En baisse, Microsoft fait mieux que prévu grâce au cloud

 |   |  563  mots
Satya Nadella, Pdg de Microsoft, a l'ambition d'en faire un leader dans les services de cloud, notamment pour les entreprises.
Satya Nadella, Pdg de Microsoft, a l'ambition d'en faire un leader dans les services de cloud, notamment pour les entreprises. (Crédits : Hannibal Hanschke/Reuters)
Dans le détail des résultats de Microsoft relatifs à la période octobre-décembre, publiés jeudi, la division Intelligent Cloud est la seule à progresser. C'est d'ailleurs l'un des points centraux du virage stratégique opéré par la firme de Redmond, désormais tourné vers l'Internet des objets.

La firme de Redmond est en pleine période de transition. Microsoft a publié ses résultats trimestriels pour la période d'octobre à décembre, jeudi. Globalement en baisse par rapport à 2014, ils sont toutefois meilleurs que prévu pour le groupe informatique, signe que les efforts pour mettre en œuvre le virage stratégique du groupe, axé sur le cloud et l'Internet des objets, s'avèrent pertinents. En effet, des trois grandes branches de Microsoft, la division Intelligent Cloud est la seule à progresser (+5%).

Parallèlement la division Productivity and Business Processes perd 2% et la branche More Personal Computing (qui regroupe les smartphones Lumia, les tablettes Surface, les consoles XBox, ou encore les revenus publicitaires du Search) perd 5%. Le bénéfice net recule de 15% à 5 milliards de dollars, et le chiffre d'affaires de 10% à 23,8 milliards de dollars. Mais le bénéfice par action, référence aux Etats-Unis, ressort à 78 cents quand le marché en attendait seulement 71.

"Une longueur d'avance" dans le cloud

"Dans l'ensemble ce trimestre, nous avons eu une performance solide, et plus important encore, de la croissance dans des créneaux qui sont la clé de notre avenir", s'est félicité le directeur général, Satya Nadella, lors d'une téléconférence avec des analystes cité par l'AFP.

Ces créneaux sont le "cloud" et l'Internet des objets. D'ailleurs, d'après les chiffres, la division regroupant les services de cloud à destination des entreprises (Azure, serveurs) reste la star du groupe, avec un chiffre d'affaires en hausse de 5% à 6,3 milliards de dollars. Les produits plus grand public sont moins en forme avec des revenus en baisse de 5% à 12,7 milliards de dollars. Comme l'affirmait en juillet dernier Preston McAfee, Corporate vice-président de Microsoft à La Tribune:

"L'Internet des objets va générer une masse incroyable et inédite de données. Il faut donc proposer une architecture cloud très puissante et développer des outils, comme l'analyse prédictive ou le machine learning [l'apprentissage machine, NDLR], pour apprendre à utiliser au mieux ces données. Grâce à ses services cloud, Microsoft a une longueur d'avance dans ces domaines et l'ambition d'être un leader."

    ILire l'entretien "Le cloud et l'internet des objets sont l'avenir de Microsoft"

Windows 10, le "chaînon manquant"

Présenté comme un géant dépassé depuis qu'il s'est fait doubler par les géants du net (les célèbres GAFA, ou GAFAM si l'on y ajoute Microsoft), il y a plusieurs mois que le groupe commence à retrouver des couleurs. Dans un entretien accordé à La Tribune en octobre dernier, le directeur de la division grand public de Microsoft, Marc Jalabert, attribuait ce redressement au virage stratégique du groupe axé sur Windows 10, dernière version de son système d'exploitation:

Il est vrai qu'Apple et Google ont mieux négocié le virage de la mobilité dans les années 2000, mais cela ne veut pas dire que Microsoft est condamnée à rester derrière. (...) Le lancement (de Windows 10 ndlr) a été couronné de succès: 110 millions de mises à jour ont été installées en deux mois dans le monde. Windows 10 était le chaînon manquant, celui qui, aujourd'hui, permet de réaliser que notre stratégie était pertinente.

Aujourd'hui Microsoft revendique plus de 200 millions d'appareils doté de Windows 10 dans le monde, et affirme qu'il enregistre avec ses licences Windows des performances meilleures que celle du marché des PC.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2016 à 16:32 :
Microsoft a réussi à se placer dans le cloud alors que tous ses concurrents plient sur ces marchés difficiles. La loi de Moore oblige en effet a régulièrement doubler les ventes à des conditions moindres pour maintenir le même chiffre d'affaire. Faire une activité à part entière de ce segment relève de l'exploit. IBM dont on peut raisonnablement s'inquiéter du devenir s'y casse les dents, HP ou Xerox qui dévissent en sont les grands perdants tandis que les Cisco ou Oracle cherchent la porte de derrière. Amazon est le seul à rentabiliser son cloud constitué comme complémentaire puisque par les prestations qu'il facture à d'autres entreprises, il a le sien, pour ses activités, gratuitement. Par ailleurs le géant américain réussi à se maintenir dans des activités de ventes de matériels et d'applications qui baissent fortement en raison de la chute des devises asiatiques. Il est probable que l'importante valorisation du groupe sera mise à profit pour de fortes acquisitions prochaines. Une partie de HP ? Xerox, directement ou indirectement ? Une année de transition réussie donc dans un contexte délicat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :