La Tribune

"LinkedIn veut agrandir sa base d'utilisateurs pour mieux la monétiser"

Laurence Bret-Stern, directrice marketing de LinkedIn en Europe. DR
Laurence Bret-Stern, directrice marketing de LinkedIn en Europe. DR
Propos recueillis par Marina Torre  |   -  712  mots
Développer le contenu éditorial pour attirer davantage d'utilisateurs et offrir ensuite aux entreprises des statistiques détaillées et d'éventuels candidats au recrutement... Voilà le principe de développement du réseau social LinkedIn, détaillé par sa directrice marketing en Europe, Laurence Bret-Stern. Une stratégie qui lui a déjà permis de dépasser l'audience de Viadeo en France.

"Notre objectif, c'est d'agrandir la base d'utilisateurs pour pouvoir mieux la monétiser." Telle est la stratégie de LinkedIn, évoquée par sa directrice marketing Europe, Laurence Bret-Stern lors d'un séminaire organisé par l'association de patrons CroissancePlus. Face à ces chefs d'entreprises, elle a surtout insisté sur l'intérêt d'être présent sur son réseau social pour "renforcer sa marque employeur", en bénéficiant du trafic augmenté, notamment grâce à de nouvelles offres éditoriales. Parmi elles : du contenu sélectionné par 150 "influenceurs" dont l'économiste Jacques Attali, la publicitaire Mercedes Erra ou l'homme d'affaires Richard Branson. La page du patron de Virgin est d'ailleurs parvenue à dépasser le million de "followers" sur LinkedIn plus rapidement que sur Twitter. En aparté, pour La Tribune, Laurence Bret-Stern évoque en quelques mots le modèle et la stratégie d'innovation du réseau social américain.

Quels sont les atouts qui vous ont permis de détrôner l'audience de Viadeo en France avec 4 millions de visiteurs uniques en fin 2012 (source Mediamétrie Netratings) contre 3,7 millions pour votre concurrent ?

Nous ne commentons pas les chiffres que communique Viadeo. Mais quels facteurs expliquent notre progression ? D'abord notre couverture. Notre exposition est la même partout dans le monde. A Paris, Sao Paulo, Hong Kong, New Dehli... Le deuxième élément est lié à l'innovation, c'est le fondement de notre modèle. Nous enrichissons très fréquemment le service, notamment avec une offre éditoriale. Notre ambition est de devenir une référence dans le monde du travail.

Cet aspect sera-t-il renforcé avec, par exemple, l'intégration d'un agrégateur de contenu éditorial ?

Si vous faites référence aux rumeurs de rachat de l'application "Pulse", je ne peux pas vous en parler car je n'ai pas été tenue au courant.

>> LinkedIn lorgnerait Pulse, l'application encensée par Steve Jobs

 Parmi les offres que vous facturez aux entreprises figurent notamment des statistiques sur les utilisateurs qui visitent leurs pages, sur leurs membres etc... C'est ce modèle qui permet ensuite de rendre le site gratuit pour les utilisateurs. Cela signifie-t-il comme le dit l'adage que "si vous ne payez pas, c'est que vous êtes le produit ?"

Sur LinkedIn, il y a énormément de contenus générés par les utilisateurs. Les gens tiennent à mettre leur page à jour. Ils font peut-être partie du produit, mais on ne peut pas dire que les gens SONT le produit. Il y a une vraie valeur ajoutée de la part de LinkedIn. (Les utilisateurs sont incités à rendre leur présentation la plus complète possible, des suggestions de connexion leurs sont proposées, ainsi qu'un moteur de recherche pour trouver une entreprise, d'anciens collègues ou camarades d'école, histoire d'entretenir son réseau ndlr).

En terme de management, comment innovez-vous chez LinkedIn ?

Nous avons des piliers de culture et de valeurs. Nos piliers culturels sont par exemple : "transformation, intégrité, collaboration, humour, résultat". Nos valeurs : "member 1st" , l'utilisateur doit primer, "relationships matters", tout est fondé sur la relation de travail, "act as an owner", tout le monde est responsable de son budget, "take intelligent risk", prenez des risques intelligents. Cela peut apparaître comme des codes très américains mais cela sert de guide sur la façon dont on manage et la façon dont on travaille. C'est essentiel, car nous sommes en forte croissance et nous ne devons pas dévier de notre trajectoire, même un peu.  Il existe aussi des piliers pour la mesure de performance des managers: mobiliser des personnes autour de soi, faire plus avec moins, et de façon plus classique, obtenir les meilleurs résultats en termes de chiffre d'affaires ou, pour les RH, le nombre de personnes recrutées. Cela fait vingt ans que je travaille dans ce secteur et je n'ai jamais vu une conviction aussi forte et aussi importante autour d'une marque. C'est probablement ce qui fait l'attrait de LinkedIn. Notre modèle économique implique une forte mobilisation de matière grise, beaucoup de cerveaux, car nous fondons notre croissance sur l'innovation. Ce qui les attire ce n'est pas seulement que l'histoire soit belle et qu'elle soit en croissance, c'est aussi un travail épanouissant, gratifiant.

Réagir

Commentaires

02kd  a écrit le 02/04/2013 à 12:16 :

lnfo

Thargor  a écrit le 25/03/2013 à 13:55 :

"prenez des risques intelligents" en général, on n'est pas sensé dénigré son produit quand on en fait la pub. Réseaux sur Internet = flicage volontaire du gogo. Que ce soit pour du boulot ou autre ...

nEtRICk  a écrit le 25/03/2013 à 12:42 :

C'est bien pour cela que je vais me retirer de (dis)LikedIn, qui a réussi à me pomper
50 Euros par mois pour pas grand-chose !

alainmayor  a écrit le 25/03/2013 à 12:15 :

J'ai quitté LinkedIn parce que, à mon détriment, LI a envoyé à tout mon carnet d'adresses une proposition non souhaitée " xxx souhaite vous joindre à son réseau LinkedIn". De même que j'ai reçu cette même proposition venant d'autres personnes, que j'ai intérrogées, et qui m'ont répondu "Désolé, je n'ai jamais demandé un truc pareil".
Comme quoi, sur Internet, "si c'est gratuit, c'est vous la marchandise" !

jonathan  a répondu le 25/03/2013 à 13:25:

Je doute que cela ai pu être fait à votre détriment mais vous avez forcément accepter de le faire.

alainmayor  a répondu le 25/03/2013 à 14:37:

réponse à Jonathan :
a) je n'ai jamais demandé à mon ordi d'envoyer un message à mon carnet d'adresse "voulez-vous rejoindre mon réseau". Ou alors j'ai cliqué quelque part à l'insu de mon plein gré, ce qui est malhonnète de la part de LIn.
b) TOUTES les personnes qui "m'ont invité" à rejoindre leur réseau sur LIn, fort génées, m'ont répondu qu'il "n'y étaient pour rien, sorry !"
Dans les deux cas, c'était à mon détriment.