Yahoo ! se livre à Verizon en meilleure santé que prévu

 |   |  598  mots
Au premier trimestre 2017, le groupe Yahoo! a engrangé un bénéfice net de 99 millions de dollars, contre une perte du même montant un an plus tôt.
Au premier trimestre 2017, le groupe Yahoo! a engrangé un bénéfice net de 99 millions de dollars, contre une perte du même montant un an plus tôt. (Crédits : © Denis Balibouse / Reuters)
Le groupe internet américain a publié des résultats trimestriels meilleurs que prévu bien que peu reluisants, renouant avec les bénéfices. Sa vente au géant des télécoms Verizon sera finalisée en juin, a-t-il annoncé.

Pour ses derniers résultats trimestriels en tant qu'entreprise indépendante, Yahoo! s'offre un baroud d'honneur. L'ex-géant californien de l'Internet, en crise depuis plusieurs années, a publié des résultats trimestriels qui n'ont certes rien de fabuleux, mais qui renouent enfin avec les bénéfices.

Au premier trimestre, le groupe a engrangé un bénéfice net de 99 millions de dollars, contre une perte du même montant un an plus tôt. Le chiffre d'affaires s'élève à 1,327 milliard de dollars, ce qui constitue une amélioration de 22% sur un an. L'EBITDA ajusté atteint 188 millions de dollars (+28%). Autre motif de satisfaction, les réserves de liquidités progressent de 7,13 milliards de dollars au premier trimestre 2016 à 8,02 milliards de dollars un an plus tard.

La Bourse indifférente

Marissa Mayer, la directrice générale contestée de l'entreprise, s'est réjouie de ces performances.

« Alors que nous entamons notre dernier trimestre comme entreprise indépendante, nous sommes engagés à terminer sur une note solide et à préparer la meilleure intégration possible avec Verizon », a-t-elle déclaré, tout en se disant n'avoir « jamais été plus fière des améliorations apportées à l'activité » du groupe.

Mais la satisfaction de Yahoo! ne s'est guère traduite par un regain enthousiasme à Wall Street. Le cours de l'action, après une petite embellie suite à l'annonce des résultats, est reparti à la baisse mercredi 19 avril. En partie car le résultat d'exploitation est négatif, à -59 millions de dollars, et que le chiffre d'affaires « ex-TAC », c'est-à-dire sans compter les commissions reversées aux partenaires pour l'acquisition du trafic, est en baisse sur un an, à 834 millions de dollars (-3%). L'augmentation annoncée du chiffre d'affaires global sur un an vient donc d'une petite manœuvre permettant d'intégrer les TAC, ce qui n'était pas permis il y a un an.

     | Lire Comment Marissa Mayer a raté la mutation de Yahoo !

Oath, la nouvelle entreprise issue de Yahoo! et AOL, sera lancée en juin

En marge des résultats, Marissa Mayer a aussi annoncé que l'intégration du cœur de métier de Yahoo! au géant des télécoms Verizon s'effectuera en juin, après un report de plusieurs mois lié à la révélation de cyberattaques massives. A l'automne dernier, Yahoo! avait indiqué qu'un milliard de comptes ont été piratés en 2013 puis 500 millions en 2014, ce qui avait amené Verizon à renégocier le prix du rachat des activités en ligne de Yahoo!, passant de 4,83 milliards de dollars à 4,48 milliards de dollars.

     | Diaporama Les pires piratages de comptes de l'Histoire

L'avenir de Marissa Mayer demeure incertain. Appelée à la rescousse en 2012 pour relancer la croissance de l'ex-pionnier d'Internet, la dirigeante a clairement failli à sa mission. La décision de vendre le cœur de métier de Yahoo! à Verizon sonne comme un constat d'échec. Yahoo! a d'ailleurs annoncé qu'elle ne resterait pas au sein de l'entreprise qui subsistera après la cession. Celle-ci, rebaptisée Altaba, sera une société d'investissement avec essentiellement les actifs financiers non rachetés par Verizon, en particulier la participation de Yahoo! dans le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, valorisée à plus de 40 milliards de dollars au cours du marché.

Quant à Verizon, il va combiner les activités internet de Yahoo! avec celles d'un autre géant à la dérive, AOL, qui lui appartient déjà. Le nouvel ensemble doit prendre le nom de Oath, et la majorité des observateurs s'attendent à ce que ce soit le patron d'AOL, Tim Armstrong, qui en prenne la tête.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :