La Tribune

Hacker en Chine : un métier comme un autre

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  385  mots
Une enquête du New-York Times révèle que le Ministère de l'Education lui-même, ainsi que les universités, encourageraient cette pratique, allant même jusqu'à organiser des concours de pirates.

"En Chine, hacker est un métier comme un autre". C'est du moins ce qu'une enquête publiée dans le New York Times affirme. En Chine, les hackers sont considérés comme des employés normaux, et non comme des criminels. Et c'est le Ministère de l'Education lui-même, ainsi que les universités qui encourageraient cette pratique, allant même jusqu'à organiser des concours de pirates. Les plus habiles d'entre eux viennent faire démonstration de leurs talents dans des salons professionnels.

Espionner ses rivaux industriels

Des entreprises de cybersécurité ont commencé à fleurir dès les années 90 fournissant des informaticiens, capables bien sûr d'assurer de la sécurité des réseaux, mais de jouer aussi le rôle d'attaquant pour notamment espionner les concurrents. Le quotidien cite ainsi l'exemple de Sany Group, l?un des plus gros producteurs de matériel de construction implanté en Chine. Selon des communiqués officiels confirmés par un ancien pirate, l'entreprise avait engagé des hackers pour espionner son rival, Zoomlion.

Un lien étroit avec le gouvernement

Le 19 février 2013, l'entreprise de sécurité informatique américaine Mandiant publiait une vidéo illustrant comment une bande de hackers s'était introduite dans les réseaux d'organisations occidentales. Les membres de cette "unité 61 398" ne se sont pas cachés, quatre anciens employés ayant même publié leur CV sur un site de recherche d'emplois en ligne. Cette vidéo, accompagnée d'un long rapport (en partenariat avec le New York Times ) constitue la preuve qu'un réseau de hackers, en étroit lien avec le gouvernement chinois, espionnait les réseaux occidentaux.

Pour la première fois, un lien a pu être établi entre les attaques informatiques et l'armée chinoise, par le biais de "l'unité 61398". Officiellement, ce bureau, qui figure dans l'organigramme de l'Armée populaire de libération, s'occupe de réseaux informatiques. Mais l'enquête menée par Mandiant révèle qu'il pratique en fait  une campagne d'espionnage d'entreprises (la plupart américaines), à la recherche de secrets industriels. Quelques jours plus tard, le magazine Der Spiegel révélait que le groupe d'aéronautique EADS, et le sidérurgiste allemand ThyssenKrupp avaient subi en 2012 des attaques de pirates informatiques chinois. Des accusations que la Chine avait cependant rejetées.

Réagir

Commentaires

Xav  a écrit le 26/05/2013 à 12:33 :

C'est l'histoire de l'arroseur arrosé !

troka  a écrit le 26/05/2013 à 10:30 :

on comprend mieux pourquoi les Chinois s?enrichissent...faire du commerce avec eux c'est tout simplement se faire escroquer tout est bon pour faire du business c'est le pays de la mafia et de la contrefaçon il y a longtemps que l'UE aurait dû augmenter les taxes sur les exportations chinoises avec 150 milliards de déficit les européens sons en train de se ruiner ...l'actuelle dette européenne des pays dits du sud est due essentiellement à la fermeture de milliers d'entreprises et le chômage des millions de personnes dans toute l?Europe ... tout çà pour un pays que ne respecte rien...un gouvernement arrogant dont le but c'est de dominer la planète...

hacker  a écrit le 24/05/2013 à 23:53 :

Oué d'accord, hacker américain, c'est super génial la classe, hacker chinois c'est mauvais...

cdg  a répondu le 25/05/2013 à 13:05:

tout depend pourquoi vous le faites... espionner des oposants politique pour les envoyer en prison (comme la chine l a fait pour les tibettains) c est quand meme pas la meme chose que de veroler une usine d enrichissement d uranium iranienne

Mem's  a écrit le 24/05/2013 à 17:35 :

Attention à l'usage des mots "hacker" et "pirate".

C'est pas parce que vous savez ouvrir un verrou sans clé, que vous êtes un voleur. De la même façon, un hacker ne veux pas dire un pirate (dans le sens pirate informatique).

Le terme "hacker" signifie : "quelqu'un qui aime comprendre le fonctionnement d'un mécanisme, afin de pouvoir le bidouiller pour le détourner de son fonctionnement originel" ? Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Hacker).

CRC32  a répondu le 24/05/2013 à 18:12:

La prochaine fois que quelqu'un ouvrira votre véhicule sans clé, reposez-vous cette question "hacker" ou "pirate"? Pour comprendre le mécanisme d'une serrure vous pouvez le faire sur votre propre serrure et non chez les autres. Un "hacker" qui s'introduit dans un système informatique qui n'est pas le sien et prétend agir par curiosité est pour le moins douteux.

cdg  a répondu le 25/05/2013 à 13:06:

a condition d avoir une serrure a vous sur la main. et d ailleurs pas mal de hacker ont decouvert des failles sur du materiel leur appartenant