La Tribune

M6, les bonnes audiences rapportent gros

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Sandrine Cassini  |   -  712  mots
La chaîne a publié des résultats supérieurs aux attentes. Elle annonce le retour de Robin Leproux au directoire. Il remplace Catherine Lenoble, partie en retraite, à la tête de M6 Publicité. Les Girondins de Bordeaux vont continuer de peser dans les résultats du groupe.

De bonnes audiences, une bel exercice 2011. Tel est le bilan de M6, qui a publié mardi soir, ses résultats annuels. Certes, le chiffre d'affaires a reculé de 2,8 % à 1,4 milliard d'euros. Mais les revenus publicitaires ont augmenté de 2,7% à 837 millions d'euros. Et au final, le chiffre est supérieur aux attentes du marché. Même constat pour le résultat opérationnel, qui a atteint un « record », selon M6, de 245 millions d'euros, soit une hausse de 1,2 % sur un an. Les analystes d'Exane attribuent cette performance, non pas à des économies faites sur les programmes (les coûts ont cru de 4,4% sur un an) mais à une réduction des dépenses structurelles.

Une marge opérationnelle de 25,6%

En termes d'audience, M6, qui a notamment bénéficié du succès de Scènes de Ménages ou de l'Amour est dans le Pré, peut se targuer d'être la seule chaîne historique a avoir progressé en 2011, avec une hausse de 0,4 point en moyenne, et atteignant 10,8%. L'antenne a dégagé une marge opérationnelle de 25,6%, soit 175 millions de résultat. De son côté, W9 n'est pas en reste puisque la chaîne de la TNT a réalisé une part d'audience en 2011 de 3,4%, et générant 34,3 millions d'euros de résultat. Au final, le bénéfice net a atteint 149 millions d'euros, en recul de 4,7%.

Les Girondins de Bordeaux vont perdre plus de 10 millions d'euros cette année

Du côté de son équipe de football, le groupe supporte la perte de 13 millions d'euros subie par les Girondins de Bordeaux, dont la non qualification pour la deuxième année consécutive en Ligue des Champions et une baisse du classement dans le championnat s'est traduit par un fort manque à gagner. Le chiffre d'affaires a d'ailleurs reculé de 30,.3% l'an passé à 57,9 millions d'euros. "Nous prévoyons une perte significative, au dessus de 10 millions d'euros en 2012. Nous avons donc essayé de faire des recrutement intelligents au dernier mercato d'hiver", a indiqué Nicolas de Tavernost. Champion de France en 2009, l'équipe est actuellement à la 9ème place du classement.

Le sport n'est pas indispensable

D'ailleurs, Nicolas de Tavernost a assuré "pouvoir se passer de sport. C'est mieux d'en avoir, mais il faut que ce soit à des prix raisonnables". Le patron de M6 faisait ainsi allusion à l'Euro 2012 et 2016, pour lesquels l'UEFA cherche toujours preneur. A quelques mois de la compétition, le championnat de foot européen n'a toujours pas son diffuseur. M6 et TF1 avait fait une offre commune de 50 millions d'euros, soit moitié moins qu'en 2008, mais l'UEFA a refusé. L'arrivée d'Al Jazira sur les droits a bouleversé la donne. Les qataris se seraient porté candidat à hauteur de 130 millions d'euros pour les deux compétitions, et revendraient aux chaînes en clair ensuite les matchs qu'ils n'ont pas le droit de diffuser sur leurs antennes. "Nous avons toujours un intérêt. Il en est de même sur l'Europa Leage. Mais jamais nous nous ruinerons", a prévenu le patron.

Le retour de Robin Leproux

Le groupe, qui détaillera mercredi matin sa stratégie, a aussi annoncé le retour de Robin Leproux comme vice-président du directoire, en charge de la régie M6 Publicité, en remplacement de Catherine Lenoble, qui part à la retraite. Pour Robin Leproux, qui passe les années 90 jusqu'en 2000 chez M6 où il termine (déjà) vice-président du directoire, c'est un retour aux sources. Il reste ensuite dans le giron de l'actionnaire RTL, puisqu'il devient président de la radio éponyme entre 2001 et 2007. Parti chez Springer, il fera, comme d'autres patron de médias, un détour par le Paris-Saint-Germain entre 2009 et 2011.

M6 prêt à supporter jusqu'à 100 millions d'euros de pertes sur le nouvel appel à candidature

M6 a rappelé avoir déposé trois dossiers de candidatures sur l'appel à candidatures du CSA sur la TNT, pour une chaîne famille, une chaîne magazine et une chaîne télé-achat. "Cela représente 110 millions d'euros de pertes cumulées pour atteindre l'équilibre si nous avons les trois canaux", a indiqué le patron, qui n'aura évidemment pas trois canaux. Chaque chaîne - surtout les deux premières - représentent un investissement de 50 millions d'euros chacune. La diffusion en HD pèse à elle seule 12 millions d'euros par chaîne.

Réagir