Réseaux sociaux : Hype, la revanche des créateurs de Vine contre Twitter

 |   |  882  mots
Rus Yusupov, le co-créateur de Vine, regrette d'avoir vendu son application à Twitter, qui vient d'annoncer sa fermeture. Il lance, avec son collègue Colin Kroll, un nouveau réseau social, Hype, qui veut détrôner Periscope... détenu par Twitter.
Rus Yusupov, le co-créateur de Vine, regrette d'avoir vendu son application à Twitter, qui vient d'annoncer sa fermeture. Il lance, avec son collègue Colin Kroll, un nouveau réseau social, Hype, qui veut détrôner Periscope... détenu par Twitter. (Crédits : Capture Twitter)
Quelques jours après l’annonce, par Twitter, de la fermeture de son application de vidéos Vine, ses créateurs rebondissent. Ils annoncent le lancement de Hype, une appli de vidéos qui veut ringardiser Periscope, détenue par… Twitter.

"Ne vendez pas votre entreprise !" Rus Yusupov, le cofondateur de l'application Vine, qui permet d'enregistrer et de partager des courtes vidéos, n'a visiblement pas digéré sa fermeture surprise par Twitter, qui l'avait rachetée en octobre 2012, quatre mois après son lancement, pour 30 millions de dollars. Embourbée dans ses problèmes de croissance et de monétisation de son audience, la firme dirigée par Jack Dorsey a préféré se concentrer sur ses deux produits phares, Twitter et l'application de vidéos en direct Periscope. Il était donc temps de se séparer de Vine. De toute façon, le service n'avait jamais été vraiment soutenu par Twitter, qui a laissé la concurrence l'écraser.

Mais Rus Yusupov et Colin Kroll, deux des quatre cofondateurs de Vine, n'ont pas dit leur dernier mot. Les deux entrepreneurs viennent de lancer, en version Béta et uniquement sur iOS, leur nouveau projet, baptisé Hype (un synonyme du mot "buzz"). Plus qu'un ersatz de Vine, dont elle reprend quelques fonctionnalités, la nouvelle application s'attaque surtout à Periscope, l'outil de vidéos en direct détenu par... Twitter. De la revanche dans l'air ?

     | A lire. Plan social, fermeture de Vine... Twitter veut-il mieux se vendre ou rester seul ?

Comment Hype veut ringardiser Periscope

Quand on regarde Hype de plus près, on se rend compte que l'application a été conçue pour tirer profit au maximum des potentialités de la vidéo en direct. Et que sa principale cible est Periscope, qu'elle veut ringardiser avec des fonctionnalités bien plus nombreuses et originales.

Dotée d'une interface très simple, Hype permet de créer et de diffuser en direct une vidéo à ses abonnés. Comme sur Periscope, ceux-ci peuvent interagir en publiant des commentaires en temps réel, qui s'affichent sur un côté de l'écran. Plus intéressant, Hype innove en permettant aux créateurs de s'amuser avec le format vidéo. Des photos, des vidéos, des musiques et d'autres éléments comme des Gifs peuvent être intégrés en plein direct. Les commentaires les plus appréciés peuvent être épinglés et affichés en haut de l'écran pendant la diffusion. Enfin, pour favoriser les interactions avec le public et les rendre plus ludiques, les utilisateurs peuvent utiliser des bulles et des animations.

Autrement dit, Rus Yusupov et Colin Kroll ont développé un véritable univers autour de la vidéo en direct. Plus "fun" que l'austère Periscope, Hype entend créer une communauté de "hypers", notamment des jeunes - le nerf de la guerre des réseaux sociaux - un peu comme l'ont fait Snapchat, Instagram, YouTube, et même Vine et ses fameux "Viners". Grâce à ces fonctionnalités originales, Hype veut permettre à ses futurs utilisateurs de créer des contenus spécifiques pour l'application, et ainsi les détourner des concurrents. On imagine aussi que la possibilité d'intégrer des photos et des vidéos en plein direct pourrait séduire les marques... et ainsi permettre à Hype d'engranger des revenus publicitaires.

     | A lire. Periscope, un réseau social révolutionnaire pourri par les polémiques

La concurrence acharnée des géants du Net

Le concept est malin et insuffle un vent de fraîcheur à la vidéo en direct. Par conséquent, Hype présente assurément du potentiel. Reste à savoir si l'application saura se créer une communauté dans un environnement extrêmement concurrentiel. Car en plus de Periscope, dont il s'agit du fonds de commerce, tous les réseaux sociaux se mettent ou se sont déjà mis à la vidéo et à la vidéo en direct, de Facebook à Snapchat, en passant par Instagram, Messenger et, bien sûr, YouTube et son audience faramineuse.

La mort du réseau social Meerkat, annoncée le 30 septembre dernier après seulement un an d'existence, prouve également à quel point il est difficile d'exister face à ces géants et de transformer un "buzz" initial en croissance pérenne.

L'exception Snapchat

Révélé au grand public lors du festival américain South by Southwest 2015, Meerkat a été la première application à proposer un service de diffusion de vidéos en direct. Malheureusement pour elle, Twitter a décidé de racheter le concurrent Periscope, pourtant lancé un peu après Meerkat. Grâce à la notoriété du réseau social et à l'effet "plateforme", Periscope a rencontré le succès, tandis que Meerkat plongeait dans l'oubli. Rapidement, Facebook puis YouTube et les autres ont aussi lancé leur service de vidéo en direct, en copiant ce qui marche. Encore une fois, les géants du Net ont pris d'assaut un secteur porteur.

Mais Snapchat a prouvé qu'il est possible de réussir dans les réseaux sociaux. Courtisé par Facebook dès 2013, qui lui proposé 3 milliards de dollars, l'application aux contenus qui s'autodétruisent après quelques secondes a résisté et elle a eu raison. Grâce à une forte innovation dans l'usage, Snapchat est devenu le réseau social préféré des jeunes et s'est taillé, à la force du poignet, une place de choix à la table des grands. Un fabuleux destin que Hype aimerait bien reproduire.

     | A lire. Snapchat, l'insolent réseau social qui défie Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2016 à 9:34 :
Voilà le problème de notre économie financière on achète un possible concurrent pour le fermer, le pire c'est que Twitter fait tout cela avec des milliards de dettes.

Pitoyable économie des médiocres.

On lui souhaite bonne chance et espérons qu'il a retenu a leçon, il ne faut pas vendre à n'importe qui au nom de n'importe quoi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :