Le Parlement européen s'apprête à appeler à une scission de Google

 |   |  377  mots
Le projet de motion contenant cet appel ne mentionne aucun moteur de recherche spécifique. Mais Google est de loin le premier des services de recherche sur internet en Europe, avec une part de marché estimée à 90%.
Le projet de motion contenant cet appel ne mentionne aucun moteur de recherche spécifique. Mais Google est de loin le premier des services de recherche sur internet en Europe, avec une part de marché estimée à 90%. (Crédits : reuters.com)
Un projet de motion en préparation contient un appel à la Commission lui demandant d'envisager une séparation des moteurs de recherche des autres services sur internet. Il s'agirait de la solution la plus radicale afin de limiter la domination de Google et d'autres sociétés américaines sur internet.

La recherche en Europe d'une solution afin de limiter la domination de Google sur internet ne date pas de hier. Le Parlement européen semble avoir opté pour l'approche la plus radicale: un appel à la Commission, lui demandant d'envisager une séparation des moteurs de recherche des autres services sur internet, afin de garantir des règles du jeu équitables.

Le projet de motion contenant cet appel, cité vendredi 21 novembre par le Financial Times, ne mentionne aucun moteur de recherche spécifique, précise Reuters, qui a pu l'obtenir. Mais Google est de loin le premier des services de recherche sur internet en Europe, avec une part de marché estimée à 90%.

La pression monte d'un cran sur la Commission

La motion en question "appelle la Commission à prendre en considération les propositions visant à dissocier les moteurs de recherche des autres services commerciaux comme une des solutions potentielles à long terme" pour garantir l'équité dans ce domaine, détaille Reuters.

Si le Parlement n'a pas l'autorité pour imposer de telles scissions de sociétés, une motion publique aurait sans doute le pouvoir d'augmenter la pression sur la Commission européenne. "Le Parlement n'engage pas la Commission, mais elle doit l'écouter", explique notamment Gary Reback, un avocat américain qui a déposé des plaintes au nom de sociétés contre Google.

Le géant du web américain n'a pas voulu commenter cette information, ajoute Reuters.

Une enquête en cours depuis quatre ans

Alors que les régulateurs européens s'inquiètent de la domination du groupe américain et d'autres sociétés américaines sur internet, en novembre, la commissaire européenne à la Concurrence a annoncé qu'elle prendrait encore du temps pour décider de la prochaine étape de l'enquête concernant le leader mondial de la recherche sur internet, qui dure depuis quatre ans. Son prédécesseur avait refusé une proposition d'accord à l'amiable avec la société.

Margrethe Vestager, qui a remplacé Joaquin Almunia le 1er novembre, a dit qu'elle étudierait les derniers développements dans le secteur et prendrait l'avis d'un panel représentatif des parties concernées avant de prendre une décision.

>>LIRE AUSSI: Démanteler Google ? Le ministre allemand de la Justice est pour !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2014 à 20:38 :
.........." Il s'agirait de la solution la plus radicale afin de limiter la domination de Google et d'autres sociétés américaines sur internet "...........
oui bin là vous vous touchez ! ce n' est pas prêt de s' arréter, les ricains ont des défauts mais des qualités aussi, l' innovation et le business entre autre ! que c' est-il passer quand on à scindé bell aux usa ? hein?
a écrit le 22/11/2014 à 16:54 :
Comment peut-on aimer plus Google que son pays ?
a écrit le 22/11/2014 à 16:13 :
Pour une recherche sans vous faire tracer : www.ixquick.com ou duckduckgo.com
Réponse de le 22/11/2014 à 19:00 :
Ixquick, cela fait longtemps que je l'utilise. Il a d'ailleurs pour moi remplacé Altavista quand ce dernier fut acheté par yahoo...
a écrit le 22/11/2014 à 14:00 :
Les USA sont les maîtres du monde car ils contrôlent internet, ils ont le dollar monnaie mondiale, et une armée colossale. En plus ils ne sont pas socialistes. GOOGLE, APPLE, MICROSOFT, AMAZON, FACEBOOK, etc....et ce n'est que le début....
Réponse de le 22/11/2014 à 19:01 :
Le dollar est en train de se faire virer des BRICS. Et ce n'est que le début...
a écrit le 22/11/2014 à 13:56 :
Les cocos neuneus d'eurocrates ont oublié de prendre leurs cachets et leurs suppos. Pauvre Europe passéiste qui a la nostalgie des démocratures pour mieux s'imposer auprès d'une population européenne qui la rejette de plus en plus.
a écrit le 22/11/2014 à 13:45 :
Le vrai problème, c'est l'évasion fiscale, pas Google. On cherche encore à détourner notre attention en agressant une entreprise innovante, performante et rentable. Voilà pourquoi en France des entreprises innovantes peinent à émerger...
Réponse de le 22/11/2014 à 16:39 :
L'évasion fiscale est un problème pour qui? Les fonctionnaires? La France pourrie d'impôts et de dépenses publiques est-elle l'avenir du genre humain ou une erreur? L'Europe socialo-étatiste est foutue.
a écrit le 22/11/2014 à 13:32 :
Pauvre gogole... Déjà que, heureusement, de plus en plus de logiciels Libres, comme Mozilla, refusent de se faire acheter par leurs milliards...
Faudra organiser une quête, un de ces quatre. Un gogoltron...
Réponse de le 22/11/2014 à 18:49 :
Depuis le début de son histoire la fondation Mozilla est financée par Google mais subitement elle refuserait de se vendre? En réalité Google n'a plus aucun intérêt à financer la fondation Mozilla depuis que Chrome (élément stratégique de la web économie) a pris le leadership sur Firefox (et pas seulement) même en Europe, citadelle du logiciel libre. A quand une introspection chez les développeurs de logiciel libre sachant que le logiciel privatif n'a pas le monopole de l'échec?
a écrit le 22/11/2014 à 12:31 :
Ce n'est pas très compliqué à comprendre pourtant : ces gens sont des élus qui se préoccupent d'un état de trust néfaste à la société, concept pas très nouveau, et pourtant toujours d'actualité. Ils se préoccupent de l'équilibre de l'économie, et de l'intérêt des citoyens. N'en déplaise aux lecteurs qui manifestement manquent de culture politique, à tel point qu'ils se fabriquent par réflexe une idée simpliste voire agressive pour laisser un commentaire forcenée, issu de leur endoctrinement néo-libéral bien ancré.
C'est un défaut du web 2.0 : tout le monde se croit en devoir d'exprimer n'importe quoi sans réfléchir, et même de monter au créneau en public pour étaler sans honte son ignorance.
Réponse de le 22/11/2014 à 13:30 :
JustRabbit. VOUS avez raison. Sur le fond. Sauf que la Loi Dot-Franck de séparation des monopoles ou oligopoles a déjà été abandonnée depuis bien longtemps aux US.
DONC, LA, ce cas évident va juste servir à BIEN se rendre compte que les sociétés bien puissantes ont acheté les politiques depuis longtemps...
a écrit le 22/11/2014 à 12:05 :
Mais de quel droit ces gens vont se mêler de la vie d'une entreprise ? Qu'ont-ils fait ou réalisé qui leur permet de vouloir agir ainsi ? Si les activités d'une entreprise ne plaît pas, on en utilise une autre, et on n'essaie pas de la démolir !
Réponse de le 22/11/2014 à 14:24 :
Ne vous inquiétez pas, ils vont émettre une recommandation, puis nommer un comité théodule et un service administratif à bruxelles avec des succursales dans chacun des pays européens pour surveiller...
Ma fille appelle ça un pet dans l'eau.
Ça permet de faire semblant que l'Europe et ses politiques protège les citoyens...
Réponse de le 23/11/2014 à 18:22 :
Le capitalisme ne peut fonctionner que s’il n’y a pas de monopole. Pour les incultes qui postent des âneries idéologiques sans connaître l’histoire du capitalisme, revoyez l’histoire de la standard oil qui fut cassé en 4 sociétés par les……USA.
Réponse de le 23/11/2014 à 23:22 :
Rien ne vous empêche d'utiliser d'autres services de recherche que google.
a écrit le 22/11/2014 à 11:57 :
Les charognards du web ont longtemps attendu un accident fatal pour se délecter de la dépouille de Google cependant le géant du web semble plus robuste qu'espéré alors ils se sont tous mis d'accord pour mettre en oeuvre une expédition punitive...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :