Près d'un milliard de dollars de bonus pour le fondateur de Snap

 |   |  394  mots
Même si l'action poursuit sa baisse à deux chiffres entamée en début de semaine, Evan Spiegel (au centre) a encore du temps avant de ne plus être milliardaire.
Même si l'action poursuit sa baisse à deux chiffres entamée en début de semaine, Evan Spiegel (au centre) a encore du temps avant de ne plus être milliardaire. (Crédits : REUTERS/Lucas Jackson.)
Evan Spiegel a reçu 3% des actions de Snap après l'introduction en Bourse de la maison-mère de l'application de messagerie. Sa fortune s'approche des 6 milliards de dollars.

L'euphorie entourant le titre Snap a beau être retombée à Wall Street, cela n'empêchera pas son fondateur de toucher un juteux pactole. Déjà milliardaire, Evan Spiegel devrait toucher 800 millions de dollars supplémentaires après l'introduction en Bourse (IPO) de la maison-mère de la populaire application de messagerie mobile, rapportent des médias américains citant un document transmis le 7 mars à la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme boursier aux États-Unis.

Âgé de 26 ans, le fondateur de Snapchat recevra sur trois ans 37.447.817 actions préférentielles, d'après ce document, soit 3% du total des actions Snap. Si l'action ne s'échange plus aussi haut qu'à ses débuts la semaine passée, elle a tout de même clôturé à 21,44 dollars mardi soir à la fermeture de Wall Street, valorisant les actions offertes à Evan Spiegel à 802 millions de dollars.

     | Lire L'euphorie Snap retombe brutalement à Wall Street

Le bonus accordé au fondateur de Snapchat n'a évidemment pas été signé à la dernière minute. On en trouve une trace écrite des documents transmis à la SEC début février avant l'IPO de Snap qui font remonter l'histoire à juillet 2015. À l'époque, la messagerie éphémère sort d'une levée de fonds de 500 millions de dollars en février - sa valorisation est alors estimée à 19 milliards de dollars - et nargue Facebook qui avait voulu le racheter 3 milliards de dollars deux ans plus tôt. Evan Spiegel aurait pu s'arrêter mais pour le conseil d'administration décide de lui attribuer une prime pour le "motiver à faire croître [l'] affaire et améliorer [les] résultats financiers afin que [l'entreprise] puisse entreprendre une introduction en Bourse, que [le conseil d'administration] considère comme une étape important qui fournira des liquidité aux actionnaires et salariés".

Depuis l'IPO de son entreprise, la fortune d'Evan Spiegel a fait un bond en avant, comme le soulignait récemment Bloomberg. Détenant avant bonus 21,8% des actions de Snap, autant que l'autre cofondateur Bobby Murphy, sa fortune tient toutefois énormément au cours du titre. Au cours actuel, son portefeuille d'actions Snap est valorisé 5,8 milliards de dollars. Même si l'action poursuit sa baisse à deux chiffres entamée en début de semaine, Evan Spiegel a encore du temps avant de ne plus être milliardaire.

>> Aller plus loin Snapchat : les enjeux d'une introduction en Bourse historique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2017 à 9:25 :
Voilà pourquoi il a fait coter sa société en bourse, par simple mégalomanie au final.

Plus on possède et plus on est possédé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :