Amazon met en place son propre réseau de fret aérien

 |   |  457  mots
Amazon dépend actuellement d'entreprises spécialisées telles qu'United Parcel Service (UPS) et FedEx pour l'essentiel de ses livraisons, pour lesquelles il a dépensé 11,5 milliards de dollars (10,45 milliards d'euros) l'an dernier.
Amazon dépend actuellement d'entreprises spécialisées telles qu'United Parcel Service (UPS) et FedEx pour l'essentiel de ses livraisons, pour lesquelles il a dépensé 11,5 milliards de dollars (10,45 milliards d'euros) l'an dernier. (Crédits : © Mike Segar / Reuters)
Le géant américain du commerce en ligne veut réduire sa dépendance à des tiers pour acheminer ses colis, et ainsi réduire ses coûts. A partir du 1er avril, il louera 20 avions cargo 767 de Boeing.

Amazon continue d'étendre son domaine d'action. La société a annoncé mercredi 9 mars un accord portant sur la location de 20 avions cargo 767 de Boeing, le géant américain du commerce en ligne cherchant à mettre en place son propre réseau de fret aérien pour l'aider à honorer sa promesse de livraison des colis dans un délai d'un ou deux jours aux Etats-Unis.

Ces appareils seront loués à Air Transport Services Group , avec les services logistiques associés, pour une durée allant de cinq à sept ans, a précisé ATSG. L'accord prévoit aussi qu'Amazon pourra acquérir jusqu'à 19,9% du capital d'ATSG sur une période de cinq ans, à un prix de 9,73 dollars par action. Ces avions entreront en service le 1er avril, a précisé Kelly Cheeseman, porte-parole d'Amazon, dans un communiqué.

Après cette annonce, l'action ATSG bondissait de 15,72% à 13,62 dollars hier vers 14h20 à Wall Street (20h20 à Paris) après avoir pris jusqu'à 20%. Le titre Amazon reculait en revanche de 0,43% à 557,85 dollars.

UPS et FedEx pénalisés

Amazon ne faisait pas mystère de son intention de créer son propre réseau de fret aérien afin de réduire sa dépendance à des tiers pour acheminer ses colis, ce qui permettrait aussi de réduire ses coûts. Il dépend actuellement d'entreprises spécialisées telles qu'United Parcel Service (UPS) et FedEx pour l'essentiel de ses livraisons, pour lesquelles il a dépensé 11,5 milliards de dollars (10,45 milliards d'euros) l'an dernier.

Les retombées de la décision d'Amazon pour ces deux entreprises devraient toutefois être limitées dans un premier temps. John Barnes, analyste chez RBC Capital Markets, observe dans une note à ses clients:

"C'est une décision qui va être progressivement négative pour FedEx et UPS car cela va probablement priver chacun de ces réseaux de volumes de livraisons et d'activités de fret express parmi les plus rentables".

FedEx a déclaré mercredi que cette décision n'était pas une surprise et a qualifié Amazon de client précieux.

Les livraisons par drone en attente

UPS, numéro un mondial de la livraison de colis, dispose d'environ 240 avions de grande capacité tandis que FedEx exploite une flotte d'environ 370 appareils, souligne cet analyste. UPS et FedEx perdaient 1,04% et 0,72% respectivement à la Bourse de New York.

Daniel Kurnos, analyste chez Benchmark, juge prématuré d'affirmer que la décision d'Amazon va changer les données du secteur, mais il pense que le géant du commerce en ligne va en tirer des bénéfices à court terme en comblant des failles dans son réseau. Amazon teste aussi les livraisons par drone mais il n'a pas précisé quand il comptait avoir recours officiellement à ce service.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :