Inquiétude généralisée autour du futur projet de loi sur le renseignement

 |   |  768  mots
(Crédits : reuters.com)
La commission Informatique et Libertés critique les « conséquences particulièrement graves sur la protection de la vie privée et des données personnelles » de certaines mesures du texte qui sera présenté jeudi en conseil des ministres. L’association professionnelle Syntec Numérique exprime aussi ses inquiétudes devant « des mesures de plus en plus liberticides » pour les citoyens et les entreprises.

Présenté ce jeudi en conseil des ministres, le projet de loi relatif au renseignement est déjà surnommé le « Patriot Act à la française » et critiqué de toutes parts. Le Premier ministre, Manuel Valls, et pas moins de cinq ministres, Christiane Taubira, la Garde des Sceaux, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, Bernard Cazeneuve, celui de l'Intérieur, Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement, et Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat au Numérique, tiendront une conférence de presse ce jeudi à l'Elysée à la sortie du conseil des ministres afin de tenter de désamorcer les critiques sur le projet de loi relatif au renseignement. Ce texte, dont Le Figaro a révélé les grandes lignes, comporte des «mesures de surveillance beaucoup plus larges et intrusives » que le dispositif actuel, s'inquiète notamment la CNIL, dans un document de travail révélé par Le Monde.

Collecte indifférenciée des données


La Commission nationale Informatique et Libertés s'alarme de certains dispositifs de surveillance en particulier, tels que la captation en temps réel de toutes les données informatiques et directement sur les équipements des opérateurs télécoms, la création d'un système de détection automatique d'activités de nature terroriste et la possibilité d'utiliser des appareils appelés « IMSI catchers », qui permettent d'intercepter les communications de téléphones portables en imitant le signal d'une antenne-relais. L'adoption de ces nouveaux outils aurait des « conséquences particulièrement graves sur la protection de la vie privée et des données personnelles ».

« Il ne s'agit plus seulement d'accéder aux données utiles concernant une personne identifiée, mais de permettre de collecter de manière indifférenciée, un volume important de données qui peuvent être relatives à des personnes tout à fait étrangères à la mission de renseignement » écrirait ainsi la CNIL dans cet avis.

Mesures liberticides.... pour les entreprises aussi

Les professionnels aussi s'inquiètent. Le Syntec numérique et ses 1.500 membres, essentiellement des sociétés de services informatiques, se sont émus ce jeudi de dispositions qui « alourdissent la responsabilité des entreprises en limitant les libertés fondamentales. » Ils s'inquiètent de « mesures de plus en plus liberticides pour les citoyens et les entreprises. » L'association professionnelle « appelle à la prudence » en se demandant si le texte est « le Patriot Act français ? » Les points soulevés : « la fin du caractère exceptionnel des interceptions de sécurité, l'absence de garde-fou sur la géolocalisation, l'obligation de déchiffrement pour les entreprises et l'absence de garanties pour les données exploitées et collectées. »

« Si la sécurité des citoyens est indispensable, elle ne peut se faire au détriment des libertés fondamentales de la Nation. [...] Depuis 1986, chaque acte terroriste a été suivi d'une loi et la dernière, votée en novembre 2014, n'est pas encore entrée en vigueur que le Gouvernement appelle encore à de nouvelles mesures. Nous rappelons que les mesures existantes donnent déjà des prérogatives extrêmement larges aux services concourant à la sécurité de la nation », a réagi Guy Mamou-Mani, le président de Syntec Numérique, dans un communiqué.

Surveillance des citoyens, recours limités

L'association La Quadrature du Net, une organisation de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, était montée au créneau dès mardi, dénonçant « une désastreuse dérive du gouvernement en matière de surveillance des citoyens. »

« Surveillance des comportements de tous les internautes par les intermédiaires techniques pour détecter les comportements suspects, accès en temps réel aux données de connexion, accès aux contenus des emails et enregistreurs de frappe au clavier, etc : l'éventail des mesures mises aux mains des services administratifs (police, douanes, etc.) sans contrôle du juge est d'une ampleur sans précédent » s'alarme la Quadrature du Net sur son site.

L'association déplore que « le gouvernement ne prévoit qu'une commission consultative, aux pouvoirs limités, ne permettant des recours qu'a posteriori et sans garanties réelles pour les citoyens. » Elle exhorte les parlementaires et les citoyens à se mobiliser contre ce « projet de loi dangereux. » Le gouvernement invoque naturellement l'argument sécuritaire, deux mois après les meurtriers attentats de Paris. Mais près de deux ans après les premières révélations d'Edward Snowden sur le programme de surveillance généralisée de la NSA, citoyens et entreprises réclament des garanties, légitimes, contre d'éventuelles atteintes préjudiciables à la démocratie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/06/2015 à 13:23 :
ESSAI
a écrit le 19/03/2015 à 18:36 :
Un parti, disons au hasard le mieux placé....le FN venait au pouvoir, seriez vous toujours d'accord avec cette loi ???
mon petit doigt me dit.....
Arrêtez de regarder pas plus loin que le bout de votre nez, une loi voté est très rarement supprimé à posteriori !!!
a écrit le 19/03/2015 à 18:02 :
Tout ce débat est bidon : regardez la chose en face : par construction, être sur internet, c'est être sur la place publique.
Internet n'est ni un téléphone, ni une poste : il n'y a aucune garantie de qualité de service, ni de confidentialité des communications.
C'est d'ailleurs pour cela qu'internet n'a été lancé qu'après la mise au point d'un moteur de cryptage pour le logiciel de navigation.
Si la Cnil, et les autres, n'ont pas compris çà, c'est qu'ils ont une guerre de retard.
a écrit le 19/03/2015 à 18:00 :
250 euros le boitier d encryptage voix data chats sécurisés ( plus consommable )
SQUARE by Vivaction
pour les entreprises seulement (AVOCATS CONSEILS BANQUES PHARMA ETC...)
et c est une PME française qui va sans doute fini au nasdaq ou chez Carlos Slim ...!
Réponse de le 19/03/2015 à 18:51 :
Le texte de loi sur le renseignement prevoit l'obligation pour les entreprises francaises de fournir un backdoor aux autorites sur tout materiel de chiffrement, materiel ou logiciel. Et a partir du moment ou il y a backdoor, le systeme est compromis...
Réponse de le 19/03/2015 à 19:02 :
Un ! le chiffrement est légal sur base légal et l infra est une structure suisse ! ;o)) donc uniquement sur commission rogatoire international ( justifié ) Ca prends deux ans mini ! Et le chat est virtuel donc aucune archives ! Juste une trace de connection ! Par ailleurs ç est fait pour la protection des entreprises en B to B et pas de B to Ç.
a écrit le 19/03/2015 à 16:29 :
Ces mesures "pour lutter contre le terrorisme" sont du même acabit que la restriction des échanges en espèces à 1.000 euros. Totalement inefficaces pour lutter contre les trafics en tout genre qui ne se sont jamais mieux portés mais extrêmement dangereuses pour les libertés.
a écrit le 19/03/2015 à 11:53 :
Arretez de faire peur aux gens de crier à une restrictions des libertés
Si vous n'avez rien à cacher en quoi cela vous sera préjudiciable?
Inquietez vous plutot du pistage systématique de nos PC, Smartphone et demain objets connectés par tout le système marchand.
D'ailleurs, quand ont voit les pratiques actuels, faut-il une loi pour surveiller les gens? Nous sommes déjà pistés, nos mails analysés par des multinationales n'ayant aucune autorité pour le faire.
Cette loi pourrait définir le cadre de cette surveillance et déterminer si ceux qui pratiquent déjà ce pistage le font en respectant les lois.
Réponse de le 19/03/2015 à 13:04 :
"Si vous n'avez rien à cacher en quoi cela vous sera préjudiciable?" : le 1ier problème, c'est que nous sommes en train de permettre la mise en place d'un arsenal d'espionnage dont l'ex-Allemagne de l'Est n'aurait jamais osé rêver ! Le jour où on basculera d'une "démocratie" à un régime "fort" (voir carrément dictatorial), même si vous n'avez rien à vous reprocher, vous ne serez peut-être pas très bien ! Le 2nd problème, c'est qu'on s'obstine à croire que la technologie règlera tous nos problème, alors qu'on sait très bien que les terroristes s'adaptent très vite et savent contourner ces mesures malheureusement !
Réponse de le 19/03/2015 à 13:15 :
"Si vous n'avez rien à cacher en quoi cela vous sera préjudiciable?"

Ba tiens !! Le dérapage a deja commencé, le Ministere de l intérieur a fait bloquer, sans en référer a qui que ce soi des sites Internet dont un sur des accusations complétement fausses au point qu aujourd hui le syndicat de la magistrature vient de s en inquiété !
Ce gouvernement fait voter des lois liberticides et les applique !
Réponse de le 19/03/2015 à 14:31 :
"Si vous n'avez rien à cacher, en quoi est-ce préjudiciable ?

Le premier à avoir utiliser cette réthorique était un certain Joseph Goebbels dans les années 30, avec les suites que l'on sait, ou que l'on commence à oublier ...
Réponse de le 19/03/2015 à 18:46 :
"Si vous n'avez rien à cacher en quoi cela vous sera préjudiciable?"

Vous ne verrez donc aucun obstacle a ce qu'on installe une camera dans votre chambre a coucher ?
La vie privée est une notion intimement liée à l'intégrité d'une personne tout simplement ! Notion d'intégrité qui englobe aussi bien des éléments physiques que psychologiques. Demandez aux allemands de l'Est qui ont connu la Stasi ce qu'ils en pensent et ce n'est pas si vieux (25 ans)
a écrit le 19/03/2015 à 10:17 :
Les futurs verrous des citoyens (après la LOPSI 1 et 2 de N. Sarkozy) de la prison que nous construisent les tenants de la dictature technocratique dans laquelle nous vivons désormais.

"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."
Benjamin Franklin
a écrit le 19/03/2015 à 10:05 :
C'est bien beau de restreindre ou surveillé les libertés mais vous ne "choperez" que des innocents désignés coupables avant jugement! Les autres ne sont pas plus "bête" que vous!
a écrit le 19/03/2015 à 9:41 :
Nous sommes en démocratie, et nous combattons le terrorisme. La démocratie doit s'exprimer. Sur ce sujet où il est question des libertés individuelles, la seule possibilité de valider ces nouvelles dispositions est le référendum.
a écrit le 19/03/2015 à 9:41 :
Nous sommes en démocratie, et nous combattons le terrorisme. La démocratie doit s'exprimer. Sur ce sujet où il est question des libertés individuelles, la seule possibilité de valider ces nouvelles dispositions est le référendum.
a écrit le 19/03/2015 à 7:45 :
Les terroristres ont raison de s'inquieter.
a écrit le 19/03/2015 à 7:33 :
En route pour la dictature valls.! A quand l'interdiction des élections et la mise en place de goulags?
a écrit le 19/03/2015 à 6:13 :
La plupart des gens semble s'accommoder de tous ces nouveaux textes liberticides sans sourciller. Pourtant, les justifications sont de plus en plus lacunaires, comme si les "politiques" ne prenaient plus même la peine de chercher à rester crédibles. Une décontraction qui devient glaçante pour ce qu'elle révèle. Pas un jour sans une nouvelle proposition scandaleuse d'une député, d'un membre de l'exécutif ou d'un membre du glacis "représentatif".
a écrit le 18/03/2015 à 22:15 :
Staline a gagné et fait école
a écrit le 18/03/2015 à 21:37 :
La fin des libertés. Les dictatures sont la.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :