08 :

Les travaux de voirie vont ainsi faire travailler les entreprises de BTP qui sont intimement liees aux politiciens locaux

MoneyMoneyMoney  a écrit le 27/02/2013 à 20:56 :

A quoi ca va servir ? Ce n'est pas la question !
Combien d'emploi réel et durable cela peut-il créer ? Ce n'est pas la question !
Cela va t'il permettre de résorber le déficit abyssale ? Ce n'est pas la question !

Avec la gestion de la fibre, vous pourrez taxer plus les travailleurs, avoir plus d'argent à épandre en temps de crise et donc plus de pouvoir ! Et là tous ces politiciens disent en coeur: OUI, La fibre c'est l'AVENIR !!

Valentin  a écrit le 27/02/2013 à 19:55 :

La fibre optique coute dix fois moins cher que le fil de cuivre utilisé pour l'adsl.
La fibre optique va cent fois plus vite que l'adsl.

Alors a quoi ça sert de payer dix fois moins pour aller cent fois plus vite ?
Il faut le demander aux coréens et aux japonais où les offre filaires inférieures à 10 méga ne sont plus commercialisées.

Gogo es tu là?  a écrit le 27/02/2013 à 18:46 :

Même erreur que pour l'euro, en faire un but a atteindre au lieu d'en faire un moyen pour améliorer les choses; mais "des choses" on n'en parle pas!

geekofrun  a répondu le 27/02/2013 à 20:27:

je partage votre avis mais je suis tout de même convaincu qu'il faut absolument déployer le THD car c'est un incontournable facteur de dév économique et social

facebook  a répondu le 28/02/2013 à 9:24:

Les réseaux sociaux se frottent les mains, on passera notre vie derrière un ecran et on aura peur de croiser notre voisin!

Bubu  a écrit le 27/02/2013 à 17:42 :

J'ai l'impression qu'il y a un schéma directeur d'aménagement numérique (SDAN) avec au final la création d'une DSP, ceci pour chaque département. Le risque est le déploiement, au frais du contribuable, de X réseaux de fibres qui ne seront pas utilisés par les principaux opérateurs/FAI, France Télécom s'appuiera sur ses 14000 NRA reconvertis en Noeud de Raccordement Optique.

yvan  a répondu le 27/02/2013 à 19:14:

Très juste, Bubu. Tout comme dans le projet "grand paris" ou tout "partenaria public-privé", c'est l'argent de l'état qui est visé. Le pire est qu'ils sont étiquetés soit-disant gauche... Notes, ça pourrait être bien pire avec la droite...

Fredo30  a écrit le 27/02/2013 à 17:37 :

Stop les franchouillards ! C'est pas en disant à chaque fois que ça sert à rien que vous allez faire avancer votre pays !Evidemment que ça va servir le 100 mbits partout,c'est comme de dire qu'une autoroute c'est utile.
Déjà ça pourrait sauver des milliers de vies, en connectant tout ce qui roule,pour éviter, avec des voitures concues pour, toutes formes d'accidents à l'avenir.On peut imaginer des consultations médicales en ligne,avec caméras ultra haute définition,et aussi le télétravail bien plus facile.On peut imaginer des jeux videos en ligne,etc,etc

picnicdouille  a répondu le 27/02/2013 à 18:05:

l'adsl permet déjà tout ça... et pour les autoroutes, au fur et à mesure que les citoyens se paupérisent, ils les utiliseront de moins en moins. Leur utilité n'existe que lorsque les citoyens sont suffisamment riche pour échanger un gain de temps contre de l'argent. Et c'est exactement pareil pour les autoroutes numériques. Un investissement, payé sur une taxe qui plus est, ne fait pas forcément la croissance. La croissance réelle ne devient maximum, égale à la croissance potentielle, que lorsqu'un équilibre est trouvé entre offre et demande : quelle politique permet la rentabilité maximum des entreprises sans écraser les consommateurs-salariés ? C'est ça la question. Et la réponse n'est pas dans l'absence de vision de ce gouvernement ( mais le précédent n'en avait pas non plus...)

yvan  a répondu le 27/02/2013 à 19:10:

Bien vu, Picnicdouille. Très bien vu.

ZORRO17  a répondu le 27/02/2013 à 19:18:

Le haut débit (fibre) est entre l'utilisateur final et le serveur de son FAI . Après pour accéder à un site cela dépend de la vitesse des lignes raccordées. C'est comme lorsque l'on quitte une autoroute pour se retrouver sur une départementale ou un vicinale

@fredo30  a répondu le 27/02/2013 à 19:28:

jeux vidéo en ligne?tu plaisantes?y'a rien de plus important?

Fredo30  a répondu le 27/02/2013 à 23:18:

Ne vous inquiétez pas messieurs :les générations moins agées que vous trouveront bien des applications pour le très haut débit.N'oubliez pas votre tisane,votre supo et au lit !

loulou  a répondu le 28/02/2013 à 10:08:

Fredo 30
...des jeux vidéo ... vous avez raison car vs risquez d'avoir du temps libre à l'avenir!!! n'oubliez pas à retenir vôtre place au Resto. du Coeur....à l'aide THD

Lennart  a écrit le 27/02/2013 à 17:16 :

Je crois que c'est un Président (Français), il y a déjà pas mal de décennies, qui se posait la question de l'utilité du "téléphone", un gadget qui devait être vite oublié et rangé au placard.

CPM  a répondu le 27/02/2013 à 17:52:

La différence, c'est qu'il y avait une demande.
Là, il n'y en a pas. Peut-être que ca viendra d'ailleurs, mais pour l'instant ce n'est pas le cas.
Free, qui comptait investir lourdement dans cette techno, le dit très bien. Même à Paris, où c'est économiquement le plus viable, ca n'avance pas, parce que les gens sont satisfaits avec l'ADSL2+. Le jour où la demande sera là, ils investiront.

CRC32  a répondu le 27/02/2013 à 18:24:

@CPM

Les gens ne sont pas satisfaits de l'asymétrie de l'ADSL qui fait perdre énormément de temps pour envoyer des fichiers volumineux tels que des photos et des vidéos capturées par des APNs, camescopes et smartphones. De plus, la centralisation des données personnelles sur les réseaux sociaux pose un gros problème de sécurité, si bien qu'augmenter la capacité du débit montant des connexions permettrait de décentraliser l'information (cf. hébergement) et de la rendre moins vulnérable aux attaques ciblées. Le véritable problème ce sont les FAIs qui ne souhaitent pas investir dans la construction d'un réseau fibre après avoir largement profité de la privatisation de France Télécom. Ils utilisent toutes les excuses imaginables pour ne pas débourser un seul euro et attendent l'argent public pour en profiter comme pour l'ADSL.

loulou  a répondu le 28/02/2013 à 10:50:

@ Lennart
Pouvez être plus précis et citer le nom du pdt de la République et vos références

iCitoyen  a répondu le 28/02/2013 à 16:34:

Oui car c'est De Gaulle qui dès 58 a demandé à ce que la France dispose d'un système de télécommunication numérique.
Ce qui fut fait rapidement après, grâce au normes inventés au CNET, pour les quelques (moins de 10) commutateurs de transit primaires (CTP).

Alain34  a écrit le 27/02/2013 à 17:16 :

Le très haut débit ? chez le particulier, a part pour passer plein de chaines de TV (aussi nombreuses que débiles et inutiles) et pour télécharger, ça sert a rien. C'est juste une lubie de politiques qui s'imaginent que ça va relancer l'économie, c'tte blague.
Qu'ils fassent déjà en sorte qu'il y ait du haut débit partout et ce sera bien.. et surtout bien moins cher.
Et en même temps qu'ils facilitent les connexions fibre pour les entreprises qui en ont _réellement_ besoin...

Labo  a écrit le 27/02/2013 à 17:11 :

Rien dans cet article sur l'intérêt technique, stratégique du développement du THD : on écrit que c'est le problème (de ne pas avoir de vision), mais on n'avance aucune piste. On sent bien quand même qu'il y a quelque chose : échanges facilités favorisant la décentralisation, l'éducation (à partir de pôles d'excellence par exemple), l'intervention d'experts à distance, dans de nombreux domaines, médicaux, industriels, education... (sans les contraintes d'un déplacement). Le dossier doit être approfondi...

Jules_  a écrit le 27/02/2013 à 16:59 :

Qu'ils commencent peut être déjà par équilibrer les connexions selon les endroits... Chez mes parents, 1M maxi (seulement chez Free), dans le quartier d'à côté, 20M dispo chez à peut près tous les fournisseurs... Le pire étant que mes parents habite juste derrière la Mairie de leurs ville !!

CRC32  a répondu le 27/02/2013 à 18:28:

Les FAIs s'en fichent d'équilibrer les connexions puisqu'ils ne veulent pas investir dans un nouvel équipement (DSLAM) pour une poignée d'abonnés. C'est la stratégie de la rentabilité maximale!

il y a pire  a répondu le 27/02/2013 à 18:31:

chez moi, une des plus grosses agglomérations des Yvelines: 512ko !!!!!!

yvan  a écrit le 27/02/2013 à 16:51 :

Clair que le haut-débit me serait utile pour pirater. Mais, franchement, hormis une entreprise ... QUI a besoin du haut-débit..?? C'est là où je pense que ça les gène, ceux qui veulent les sous de l'état : la France a un TRES bon réseau téléphonique qui permet d'avoir un débit de données suffisant. La faute à Giscard, tout ça. Et c'était DEJA avec nos sous. N'est-ce pas FT ..?

ObZn  a répondu le 27/02/2013 à 22:56:

Moi j'ai besoin de la fibre, je ne télécharge beaucoup de contenu (jeux sur steam ou film VOD) ou vous devez attendre 6 ou 7h pour avoir cela a cause d'une connection 6 méga a défaut de mieux, qui doit satisfaire une famille de 5 personnes en même temps que faire tournée certaines chaînes qui ne passe pas sur la TNT.
Alors OUI il faut la Fibre pour les plaisirs numérique de demain et même déjà aujourd'hui le besoin de fait sentir.
Ont as pas tous la chance d'habiter assis sur le NRA pour avoir du 28 Mega !
La France a du retard sur ce domaine et pas que.

bernard  a écrit le 27/02/2013 à 16:48 :

Le gouvernement devrait commencer par finir le tout a l egout dans toutes les communes
avant de s attaquer a la fibre obtique je sais que se n est pas la meme utilite mais il y va de la proprete de nos communes et c est bien pour cela que nous payons des impots non

CRC32  a répondu le 27/02/2013 à 18:33:

Parce que sans égout vous rejetez vos eaux usés dans la rue? Vous habitez une favela? Il me semble qu'une fosse septique permet de collecter les eaux usées.

loulou  a répondu le 28/02/2013 à 10:27:

CRC32
Votre raisonnement prouve que le THD ne sert à rien....que l'on peut s'en passer ,que les moyens existants suffisent. "Bernard" ne vs en déplaise à raison ,mais c'est moins valorisant pour le maire qui doit être un "matuvu "

Bubu  a répondu le 28/02/2013 à 10:36:

@ bernard: les égouts sont un moyen très efficaces pour faire passer de la fibre optique et raccorder directement des immeubles sans défoncer les rues et les trottoirs. Paris est essentiellement fibrée via son réseau d'égouts. Dans les régions, les élus aiment bien les travaux de voirie pour montrer qu'ils font quelque chose...

CRC32  a répondu le 28/02/2013 à 15:34:

@loulou

Votre raisonnement me fait pensez à un célèbre patron (Bill GATES) qui n'avait pas vu venir le virage internet et prédisait "640K ought to be enough for anybody" à l'époque où MS-DOS était populaire. Aujourd'hui n'importe quelle machine est équipée d'au moins 1 Gio de mémoire vive.