Attentats : Facebook veut faciliter l'usage du "Safety Check"

 |   |  382  mots
Le Safety Check permet d'indiquer à ses proches que l'on est en sécurité.
Le Safety Check permet d'indiquer à ses proches que l'on est en sécurité. (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
Face à la multiplication des attaques terroristes, Facebook a décidé de mettre en place de façon permanente cet outil d'alerte dans ses services en ligne.

Facebook a décidé lundi de rendre plus visible et accessible à tout moment sa fonction "Safety Check", qui permet à ses utilisateurs d'indiquer à leurs proches qu'ils sont en sécurité après un événement dramatique, une annonce qui intervient après de nouveaux attentats en Europe.

Généraliser l'usage de la fonction

Auparavant, le réseau social activait son "Safety Check" après avoir reçu des alertes des agences mondiales de signalement de crise et un volume important des messages concernant un incident. Les utilisateurs situés dans la zone de l'événement étaient alors invités à se signaler "en sécurité".

Désormais, la fonction est accessible par l'utilisateur via un onglet spécifique dans le menu principal des favoris, explique le groupe sur sa page "Disaster Response on Facebook". En cliquant dessus, l'utilisateur peut voir "où le Safety Check a été activé récemment, y trouver des informations et le cas échéant apporter son aide", poursuit le réseau social. L'utilisateur peut se signaler en sécurité et vérifier si des "amis" se sont signalés aussi.

Safety check

Mais la fonction est loin d'être parfaite. En mars 2016, le réseau social avait dû présenter ses excuses après un bug du "Safety Check" : des utilisateurs du monde entier, parfois à des milliers de kilomètres de l'événement, avaient reçu une notification après un attentat meurtrier au Pakistan.

Une fonction prévue à l'origine pour les catastrophes naturelles

Lancé en 2014, le "Safety Check" était initialement prévu pour les catastrophes naturelles avant d'être étendu aux attentats après ceux de 2015 à Paris. Il a par exemple été déployé au moment du séisme au Népal ou des tremblements de terre en Afghanistan. En février dernier, Facebook a également lancé la fonction de  "community help". Cet outil permet de proposer ou de demander de l'aide en cas de catastrophes naturelles ou de "crises accidentelles", comme l'effondrement d'un immeuble. Il permet de mettre en relation les utilisateurs de Facebook via un forum dédié sur le réseau social pour trouver de la nourriture, de l'eau potable, un abri ou encore un moyen de transport.

> Lire aussi : Facebook lance la fonction "community help" pour aider en cas de catastrophe

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :