Google et l'audiovisuel français signent un accord pour lutter contre le piratage

 |   |  614  mots
13 millions d'internautes se sont adonnés au piratage en France, ce qui a représenté un manque à gagner de 1,35 milliard d'euros en 2016.
13 millions d'internautes se sont adonnés au piratage en France, ce qui a représenté un manque à gagner de 1,35 milliard d'euros en 2016. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Le géant du web, le ministère de la Culture et l'association française de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA) comptent œuvrer ensemble pour endiguer le fléau du piratage.

Plus de collaboration pour lutter contre le piratage ? Le géant du web, Google a signé, mardi, un accord inédit de lutte contre le piratage avec les représentants de l'audiovisuel français. Cette alliance permettra notamment de bloquer plus rapidement les contenus vidéo sur YouTube mais aussi une meilleure collaboration entre le propriétaire de la plateforme de vidéos et les ayants droit, qui dénoncent régulièrement le manque à gagner causé par le piratage.

L'accord a été signé au ministère de la Culture avec l'association française de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA), sous l'égide du CNC.

Des amendes pour les personnes qui téléchargent illégalement ?

Le texte prévoit que Google mette à la disposition de l'ALPA son outil d'identification et de gestion des droits, "Content ID", pour centraliser les demandes de propriétaires lésés par des vidéos piratées et les bloquer.

"Nous ne souhaitons pas que les fraudeurs utilisent nos plateformes au détriment des créateurs", a souligné pour Google, Carlo D'Asaro Biondo, président du géant américain en charge des partenariats pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique.

L'accord prévoit également un soutien financier de Google à l'ALPA et un accompagnement des ayants droit via des formations.

Le président de l'ALPA Nicolas Seydoux s'est félicité de cet accord qui symbolise "l'effondrement d'un mur d'incompréhension" entre Google et les ayants droit. Le président de l'ALPA a également appelé à ce que ceux qui téléchargent illégalement reçoivent des amendes "pour incivilité".

La SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) s'est aussi félicitée de cet accord avec Google mais a demandé dans un communiqué "une réforme urgente de la chronologie des médias" (règles qui régissent la diffusion des œuvres sur divers supports : en salle, à la télévision, en dvd...) et "une relance de la politique de lutte contre la contrefaçon, en particulier sur les sites de  streaming".

Un plan d'action plus large

Cet accord fait partie d'un "plan d'action contre le piratage", a annoncé la ministre de la Culture Françoise Nyssen: il devra permettre de lutter contre les sites "contrefaisants", de mieux promouvoir l'offre légale et "d'inculquer le respect du droit d'auteur" aux enfants dès le plus jeune âge.

"La lutte contre le piratage est le grand défi de ce début de siècle dans la sphère culturelle", a souligné la ministre. "J'espère que ce n'est que le début d'un processus. Il faudra d'autres accords avec les ayants droit et les autres plateformes", ainsi qu'au niveau européen, a-t-elle relevé.

La riposte graduée fait également l'objet d'une étude juridique lancée par Hadopi (la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet), a indiqué Françoise Nyssen.

Pour rappel, en 2016, 13 millions d'internautes se sont adonnés au piratage en France, ce qui a représenté un manque à gagner de 1,35 milliard d'euros, selon une étude du cabinet EY publiée en février.

> Lire aussi : Piratage audiovisuel : un manque à gagner de 1,35 milliard d'euros en France

"Un film peut faire dans ses versions pirateés 2 à 3 fois l'audience qu'il aura sur Canal+, avant même sa diffusion", a souligné à l'AFP le président de Canal+ Jean-Christophe Thiery, attribuant au piratage la perte de 500.000 abonnés par an. "Nous avons l'espoir qu'il y ait des sanctions qui deviennent automatiques".

Google a signé des partenariats similaires sur les droits de l'audiovisuel en Espagne et de la musique en Allemagne, mais pas avec un organisme public tel que le CNC.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/09/2017 à 11:03 :
C'est très bien que Google lutte contre le piratage lorsqu'on sait que c'est sur ce moteur de recherche que l'on trouve le plus de contenu illégal... <a href="http://l-agenceweb.com/agence-seo/" target="_blank">Agence referencement Google</a>

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :