Amazon vient de réaliser sa première livraison par drone

 |   |  369  mots
A terme, l'objectif pour Amazon est d'utiliser ses engins pour livrer des paquets en 30 minutes.
A terme, l'objectif pour Amazon est d'utiliser ses engins pour livrer des paquets en 30 minutes. (Crédits : Capture d'écran YouTube Amazon)
Le géant de l'e-commerce a livré ce mercredi son premier client par drone en 13 minutes.

Amazon a réussi son baptême de l'air. Le géant de l'e-commerce a réalisé ce mercredi sa première livraison commerciale par drone. Via le service Amazon Prime Air, un Britannique habitant Cambridge a reçu son colis de 2 kg en 13 minutes, selon la vidéo postée sur le site. Le paquet contenait un Fire TV et un sachet de pop corn.

Le patron d'Amazon, Jeff Bezos, s'est empressé d'annoncer la nouvelle via Twitter :

"La toute première livraison Amazon Prime Air c'est fait. 13 minutes du clique à la livraison."

Livrer des paquets en 30 minutes

Dans les cartons depuis trois ans, le projet de livraison par drone a mis du temps à être mis en œuvre notamment pour des raisons réglementaires. Amazon a attendu mars 2015 pour obtenir l'autorisation des autorités américaines pour l'expérimenter.

Suite à la signature d'un partenariat avec le Royaume-Uni en juillet dernier, c'est finalement en Europe que l'américain a décidé d'inaugurer ce nouveau mode de livraison. Ce partenariat visait à réaliser de multiples tests afin de comprendre comment les drones peuvent être utilisés de manière sûre et fiable, ainsi que d'identifier les réglementations à mettre en place. Il semblerait que ces tests furent concluants.

A terme, l'objectif pour Amazon est d'utiliser ses engins pour livrer des paquets en 30 minutes.

> Lire aussi : Royaume-Uni : Amazon veut transformer les automobilistes en livreurs

Walmart, Alibaba et Google aussi sur le coup

Le projet d'Amazon n'est pas passé inaperçu. D'autres grands groupes veulent s'essayer à la manœuvre. Alphabet, la holding de Google, a annoncé en septembre son intention de lancer une expérimentation de livraison de fast food en Virginie. Le géant américain de la grande distribution, Walmart, avait déposé une demande d'autorisation auprès de la FAA, l'agence fédérale de l'aviation, pour démarrer une phase de tests. Enfin, le géant du e-commerce chinois, Alibaba, s'est également lancé dans l'aventure. Reste qu'Amazon a désormais un coup d'avance sur ses concurrents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2016 à 9:13 :
Encore un pas vers une déshumanisation totale des échanges.
Déjà entre voisins on ne se dit plus bonjour, au boulot c'est à peine si c'est le cas.
Il faut faire en 35h un boulot de 40/45h sans erreurs, avec une pression constante et avoir une mémoire infaillible pour rendre compte de tout et n'importe quoi, de tout ce qui s'est réalisé sur les 2 dernières années, parce que votre boss vous prend pour un ordinateur.
Les clients qui veulent toujours tout, le plus rapidement possible comme si vous étiez un distributeur automatique, à côté d'eux.
Quand je vois que certain parlent mieux à leur smartphone qu'à leur congénères, ça ne donne pas vraiment foi en l'avenir, il ne manquera plus qu'il y'ait des robots humanoïde généralisé et s'en sera fini.
a écrit le 15/12/2016 à 7:46 :
Et avec une catapulte ? On a essayé avec une catapulte ? Sinon, insensible au vent, à la pluie, au froid, une bonne vieille camionnette a une capacité, une autonomie et une endurance bien supérieure à celles d'un drone... Et avec Hidalogo, il va y avoir des occasions pas chères à Paris.
a écrit le 14/12/2016 à 18:46 :
Si Amazon peut le faire... les terroristes aussi! 2 Kg de SEMTEX, ça fait du bruit et des dégâts. Les drones sont une folie.
a écrit le 14/12/2016 à 17:20 :
C'est curieux mais personne n'aborde la question des nuisances sonores générés par ces engins lorsqu'ils vont survoler les zones habitées pour effectuer leurs livraisons. Une nouvelle fois on sacrifie le bien être et surtout la santé des personnes sur l'autel des profits. Bezos est tranquille, ces tondeuses à gazon volantes ne risquent pas de survoler ses propriétés.
Réponse de le 14/12/2016 à 18:07 :
Sans oublier les risques d'accidents... à moins de croire que le pilotage automatique est infaillible ainsi que le positionnement par GPS, donc au final à moins de croire en l'impossibilité d'un problème informatique ce qui ne peut être le cas que pour ceux qui n'approche jamais un ordinateur ! Et puis, ces drones vont survoler sans autorisation des habitations, comme ça tranquillement. La vie privée ? on s'en tape...
Réponse de le 14/12/2016 à 18:55 :
Super! Quelle bonne idee!!! Des pinatas volantes! On va bien s'eclater! Pull!!! Mdr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :