Le marché des tablettes en pleine dégringolade

 |   |  490  mots
Vice-président marketing d'Apple, Phil Schiller présentait le nouvel Ipad Pro de la marque à la pomme le 21 mars dernier.
Vice-président marketing d'Apple, Phil Schiller présentait le nouvel Ipad Pro de la marque à la pomme le 21 mars dernier. (Crédits : Reuters)
Autrefois plébiscitées, les tablettes n’ont plus la cote. En 2016, le marché a poursuivi son déclin, avec des ventes en baisse de 15,6% sur un an, à près de 175 millions d’unités, selon le cabinet IDC.

Le déclin se poursuit pour le marché des tablettes. Ce jeudi, le cabinet IDC a dévoilé les chiffres de ventes de ce marché à travers le monde. Et comme de coutume, ils ne sont pas bons. En 2016, près de 175 millions de tablettes ont été écoulées, soit 15,6% de moins par rapport à l'exercice précédent. Surtout, la baisse semble s'accélérer. Au quatrième trimestre 2016, les ventes de tablettes ont ainsi chuté de plus de 20% par rapport à la même période en 2015, à près de 53 millions d'unités. Et ce, alors que la fin de l'année est généralement une période importante pour les achats de produits high-tech.

ID  marché tablettes

Bref, « l'ambiance autour du marché des tablettes continue de se dégrader », constate Ryan Reith, un analyste d'IDC. Visiblement, les efforts des fabricants pour doter leurs nouveaux produits de clavier ultra fins, et se rapprocher ainsi des ordinateurs portables, n'a pas suffi à relancer le segment. Sous ce prisme, les derniers iPad Pro d'Apple ou les Surface Pro de Microsoft semblent, pour l'instant, souffrir de difficultés à se positionner, à mi-chemin entre les smartphones à grand écran, et les ordinateurs portables traditionnels.

Apple et Samsung mènent la danse

Côté perspectives, IDC ne se montre guère optimiste :

« Nous voyons de la croissance future sur des marchés émergents comme le Moyen-Orient et l'Afrique, de même que l'Europe centrale et orientale, mais les seuls catalyseurs sont la simplicité et les bas prix, affirme Ryan Reith. Malheureusement pour le secteur, ce sont les appareils qui n'apportent pas beaucoup de revenus. »

Côté fabricants, c'est encore Apple et Samsung qui ont mené la danse l'année dernière. Au total, la firme à la pomme a écoulé 42,6 millions de tablettes (-14,2% par rapport à 2015), quand son, rival sud-coréen en a vendu 26,6 millions (-20,5%). A la troisième place du podium, on retrouve Amazon et ses 12,1 millions de tablettes vendues (+98,8%). A noter également la bonne progression du géant chinois Huawei. Avec 9,7 millions d'unités écoulées, il affiche une croissance de près de 50% par rapport à 2015.

Vers une baisse de 10% cette année ?

Quoi qu'il en soit, IDC n'est pas le seul cabinet à se demander si l'âge d'or des tablettes n'appartient pas tout bonnement au passé. En début de semaine, le cabinet Deloitte s'est aussi posé la question. « La tablette a-t-elle connu son apogée », se sont demandés ses experts. Avant, eux aussi, d'envisager un avenir plutôt sombre cette année :

« En 2017, les ventes de tablettes seront inférieures à 160 millions d'unités, soit une baisse d'environ 10% (178 millions d'unités vendues en 2016), ce qui donne à penser que le pic de la demande a été atteint. Les chiffres varient selon les pays, mais trois appareils grand public ont actuellement une bonne longueur d'avance sur la tablette en ce qui concerne leur popularité auprès des utilisateurs : les ordinateurs, les smartphones et les téléviseurs. »

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2017 à 9:58 :
Moins polyvalentes et puissantes qu'un ordi portable, moins portables qu'un smartphone. Intérêt de la tablette ?
http://www.dailymotion.com/video/x20lubb_il-a-trouve-une-nouvelle-utilite-a-l-ipad_fun
Réponse de le 04/02/2017 à 13:47 :
Est-il nécessaire de disposer de puissance quelconque pour glandouiller sur des sites sociaux ? Ou regarder une vidéo de Claude François ? ( Usage majoritaire selon sondages ).
Réponse de le 04/02/2017 à 16:56 :
Les ordi portables et fixes se vendent aussi moins que par le passé, votre raisonnement ne tient donc pas. Les tablettes ont simplement une durée de vie élevée et répondent pour partie au même usage que les grands téléphones portables. Le marché de renouvellement est donc faible.
Par ailleurs elles sont plus puissantes que beaucoup de portables et ne font simplement pas la même chose. Pour une utilisation courante d'un non-informaticien, elles suffisent amplement.
a écrit le 04/02/2017 à 9:38 :
Un smartphone est un ordinateur, et une tablette. La dégringolade comme vous l'appelée était écrite. Les anciens "outils" resteront , mais pour des applications de plus en plus spécifiques et complexes avec des chiffres en nette diminution, par rapport au niveau d’aujourd’hui.
a écrit le 03/02/2017 à 23:01 :
Marché mature qui va vivre du renouvellement d'équipements obsolètes uniquement. Les tablettes servent majoritairement à de la consultation Internet et à quelques Apps. La puissance nominale des CPU sur ce segment d'équipement évolue peu et il en va de même pour les usages.
Les foyers occidentaux et Est-asiatiques étant déjà équipés la croissance de ce secteur ne pourra être dorénavant portée que par le Low-cost et le moyen de gamme en Amérique Latine, en Inde et en Afrique.
Le phénomène observé est le même que pour le marché du PC. Puissance nominale suffisante sur 5-7 ans de vie du produit sauf pour les power-users et les gamers qui représentent un très faible pourcentage.
Les consoles de jeux et smartphones concurrencent fortement Tablettes et PC sur le segment du divertissement également.
Bref rien d'alarmant ni d'anormal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :