Comment Google veut chambouler le marché du streaming musical

 |   |  846  mots
Google veut simplifier son offre dans la musique en ligne et créer une plateforme capable de concurrencer Spotify, Apple Music et Amazon Music.
Google veut simplifier son offre dans la musique en ligne et créer une plateforme capable de concurrencer Spotify, Apple Music et Amazon Music. (Crédits : Reuters)
La firme californienne va fusionner ses services YouTube Red et Google Play Music en une seule plateforme destinée à concurrencer les leaders mondiaux Spotify et Apple Music.

Le marché du streaming musical n'en finit plus de s'élargir. Quelques jours après Tesla, qui serait en discussions avec plusieurs labels musicaux pour créer sa propre plateforme concurrente de Spotify, Apple Music, Amazon Music ou encore Deezer, Napster et Tidal, Google révèle à son tour ses ambitions dans ce secteur en forte croissance.

En fin de semaine dernière, le directeur de la musique de YouTube, Lyor Cogen, a annoncé la fusion à venir de deux de ses services, Google Play Music et YouTube Red, en une seule et même plateforme de streaming. L'objectif : simplifier l'offre de Google dans la musique en ligne, et créer une nouvelle « machine de guerre » capable de concurrencer sérieusement les leaders mondiaux que sont Spotify (60 millions d'abonnés), Apple Music (27 millions) et Amazon Music (16 millions).

Google, déjà un acteur majeur de la musique en ligne

Grâce à YouTube, qui cannibalise 40% de l'écoute en ligne de musique dans le monde, Google est déjà un acteur majeur du secteur. Mais la firme de Moutain View pâtit d'une stratégie erratique, avec plusieurs offres peu claires et mal identifiées par le grand public, et reste donc mal positionnée.

Aujourd'hui, la deuxième capitalisation boursière mondiale s'appuie sur deux piliers. Tout d'abord, Google Play Music, lancé en 2011. Il s'agit d'un service de streaming musical audio classique, qui propose pour 9,99 euros par mois un catalogue de plus de 35 millions de titres. Soit la même offre que la plupart de ses concurrents. Mais Google, dont le cœur de métier se situe dans la publicité en ligne, n'a jamais révélé les chiffres concernant le nombre d'utilisateurs et le nombre d'abonnés payants de Google Play Music, ce qui laisse supposer qu'il ne pèse pas lourd. Le service reste d'ailleurs très peu connu des amateurs de streaming, Google n'ayant jamais fortement communiqué dessus.

Depuis l'an dernier, Google propose aussi dans cinq pays (mais pas la France), un nouveau service baptisé YouTube Red. Moyennant un abonnement mensuel, il permet d'accéder sans publicités à YouTube, YouTube Gaming et YouTube Music, ce dernier permettant de basculer d'un mode vidéo à un mode audio. Autrement dit : Google propose beaucoup d'offres dans le streaming audio et vidéo, mais peu de clarté pour les consommateurs.

     | A lire. Comment les géants du Net cannibalisent le streaming musical

Le premier service de streaming trois-en-un ?

On ne connaît pas encore ni la date ni les modalités de la future fusion entre Google Play Music et YouTube Red. Mais l'annonce révèle la volonté de Google de simplifier ses offres et de conquérir un marché en pleine croissance dans lequel les lignes ne sont pas encore totalement tracées. Le géant innovera-t-il en proposant la première plateforme de streaming trois-en-un, avec un abonnement comprenant le streaming audio, vidéo et de jeux ?

Quoi qu'il en soit, pour Google comme pour les autres géants du Net, le streaming musical représente une opportunité supplémentaire d'engranger toujours plus de données personnelles, et ainsi d'enrichir leur colossal écosystème de produits et de services.

La stratégie a déjà été validée par Apple et Amazon. Forts d'un immense parc d'utilisateurs (via les iPhones pour Apple, la plateforme Amazon.com), les deux géants se sont rapidement imposés dans le streaming musical, au point de devenir en quelques mois numéros deux et trois mondiaux du secteur, distançant des acteurs « historiques » comme Napster et Deezer. Grâce à la puissance de YouTube et à la domination de son système d'exploitation Android, qui équipe environ 80% des smartphones dans le monde, Google a donc toutes les cartes en main pour briller à son tour.

Google, Apple, Amazon et Facebook veulent faire tomber Spotify

Mais si le marché mondial du streaming ne cesse de grossir, la compétition fait rage. D'autant plus que le leader mondial, le suédois Spotify, a compris le danger et investit pour ne pas se laisser abattre. Il vient d'ailleurs de révéler qu'il dispose de 60 millions d'abonnés, ce qui lui permet de faire un joli pied de nez à Apple Music, largement distancé avec ses 27 millions d'abonnés alors qu'il s'était lancé en 2015 avec l'ambition de détrôner rapidement le champion européen.

     | A lire. 60 millions d'abonnés pour Spotify... loin devant Apple Music

Google, Apple et Amazon devront aussi, vraisemblablement, composer avec le quatrième « Gafa », Facebook, qui accélère son offensive dans les contenus. En juillet, le réseau social a révélé ses ambitions dans le streaming vidéo en se lançant dans les séries TV. Mark Zuckerberg a aussi discrètement acheté la startup Source3, spécialisée dans l'analyse de la propriété intellectuelle, et recrute dans le secteur musical, ce qui laisse supposer que le réseau social prépare aussi une offensive dans le streaming audio.

     | Pour aller plus loin. Les séries TV, le nouveau chantier des géants du Net

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2017 à 14:25 :
petite info Tech : après 2016, les bordelais de l'école ENSEIRB ont de nouveau remporté - brillamment - la Robocup de foot.
bravo aux enseignants et étudiants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :