Le co-fondateur de WhatsApp claque la porte

 |   |  482  mots
Brian Acton, co-fondateur de l'application de messagerie instantanée WhatsApp, a passé huit ans au sein de l'entreprise, devenue depuis filiale de Facebook.
Brian Acton, co-fondateur de l'application de messagerie instantanée WhatsApp, a passé huit ans au sein de l'entreprise, devenue depuis filiale de Facebook. (Crédits : Reuters/Mike Blake)
Brian Acton a annoncé mardi son départ pour se consacrer à un projet philanthropique. Cette décision intervient alors que Facebook, propriétaire de WhatsApp, a lancé la monétisation de la messagerie instantanée la semaine dernière.

"Après huit ans chez WhatsApp, j'ai décidé d'aller de l'avant et de commencer un nouveau chapitre dans ma vie", a annoncé le co-fondateur de l'application de messagerie Brian Acton mardi sur sa page personnelle Facebook. A 45 ans, cet ancien directeur technique de WhatsApp souhaite "créer une fondation à but non lucratif pour promouvoir la technologie et la communication". Le très discret Brian Acton a tenu un rôle clé dans la transformation de l'application de messagerie instantanée, rachetée par Facebook en 2014 pour 22 milliards de dollars.

Créée en 2009, WhatsApp s'est forgée la réputation d'une application respectueuse de la vie privée en ligne. Elle a débuté le chiffrement des conversations de ses utilisateurs en 2013, avant de déployer le chiffrement complet en avril 2016. "Quand vous envoyez un message, la seule personne qui peut le lire est la personne ou le groupe à qui vous l'envoyez", annonçaient alors les co-fondateurs, Brian Acton et Jan Koum sur le blog de WhatsApp. Brian Acton aurait été l'un des plus fervents partisans de ce chantier, selon Recode.

L'image de l'application a été ternie en août dernier. En cause : le changement de la charte d'utilisation de WhatsApp, permettant à son propriétaire Facebook de récupérer les données des utilisateurs. Ce qui a valu au réseau social une amende de 110 millions de la part de la Commission européenne pour "renseignements dénaturés". En effet, Facebook avait assuré lors du rachat de WhatsApp ne pas vouloir récupérer les données de ce nouveau service.

Vers une monétisation de WhatsApp

La décision de Brian Acton intervient alors que Facebook a décidé de lancer la monétisation de WhatsApp. Le géant de la Silicon Valley a annoncé la semaine dernière vouloir proposer des services payants aux entreprises, en certifiant par exemple des profils officiels grâce à la vérification des numéros des entreprises. L'application s'était pourtant opposée à la publicité sur son service.

"La publicité n'est pas seulement une gêne esthétique, une insulte à votre intelligence et une interruption de votre fil de pensées. Dans chaque entreprise vendant de la publicité, une importante partie de leur équipe d'ingénieurs passent leurs journées à affiner l'exploration de données [...] Gardez en tête que lorsqu'il y a de la publicité, vous, l'utilisateur, êtes le produit" expliquaient les co-fondateurs sur le blog de WhatsApp en 2012, deux ans avant leur rachat par Facebook.

Officiellement, Brian Acton ne serait pas en désaccord avec la ligne imposée par Facebook. Selon le Wall Street Journal, cet ancien de Yahoo! aurait même œuvré à la mise en place de la stratégie. Car en dépit de sa popularité, WhatsApp n'est toujours pas rentable. Le service est passé de 500 millions d'utilisateurs dans le monde en avril 2014 à plus d'un milliard d'utilisateurs quotidiens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2017 à 23:37 :
J'aime

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :