Facebook prêt à lancer son réseau social professionnel

 |   |  499  mots
Facebook pourrait tirer une nouvelle source de revenus de cette nouvelle activité qui deviendrait payante.
Facebook pourrait tirer une nouvelle source de revenus de cette nouvelle activité qui deviendrait payante. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
La firme de Mark Zuckerberg a testé avec succès une version réservée aux entreprises qui permet de faciliter les relations en interne mais se pose également en véritable outil de travail du quotidien. Chez Royal Bank of Scotland (RBS), qui teste Facebook at Work depuis six mois, on se réjouit d'un véritable bouleversement des cultures hiérarchiques et collaboratives.

Facebook serait sur le point de lancer une version professionnelle de son fameux réseau social. D'après le "Wall Street Journal", la firme fondée par Mark Zuckerberg aurait mis au point une version qui ne serait pas seulement un réseau social, mais un véritable outil de travail.

"L'idée fondamentale qu'il y a derrière Facebook at Work [le nom du nouveau réseau, Ndlr], c'est qu'un lieu de travail plus connecté est un lieu de travail plus productif", a déclaré Julien Cordoniou, le directeur global du nouveau projet de Facebook.

Une sorte de LinkedIn en intranet ?

Facebook pourrait ainsi jouer non seulement sur la corde de la mise en relation entre professionnels, mais également sur l'aspect interaction interne, à la manière d'un intranet. Fort de son parc de 1,55 milliard d'inscrits, la firme de Mark Zuckerberg pourrait marquer des points face à des sociétés bien installées comme LinkedIn ou Viadeo, mais qui ne parviennent pas à percer comme un outil du quotidien. Tout l'enjeu résidera donc dans la capacité pour Facebook à intégrer les applications professionnelles sans que cela conduise les salariés à quitter le nouveau réseau social.

Le nouveau réseau professionnel devrait avoir la même charte graphique que le Facebook traditionnel, mais les utilisateurs pourront avoir deux comptes parfaitement distincts. En outre, la firme californienne prévoit de renforcer la sécurité des accès aux comptes.

RBS veut approfondir l'expérience

Facebook a déjà mis cette application en test dans environ 60.000 entreprises ces six derniers mois dont la banque britannique Royal Bank of Scotland (RBS), ou encore le Club Med. Chez RBS, on se réjouit d'un vrai succès qui apporte une véritable révolution culturelle. La version pilote a ainsi été lancée initialement à 500 salariés de cette entreprise qui en compte 100.000, et désormais, près de 5.000 personnes participent à cette expérience. RBS espère que 30.000 salariés auront intégré l'application avant la fin mars 2016. Au Wall Street Journal, la banque témoigne de cette nouvelle façon de travailler qui doit profiter au service rendu à la clientèle. Facebook at Work doit installer un climat de travail plus transparent, plus collaboratif et moins hiérarchisé.

"Ce réseau nous conduit à mieux communiquer et à partager des solutions à des problèmes professionnels du quotidien que les outils utilisés jusqu'à maintenant ne parvenaient pas à résoudre", explique au Wall Street Journal, Kevin Hanley, directeur du design chez RBS.

Un nouveau modèle économique pour Facebook

L'ambition de Facebook est d'aller plus loin que concurrencer LinkedIn et autres intranets d'entreprises, il veut s'en prendre au courriel. Il juge que le courrier électronique est encore trop imprégné d'une culture hiérarchique, antinomique avec le concept de travail collaboratif.

In fine, Facebook espère surtout proposer des services monétisables. Mark Zuckerberg pourrait ainsi sortir son entreprise du modèle qui repose sur le seul revenu publicitaire. Une nouvelle qui devrait ravir les investisseurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :