Les éditeurs dénoncent un taux de TVA à 7 % sur le livre

 |   |  570  mots
Copyright Reuters
Le Syndicat national de l'édition présidé par Antoine Gallimard dénonce l'annonce du gouvernement de faire passer le taux de TVA de 5,5% à 7% sur le livre. Le président de la Fnac y voit une "menace" pour la filière du livre.

L'annonce du gouvernement ce lundi, de relever le taux réduit de la TVA sur le livre à 7 % contre 5,5 % actuellement, a fait l'effet d'une bombe dans le monde de l'édition. Cette décision "tombe au plus mauvais moment" et apparaît "dans l'esprit comme un retour en arrière", a déclaré lundi à l'AFP, un haut responsable du Syndicat national de l'édition (SNE). "Cela tombe au plus mauvais moment, avec une chaîne du livre très secouée en ce moment, particulièrement la librairie indépendante", a-t-il ajouté.

Aucune concertation
Si du côté du SNE on dit "comprendre la logique budgétaire", on se déclare « très surpris d'apprendre cela sans qu'il y ait eu aucune concertation du secteur". "Dans l'esprit, cela apparaît comme un retour en arrière pour un enjeu budgétaire très modeste", ajoute ce responsable. "Cela semble en contradiction avec une certaine liberté offerte aux acteurs de la chaîne du livre et vient contrer l'esprit de la loi sur le taux réduit de TVA sur le livre numérique", applicable en 2012.

Un impact faible selon la rue de Valois
Du côté du ministère de la Communication et de la Culture, on préfère temporiser. "Cela ne change pas la loi sur le passage à taux réduit de la TVA pour le livre numérique. Par ailleurs, le relèvement à 7 % devrait avoir "un impact assez faible sur les prix", a déclaré un porte-parole du ministre Frédéric Mitterrand.

L'éducation inquiétée
Pour le SNE, cette décision est contraire aux discours pro éducation lancé régulièrement par les politiques, "Le livre, c'est aussi l'éducation, et c'est un peu contradictoire de relever le taux de TVA, alors que l'on met en avant l'importance de l'éducation. Les écoles, les universités, les bibliothèques publiques ne peuvent déduire la TVA", remarque le responsable du SNE, ajoutant que la profession allait tenter de plaider sa cause.

Inquiétude des librairies
Tous les regards se tournent vers le réseau des libraires indépendants qui souffre particulièrement des réseaux de vente en ligne type Amazon. Et dont l'avenir est malmené par l'arrivée du livre numérique. Le relèvement de la TVA va mettre "encore plus en danger la librairie indépendante" et il menace "l'équilibre précaire sur lequel repose la chaîne du livre ", écrit-il sur son blog le directeur de l'Observatoire du livre et de l'écrit en Ile-de-France (MOTif) Vincent Monadé. Le gouvernement "vient de mettre dans le barillet la balle destinée à tuer les libraires indépendants".

"Une menace" pour la filière du livre selon le président de la Fnac
Le président de la Fnac Alexandre Bompard a jugé que cette décision était une "menace" pour toute la filière livres, qui fait déjà face à un environnement concurrentiel difficile. Un élément qui vient s'ajouter à d'autres éléments de menace liés notamment à l'hégémonie d'un certain nombre d'acteurs nord-américains sur ce segment", a-t-il dit sur RTL.

Hachette Livre "prend acte" de cette décision
Du côté d'Hachette Livre, premier éditeur français, on ne s'épanche pas sur le sujet. "Nous prenons acte de la décision du gouvernement", a juste déclaré une porte-parole de la filiale livre du groupe Lagardère.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :