L'intelligence artificielle pourrait faire grimper le PIB mondial d'ici 2030

 |   |  496  mots
L'intelligence artificielle devrait contribuer à hauteur de 15.700 milliards de dollars à l'économie mondiale en 2030, selon une étude de PwC publiée lundi.
L'intelligence artificielle devrait contribuer à hauteur de 15.700 milliards de dollars à l'économie mondiale en 2030, selon une étude de PwC publiée lundi. (Crédits : Reuters/Fabrizio Bensch)
L'intelligence artificielle pourrait contribuer à hauteur de 15.700 milliards de dollars à l'économie mondiale d'ici 2030. Cette estimation repose sur les gains de productivité attendus et la hausse présumée de la demande des consommateurs, selon une étude PwC.

Et si l'intelligence artificielle (IA) rivalisait bientôt avec le PIB de la Chine et de l'Inde ? Elle devrait contribuer à hauteur de 15.700 milliards de dollars à l'économie mondiale en 2030 - soit, plus que le PIB cumulé actuel de la Chine et de l'Inde, estime PwC dans une étude publiée lundi. Le PIB mondial pourrait ainsi augmenter de 14% d'ici 2030. En cause : les gains de productivité espérés et la hausse de la demande des consommateurs grâce à l'intelligence artificielle.

"Les gains de productivité du travail devraient représenter plus de la moitié (55%) de la totalité des bénéfices économiques générés par l'IA sur la période 2016-2030", note l'étude. Le développement de l'intelligence artificielle permettait de "libérer du temps aux salariés pour se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée", explique dans un communiqué de presse Gaëtan Bodmer, associé chez PwC en charge de la transformation digitale. L'autre facteur de croissance proviendrait de la hausse de la consommation "induite par la commercialisation de produits plus personnalisés ou de meilleure qualité car intégrant des technologies d'IA". Sur huit secteurs analysés, les premiers impactés seraient :

  • la santé, avec l'amélioration de "l'assistance au diagnostic permise par la donnée et l'identification des pandémies" ;
  • l'automobile, par le biais des "voitures intelligentes/assistance à la conduite" ;
  • la finance, grâce au potentiel pour la "planification financière personnalisée ou encore la détection des fraudes et lutte contre le blanchiment d'argent".

> Lire aussi : Détection de problèmes cardiaques: les algorithmes surpassent-ils les cardiologues ?

La Chine et les Etats-Unis, pays les plus impactés

C'est en Chine et en Amérique du Nord que l'intelligence artificielle devrait générer les bénéfices économiques les plus importants, PwC estimant les gains de PIB à respectivement 26% et 14,5% à l'horizon 2030. L'environnement étant plus mature, les gains de productivité devraient d'abord être plus rapides en Amérique du Nord. Mais la Chine devrait commencer à creuser l'écart avec les États-Unis dans une dizaine d'années, quand elle aura "rattrapé son retard en termes de déploiement technologique et d'expertise". Avec 7.000 milliards de dollars de retombées attendues en 2030, Pékin devrait capter 45% du total mondial.

En Europe et dans les pays développés d'Asie, les bénéfices économiques liés à l'intelligence artificielle ne devraient pas être négligeables. Ils pourraient représenter 9,9% du PIB de l'Europe du Nord, 11,5% de celui de l'Europe du Sud et 10,4% du PIB de "l'Asie développée" en 2030.

Les pays en développement - en Amérique latine et en Afrique, notamment - devraient bénéficier d'un "impact plus limité (moins de 6% de PIB) car les taux d'adoption des technologies d'IA devraient être beaucoup plus faibles".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2017 à 22:03 :
Si l'intelligence artificielle remplace le manque d'intelligence et surtout les mensonges socialistes, les chances d'amélioration sont du bon côté :-)
a écrit le 11/07/2017 à 19:42 :
Ce qui m'a toujours épaté, c'est le niveau de ce genre d'études : des gens surpayés, soit disant super intelligents qui sortent des dissertations floues basées sur des espérances...
a écrit le 11/07/2017 à 19:14 :
"..libérer du temps aux salariés pour se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée.."
Je ne savais pas que passer son temps chez Pole Emploi était une tâche à forte valeur ajoutée...
Toujours plus de PIB, réparti entre toujours moins d'individus, voila la réalité !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :