"Oui, un Internet européen souverain est possible" Louis Pouzin, co-inventeur d'Internet

 |   |  1306  mots
Selon Louis Pouzin, les Etats européens pourraient parfaitement, s'ils en avaient la volonté, s'affranchir de la gouvernance étasunienne sur l'Internet.
Selon Louis Pouzin, les Etats européens pourraient parfaitement, s'ils en avaient la volonté, s'affranchir de la gouvernance étasunienne sur l'Internet. (Crédits : DR)
Louis Pouzin, 84 ans, co-inventeur d'Internet (protocole de communications réseau TCP/IP) avec Vinton Cerf dans les années 1970, est aujourd'hui président de l'Eurolinc, association experte sur la gouvernance internationale et le multilinguisme d'Internet. Il dirige aussi Open-Root, une alternative "éthique" à l'Icann.

LA TRIBUNE. Pourquoi avez-vous lancé, il y a plus d'un an, Open-Root pour concurrencer l'Icann dans la vente de noms de domaines Internet ?

LOUIS POUZIN. Serait-il acceptable que les États-Unis gèrent l'annuaire mondial de tous les abonnés au téléphone ? Le monopole de l'Icann est une sorte de racket financier, curieusement toléré par les États (sauf la Chine). Les nouvelles extensions génériques « .book », « .credit », « .sport », « .vin » excluent en pratique une délégation à d'autres firmes que des spéculateurs étasuniens capables de débourser 150 millions de dollars pour s'offrir 300 extensions.

Et si une extension est mondialement populaire, elle devient de facto un monopole mondial hors concurrence. D'où les tarifs abusifs et la capacité de sélectionner les clients de domaines sur des critères opaques.

Comme dans le cas des Gafa, ce système est une réplique de la colonisation par les Européens aux 18e et 19e siècles : appropriation des ressources des colonisés (noms), introduction de règles ou de méthodes profitables aux colons, vente aux colonisés de services ou produits (système de noms de domaines, ou DNS)... constitués de leurs propres ressources.

Le modèle Open-Root que j'ai créé est différent de la location auprès de l'Icann de noms de domaine : nos clients achètent et sont propriétaires des extensions qu'ils choisissent (des "registres" au sens Internet) ; ils peuvent alors créer gratuitement les domaines de leur choix. Nous comptons une trentaine de clients, à majorité des organismes sans but lucratif.

Une gouvernance multi-pays de l'Internet est-elle vraiment possible ?

Le poids lourd de la gouvernance du Net est la gestion des noms de domaine, centralisée sous le contrôle de l'Icann. Cette société privée californienne a été créée en 1998 pour garder l'Internet sous le contrôle du gouvernement américain, sans que cela suscite trop de protestations des autres États ni de la population à mentalité libérale des milieux de la recherche étasuniens.

L'idée était d'apparaître comme le bon samaritain, alors que le plan réel était de développer un outil d'espionnage mondial : il a été suivi avec précision Cette partie de l'Icann est trop essentielle à la stratégie de dominance du gouvernement des États-Unis pour être placée sous une autre autorité.

Si elle l'était sur le papier, ce ne serait qu'un trompe-l'œil. Il est irréaliste d'espérer un changement de position du gouvernement américain sur ce point. Si le champ de la gouvernance était réduit aux fonctions techniques, protocoles, paramètres, allocations de numéros IP, cet ensemble pourrait être transféré à un autre organisme en conservant tout ou partie de ses moyens, y compris en personnel. Son fonctionnement est quasiment autonome, via le groupe de travail de génie Internet (IETF) et les registres Internet régionaux (RIR). L'Internet continue à fonctionner.

Quelle est la marge de manœuvre des autres pays ?

Plutôt que de fermenter dans la résignation, les États ont le choix de s'affranchir eux-mêmes de la gouvernance étasunienne : ils peuvent gérer leurs domaines de premier niveau de noms géographiques, tels que « .fr » pour la France, comme prévu dans l'agenda de Tunis ; ils peuvent créer leurs extensions et leur DNS comme l'ont fait des sociétés privées avant la création de l'Icann ; ils peuvent rapatrier leurs « .com », « .org », « .net » et autres extensions accaparées par les États-Unis et les mettre à l'abri du FBI.

Ni le monopole de l'Icann ni le DNS unique n'ont de base légale ou technique. Reste à vérifier s'il existe encore des volontés politiques pour passer à l'action. Bien sûr, des échanges seront nécessaires entre États, ou régions du monde, pour maintenir l'interopérabilité, ouvrir plus largement l'Internet aux langues natives, tenir compte des lois en vigueur, régler des disputes, etc. C'est traditionnellement le rôle d'organismes multiples existants tels que l'IETF, l'ISO, l'UIT, l'Unesco ou encore l'OMPI.

Il y a un an, après les révélations « Snowden », la chancelière allemande Angela Merkel proposait que l'Europe se dote de son propre Internet sécurisé. Est-ce faisable ?

La création du « .eu » il y a dix ans cette année était vantée pour offrir aux Européens un espace de confiance. Si l'idée d'un Internet européen refait surface, c'est sans doute que cela n'a pas marché.

Pour en avoir un digne de ce nom, il faudrait se donner les objectifs suivants :

  • que sa gouvernance soit sous une autorité souveraine européenne qui élimine les monopoles fabriqués par l'Icann;
  • qu'il puisse fonctionner en l'absence de ressources situées hors de l'Europe (personnel, données, voies de communication, énergie);
  • qu'il assure les communications non seulement en Europe, mais aussi avec tous les autres espaces non européens n'y faisant pas obstacle;
  • qu'il soit sécurisé sous le contrôle d'organismes européens;
  • qu'il soit utilisable dans toutes les langues de l'Europe.

Ces conditions n'ont rien d'extravagant car, à l'exception du multilinguisme, elles sont appliquées par défaut aux États-Unis. Il faut noter qu'un réseau sécurisé ne signifie pas que ce soit un espace de confiance : sans oublier la multitude de « vermines » installées par la NSA (National Security Agency), une cause majeure d'insécurité est le comportement des utilisateurs et leur usage d'appareils non sécurisés.

Une résolution du Parlement européen du 27 novembre 2014 demande de « séparer les moteurs de recherche des autres services commerciaux ». Un « dégroupage » de Google, accusé depuis 2010 d'abus de position dominante, serait-il réalisable ?

Le dégroupage des moteurs de recherche, des annuaires, des messageries et autres services des Gafa est évidemment faisable, puisque c'était le cas à l'origine. Le groupage est un artifice classique pour enfermer les clients dans un écosystème propriétaire.

Le dégroupage matériel/logiciel a été imposé à IBM vers 1968 par l'État américain. Ce changement de paradigme a suscité l'apparition du logiciel libre, dénigré par Microsoft. Il a fallu à la Commission européenne des années de procès pour obliger Microsoft à dégrouper son navigateur, qui faisait obstacle au développement de navigateurs indépendants plus évolués.

La même approche tortueuse pourrait s'appliquer à Google, mais une procédure réglementaire serait moins coûteuse et plus expéditive

La neutralité de l'Internet semble ne plus tenir face à l'explosion du trafic, notamment de la vidéo. La gestion et la "prioritisation" des flux sont-elles inéluctables ?

Texte, image, voix, musique, vidéo, film, alarme, rythme cardiaque, etc. Tout transmettre sur une même artère mutualisée nécessite une gestion spécifique pour arriver en temps voulu à leur destination. Comme le coût de l'infrastructure est de plus en plus élevé, ainsi que la facture au client, il faut donc optimiser le trafic, c'est-à-dire les priorités de transmission, en tassant ou en découpant les paquets. Quand la capacité est saturée, ou les récepteurs trop lents, il y a embouteillage comme dans le trafic urbain. Là, il faut installer plus de capacité et investir en faisant des hypothèses sur les besoins futurs.

Au début de l'ADSL, les opérateurs ont offert des tarifs sans limite de capacité qui favorisent les gros consommateurs, aux frais des petits. Dans un modèle économique de rentabilité du réseau, il n'y a pas d'autre choix que de financer la capacité par les tarifs : les gros payeurs, en nombre limité, sont alors les grands consommateurs et producteurs d'information, et les autres, en grand nombre, paient moins.

La répartition des coûts entre ces populations relève de politiques publiques, assez disparates dans l'espace européen. Il faudra sans doute plusieurs étapes pour trouver un consensus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2015 à 13:34 :
@Hirondelle
"Et puis "un internet européen", c'est une blague ? Internet n'est qu'une interconnexion de réseaux indépendants, si deux réseaux d'opérateurs européens sont correctement conçus, alors les USA ou la Chine ne peuvent avoir aucune influence dessus"

La couche physique fonctionne sur du matériel principalement américain (Cisco et co );

La couche réseau fonctionne sur des protocoles américains (TCP/IP, les protocoles alternatifs genre X25 ont été enterrés dans une guerre de standards que l'europe a perdu) ;

La gouvernance est gérée par des organismes américains (Icann, IETF ISOC tous de droit américains, oui le reste du monde y siège mais ca reste des organismes sous contrôle américain, ou alors tu as un exemple de décision contraire aux intérêts américains qui y aurait été pris?);
La couche logicielle est trustée par des sociétés américaines (Google, Amazon, Youtube, Windows/Android/McOS etc);
Par dessus tout cela Snowden a publié les preuves que la NSA n'avait aucune vergogne pour pomper les données transitant sur les réseaux étrangers.

Je caricature bien sur un peu, à vrai dire la couche physique tourne de plus en plus sur du matériel chinois. Mais ca ne change rien Hirondelle, l'état des lieux est que les US ont effectivement énormément d'influence sur le réseau Internet européens et que promouvoir l'idée d'un Internet Européen n'a rien d'une blague...
a écrit le 30/03/2015 à 10:03 :
Le député Marini avait relancé le projet de loi d’adaptation de la taxation au commerce électronique pour les sociétés délocalisées afin de prendre en compte les chiffres d’affaires qui ont migré de l’économie physique intégrée au système fiscal vers l’économie numérique en dehors de l’assiette taxable.
Dans le même temps les ISP font face à un problème de financement de la bande passante de leur réseau dont les majors de l’internet sont les plus gros consommateurs sans participer proportionnellement au reste de la chaîne de valeur ; or la publicité représente désormais un lourd poids dans une page internet.

Or, actuellement les solutions de DPI (et autre Guardian d’Alcatel) sont capables de savoir exactement ce qui passe dans une page web.
Il est donc réalisable d’extraire des réseaux des ISP les statistiques en quasi temps réel donnant les régies publicitaires, les volumes voir les clics sur les publicités de l’internet ainsi que l’audience des sites internet d’e-commerce, en particulier ceux domiciliés dans des paradis fiscaux.

Un projet de loi prenant en compte cette capacité technique pourrait dès lors définir, à l’instar de l’interception légale ou la déclaration de TVA, que les ISP ont l’obligation d’avoir de tels systèmes (c’est quasiment déjà le cas depuis la LOPSI 2 et pire avaec la loi de programmation militaire) et de fournir les informations nécessaires au recouvrement de l’impôt dû au titre de l’activité exercée en France par les sociétés ayant « optimisé » leur imposition.
Un tel mécanisme permettrait dès lors de transformer une imposition sur la production d’un résultat comptable à une sorte de taxe d’habitation de l’espace numérique.
a écrit le 30/03/2015 à 0:34 :
Ce n'est pas seulement possible, mais vu la domination US de plus en plus importante, c'est obligatoire. Nous le verrons très bientôt.
a écrit le 29/03/2015 à 13:55 :
C'est assez hallucinant de lire des bêtises pareilles de la part d'un homme ayant publié des travaux aussi brillants par le passé.

Tout d'abord, sa compréhension du DNS laisse à désirer. La gestion technique de la racine ne dépend plus du tout des USA, et l'ICANN bien que de droit américain et gérée de façon collégiale par une équipe internationale.

Et puis "un internet européen", c'est une blague ? Internet n'est qu'une interconnexion de réseaux indépendants, si deux réseaux d'opérateurs européens sont correctement conçus, alors les USA ou la Chine ne peuvent avoir aucune influence dessus. Chaque AS gère se propres routes et infrastructures physiques, croire que les États Unis chapeautent le tout relève du fantasme au mieux, ou de la désinformation au pire !

Pour terminer, son plaidoyer contre la neutralité du net transpire la mauvaise foi, et sa justification par le cout est une fumisterie : le cout de l'infrastructure est au contraire de moins en moins élevé ! Aujourd'hui, un routeur avec des optiques 40G coute 3x moins cher qu'un simple port 10G il y a 8 ans.
Réponse de le 30/03/2015 à 0:35 :
Rassurez-vous, vous êtes le seul à croire à votre baratin. Mais merci d'être venu, néanmoins.
Réponse de le 30/03/2015 à 17:43 :
Je vois que vos arguments sont affûtés. Merci d'avoir contribué au débat de façon si constructive.
a écrit le 28/03/2015 à 17:29 :
Nous avons-là deux incompétences réunies.
1. celle de Laolao qui ferait bien de lire IEN 48
2. celle de Louis Pouzin qui ferait bien de revoir ses RFC sur le DNS
La différence est que Louis a inventé le prompt, le script, le mail, le datagramme, le catenet (réseau des réseaux) et que la FCC après 42 ans a repris le nom qu'il a donné à ce qui doit être légalement considéré (PSN).
Même si Laolao est le pseudonyme d'un pionnier du CNET, le commentaire est inadéquat ; même Vint Cerf reconnait que l'internet eut pu plus exactement s’appeler le catenet.
a écrit le 28/03/2015 à 11:32 :
Pouzin est un des inventeurs du concept de datagramme (qui a donné, entre autres, le protocole IP) . Il n'a jamais contribué directement a TCP/IP, alors parler de co-inventeur d'Internet, il y a une (grosse) marge que vous avez allègrement franchie, buzz oblige.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :