La Tribune

Hersant Media poursuit ses discussions avec les banques

Copyright Reuters
Sandrine Bajos  |   -  242  mots
La réunion, qui s'est tenue à Bercy lundi après-midi sur l'avenir du groupe propriétaire de Paru-Vendu, n'a pas abouti. Les discussions entre les banques créancières, Hersant Media et le repreneur potentiel, le groupe Rossel, continuent.

Pour rapprocher son groupe avec Rossel, le premier groupe de presse francophone en Belgique (Le Soir, mais aussi la Voix du Nord en France), Hersant Médias-GHM, à tête de vingt-seot quotidiens régionaux, devait trouver un accord avec ses dix-sept banques créancières à qui il doit près de 200 millions d'euros. Tout ce petit monde était réuni lundi après-midi à Bercy sous l'égide du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI) pour tenter de trouver une solution. Et finaliser un accord annoncé en grandes pompes le 12 octobre dernier, qui doit donner naissance au troisième groupe de presse régionale.

Mais Rossel qui ne souhaite pas s'adosser "à un partenaire sous pression financière" commençait à s'agacer ces derniers temps. Il ne voyait pas d'un très bon oeil ces négociations s'éterniser et pour beaucoup, ce rendez-vous était qualifié de la "dernière chance". Et bien non. "Aucun n'accord n'a été trouvé mais d'autres réunions sont d'ores et déjà prévus avec les banques mais aussi avec Rossel, preuve qu'il y a une vraie volonté d'aboutir", confiait lundi soir à La Tribune un porte-parole d'Hersant.

Hersant qui souhaitait un abandon de créance de l'ordre de 100 millions d'euros a revu ses prétentions à la baisse à 60 millions d'euros. Un effort insuffisant, estiment les banques qui n'entendent pas financer cette opération en échange de rien. Une transformation des créances en participation aurait été évoquée à Bercy.

Réagir