La Tribune

Redevenu rentable, Le Monde veut modifier son modèle économique

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Sandrine Bajos  |   -  760  mots
Le groupe de presse repris il y a 15 mois par le trio Bergé-Niel-Pigasse devrait dégager 6,6 millions d'euros de bénéfices cette année. Il enrichit son offre de fin de semaine de trois cahiers et d'un magazine "life style".

Au bord du dépôt de bilan avant d'être repris par le trio d'hommes d'affaires Xavier Niel (Free), Matthieu Pigasse (Lazard) et Pierre Bergé, le groupe Le Monde est "enfin sorti du rouge avec un bénéfice d'exploitation de 2,3 millions d'euros au premier semestre", s'est félicité mercredi, son président du directoire, Louis Dreyfus. Sur les 110 millions d'euros que le trio s'était engagé à injecter dans le groupe de presse, 35 millions ont permis le rachat d'obligations remboursables en actions (ORA sur 5 ans, et 30 millions d'euros sont d'ores et déjà dans ses caisses. En attendant les 45 millions d'euros restants, Le Monde a désormais "les moyens de sa politique d'investissements" et entend "modifier durablement son modèle économique afin de se placer au c?ur des transformations de son industrie", a déclaré son président lors d'une conférence de presse.

Un magazine de 120 pages inspiré du "New York Times"

Après avoir rénové ses équipes éditoriales sous la houlette d'Erik Izraelewicz, directeur du Monde et des rédactions depuis sept mois, le groupe a mis en place de nombreux chantiers dont l'offre de fin de semaine désormais totalement rénovée. A partir du 23 septembre , trois cahiers thématiques "Sciences & Techno", "Sports & Formes" et "Culture & Idées" seront proposés ainsi qu'un hebdomadaire "M, le magazine du Monde". Ce magazine de 140 pages (contre une cinquantaine aujourd'hui) pour son premier numéro (dont une cinquantaine de publicité) "s'appuie sur un traitement décalé et surprenant de la petite et la grande actualité et un suivi intelligent et hédoniste du life style". "Nous assumons totalement notre filiation aux magazines de fin de semaine anglo-saxons comme le New-York Times", a expliqué sa rédactrice en chef, Marie-Pierre Lannelongue, pour qui des "sujets sur la mode, la gastronomie ou encore le plaisir ne sont traités que par la presse féminine et de façon consumériste".

Ce magazine "de signatures qui accorde une large place à la photo" et qui devrait faire progresser sensiblement le chiffre d'affaires publicitaire du groupe de presse. L'objectif est de passer de 500 pages de publicité annuelles aujourd'hui, à 1.000 à 1.100 dans un an. Le package de fin de semaine sera vendu 3,20 euros et pour le 23 septembre, le tirage sera augmenté de 30%.

La diffusion du quotidien en hausse de 2,7%

Le quotidien n'est pas oublié avec, dès le 26 septembre, "une maquette et un déroulé réaménagés" pour devenir "plus réactif, plus visuel et plus agréable à lire", a expliqué Erik Izraelewicz. Le Monde s'offre une campagne de promotion de 4 millions d'euros pour faire connaître ses changements. Réalisée par Publicis Conseils, elle sera déclinée en presse, radio et affichage, avec pour slogan "Le Week-end vous êtes différent, le Monde aussi". Sur le premier trimestre 2010, Le Monde a enregistré une hausse de 2,7% de sa diffusion France payée (OJD) avec une moyenne de 293.650 exemplaires par jour. Quant au monde.fr avec 49,9 millions de visites en août, il progresse de 25,5% sur un an. Le Monde voit l'avenir beaucoup plus sereinement d'autant qu'il sera porté par une actualité riche avec, notamment, la présidentielle de 2012. Mais pour la seule année 2011, il table déjà un profit d'exploitation de 6,6 millions d'euros. "Un tiers de ces bénéfices seront réinvestis dans le Monde et ses suppléments", a promis Louis Dreyfus.

Le douloureux dossier de l'imprimerie à régler

Mais le nouvel homme fort du groupe a encore du pain sur la planche, notamment sur le plan industriel avec le douloureux dossier de l'imprimerie. Avec le départ du groupe Les Echos fin 2012, Le Monde a dû revoir sa copie. Le groupe ne devrait garder qu'une seule de ses deux rotatives et d'ici 2012, il veut être imprimé pour partie par cinq centres d'impression en province appartenant à des groupes de presse quotidienne régionale. Mais tout en restant distribué par Presstalis (ex NMPP), a précisé son président.

Enfin, Louis Dreyfus a confirmé être en négociation avec Arianna Huffington pour lancer une version française du journal en ligne Huffington Post avec le site participatif le Post que le Monde Interactif contrôle à 100%. Le Monde Interactif étant lui-même détenu à hauteur de 34 % par le groupe Lagardère. Le partenariat avec le groupe américain pourrait passer par une entrée au capital du site américain dans le Post... Les discussions devraient être finalisées très rapidement car Louis Dreyfus a d'ore et déjà annoncé un lancement pour octobre.

Réagir