IoT : en baissant les coûts, Sigfox veut développer les usages

 |   |  521  mots
Ludovic Le Moan, le fondateur et dirigeant de Sigfox.
Ludovic Le Moan, le fondateur et dirigeant de Sigfox. (Crédits : Remi Benoit)
Le pionnier français des objets connectés a notamment lancé « Admiral Ivory », une solution de « connectivité simplifiée ». Grâce à un composant radio à très bas coût, ce service permet de connecter à Internet « n’importe quel objet d’entrée de gamme ».

Pour inciter de nouveaux clients à se lancer sur son réseau, Sigfox vient de lancer tout un éventail de nouveaux services. Le pionnier français de l'Internet des objets a annoncé mardi le lancement d'« Admiral Ivory ». Ce service permet, explique Sigfox dans un communiqué, « de transformer n'importe quel objet d'entrée de gamme en un objet connecté à Internet, grâce à un composant radio ne coûtant que 0,20 dollar ». Grâce à ce faible coût, Sigfox veut « [ouvrir] la voie de la création d'objets connectés, jetables, et le développement d'application IoT (pour Internet des objets, NDLR) à usage unique ». Avec ce service, illustre le groupe, « il est techniquement et économiquement possible de connecter et de suivre petits colis et lettres ». « Ceci représente une opportunité unique pour les secteurs de l'emballage industriel, de la logistique et de la grande distribution », estime Sigfox.

En parallèle, le spécialiste français des objets connectés à bas débit et à faible coût a lancé « Sigfox Monarch », qui permet d'assurer « une connectivité internationale, sans frontière ». « Avec ce service, les appareils seront capables de reconnaître les standards de communication locaux et de s'y adapter automatiquement », précise Sigfox, qui compte sur cette solution pour séduire les entreprises des secteurs du transport ou de la logistique. « Parmi les applications possibles : le suivi de bagages dans le monde entier. Perdre ses valises ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir », se projette le groupe. En outre, le spécialiste des objets connectés a dévoilé « des processus d'accès simplifiés et transparents » pour aider les entreprises et fabricants d'objets « à réduire le temps et le coût de développement » de leurs projets IoT.

De nouveaux pays couverts

Avec ces nouvelles offres, Sigfox espère convaincre de nouveaux clients d'adopter sa solution. Revenant sur l'offre Admiral Ivory, Ludovic Le Moan, DG et fondateur du groupe, rappelle à l'AFP que « [son] ambition, depuis le lancement, est de couvrir la planète et de faire tendre le prix de la connectivité vers zéro ». Sous ce prisme, il estime que ses nouveaux modules à 0,20 dollar constituent une avancée majeure :

« C'est un niveau de prix qui permet virtuellement de tout connecter, partout et sans limite, indique-t-il à l'agence française. C'est un vrai bond en avant et quelque chose de difficile à mettre en place sur une autre technologie qui serait plus chère. »

Sans les citer, Sigfox tacle ici ses concurrents dans l'Internet des objets. Et notamment la solution LoRa, qui se situe sur le même créneau que lui, et qui a, en France, été adoptée par les opérateurs Orange et Bouygues Telecom. Conscient qu'il est engagé dans une guerre des standards, Ludovic Le Moan veut convaincre, sans traîner, un maximum d'entreprises à toquer à sa porte. Pour l'emporter, il compte notamment sur la taille de son réseau. Après avoir annoncé des déploiements d'antennes au Costa Rica, en Croatie, en Thaïlande et en Tunisie, Sigfox sera bientôt présent dans 36 pays. Et il espère passer la barre des 60 pays avant la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2017 à 8:26 :
Ah la la. La France et ses projets "minitel" exportés!.. Chasser le naturel, il revient au galop.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :