La Tribune

Presstalis au bord du dépot de bilan

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : presstalis)
Jean-Pierre Gonguet  |   -  453  mots
L'ex-NMPP, principal distributeur de presse en France, est dans une situation financière dramatique. Au point que les conseillers des deux finalistes de la présidentielle ont été saisis de ce dossier qui pourrait exploser au lendemain du 6 mai. Dans l'urgence, l'État se dit prêt à débloquer une avance de 11,9 millions d'euros.

Pas de journaux le 7 mai! Le futur président de la République a peine élu et même pas investi, pourrait avoir son premier conflit social au cours de la deuxième semaine de mai. Et il le sait déjà. Les conseillers presse de Nicolas Sarkozy et de François Hollande ont en effet été prévenus ces derniers jours que Presstalis (les anciennes NMPP en charge de 70% de la distribution de la presse) sont en quasi dépôt de bilan. Anne Marie Couderc, ancienne ministre d?Alain Juppé, ancienne dirigeante de Lagardère Active et actuelle présidente de Presstalis, est en effet allée la semaine dernière voir François Fillon pour lui expliquer que son entreprise ne pouvait plus assurer le paiement des précomptes sociaux : rien n?a été réglé à l?URSSAF fin mars et la direction de Presstalis aurait également demandé au groupe Audiens un report du versement des cotisations retraite et maladie complémentaires. D?autres émissaires de Presstalis ont eux rencontré Michel Françaix, le conseiller médias de François Hollande. Officiellement, Anne Marie Courderc reconnait «une faiblesse de trésorerie évidente » mais, ajoute t elle « assez habituelle à ce moment de l?année », même si en 2012 elle est très violente.
 

"A partir du 7 mai, tout est possible"

Il n'empêche. Presstalis ne maîtrise plus son destin. Si le groupe dispose d'encore  un peu de trésorerie, plusieurs dirigeants de presse s?opposeraient à son utilisation pour payer les précomptes sociaux : Francis Morel, le président directeur général des Echos, et Marc Feuillée, le directeur général du Figaro. « En toute logique nous devrions annoncer un dépôt de bilan au début du mois prochain si rien ne change, explique un proche d?Anne Marie Couderc. Mais pour des raisons politiques évidentes, il est peu probable que nous le fassions avant le 6 mai. De même il est peu probable que la CGT lance un mouvement de grève avant le 6 mai, pour d?évidentes raisons politiques également. En revanche, à partir du 7, tout est possible? »

La situation a été jugée suffisament urgente pour que le gouvernement se décide finalement à intervenir : l'Etat est prêt à verser "dans les plus brefs délais" une avance de 11,9 millions d'euros à Presstalis, a annoncé lundi le ministère de la Communication et Bercy. Cette intention est précisée dans un courrier adressé à Gérard Rameix, le médiateur du crédit de Presstalis qui vient d'être nommé. Les deux ministères précisent que les actionnaires du distributeur ont donné leur accord pour une augmentation de capital à hauteur de 0,5% du chiffre d'affaires.

Réagir

Commentaires

valdemort  a écrit le 22/09/2012 à 9:22 :

diffuseur de presse : fédérez vous !!!!! L'union fait la force On meurt tous les uns après les autres.

POINT DE VUE  a écrit le 06/06/2012 à 19:19 :

Les diffuseurs ont un point de vue qui se comprend : ils sont étranglés par un système de vente illégal qui ne tient pas compte de leur capacité de vente et les oblige à payer la totalité des exemplaires reçus avant d'être remboursés, ultérieurement des exemplaires invendus.
Ils ont quantité d'obligations (Formation, réinvestissements, informatisation, remontée d'information, horaires imposés) et de contraintes (aménagement,achalandage,manutention inutile...) et travaillent beaucoup (15 H/jour 6.5 J/sem) pour une rémunération très faible (la plus faible d'Europe pour ce métier).
Hier présentée comme un produit d'appel générant la fréquentation qui justifie cette faiblesse de leur rémunération, la Presse a perdu 27% de ses ventes en quatre ans sans que soit revalorisée les commissions perçues par les diffuseurs.
Notez que les diffuseurs sont les seuls indépendants de la chaîne de distribution et qu'ils subissent directement les gr^ves en amont.
Les dépôts sont aujourd'hui en voie d'être tous rachetés par les messageries. Ils sont déjà majoritairement leur propriété.
Les messageries sont des coopératives d'éditeurs.
L'ensemble de la chaîne appartient donc aux éditeurs qui la pilote à leur gré.
Seuls les diffuseurs sont indépendants et laissés pour compte car ils ne sont même pas représentés dans les instances professionnelles.
Erreur me direz-vous ! Depuis quelques mois Deux diffuseurs siègent au Conseil Supérieur des Messageries de Presse. C'est exact mais il faut rappeler en ce cas qu'ils siègent aux côtés de 15 éditeurs et de quelques représentants des messageries et des dépôts qui leur appartiennent. Autant dire que leur opinion ne compte pas. Par ailleurs il faut signaler que les deux représentants choisis pour les diffuseurs appartiennent tous les deux à un "syndicat" bien pensant et pas revendicatif. Il faut dire qu'il refuse de publier ses comptes bien que la loi l'y oblige et que l'on peut dès lors s'interroger sur les moyens importants dont il dispose au regard des cotisations qu'il peut prétendre avoir reçues. L'opacité est de rigueur et il est par exemple impossible à un adhérent de ce "syndicat" d'obtenir copie du règlement intérieur auquel il doit se soumettre. Pas plus que les comptes qui ne sont indiqués qu'oralement et rapidement une fois par an lors d'une réunion nationale des adhérents, sans trace écrite.Enfin il ne consulte pas sa base mais décide pour elle et la met devant le fait accompli une fois les accords signés toujours en contrepartie défavorable pour les diffuseurs.
Dans ce contexte, 3 diffuseurs ferment boutique par jour. De 36000 il y a peu ils ne sont plus que 16000 aujourd'hui, les autres points de vente n'étant que des rayons de GMS ou des magasins à activités diverses (boucheries, fleuristes, garages) pour lesquels la distribution de la Presse n'est que complémentaire.

Dès lors, pourquoi s'émouvoir des problèmes de ceux qui les enterrent et les exploitent depuis des années ?

DIFFUSEUR DE PRESSE 33  a écrit le 28/05/2012 à 7:39 :

A force d'ignorer et d'étrangler les diffuseurs de presse qui connaissont notre métier, le marché, la clientèle de notre commerce, il fallait s'y attendre , PRESSTALIS au bord du dépot de bilan, c'est bien fait pour eux, j'avais 2 magasins de presse qui tornaient, PRESSTALIS à travers ses dépots (SAD) a tout fait pour exploser ma trésorerie en me livrant des quantités et des titres inutiles et en refusant le dialogue
aujourd'hui les 2 boutiques sont fermées... Merci PRESSTALIS

mariealbert  a écrit le 25/05/2012 à 10:41 :

il convient de faire déposer le bilan a Presstalis minée,depuis toujours par des syndicalistes nuisibles !
***************************

macadam  a écrit le 22/05/2012 à 15:26 :

a force de profiter tous ces cadres (sois disants)ont tues la poule aux oeufsd'ors.pendant que les employes des depots etaient sous payes...

Arizon  a écrit le 28/04/2012 à 18:55 :

Effectivement Pasro77, des jaloux, des envieux, des anti-syndicalistes très certainement lepéniens, que je n'aurais pas aimé connaître en 42 !
N'ont-ils pas la jugeotte de reconnaître que là où on a le rapport de force, les salariés sont considérés, payés pour le travail qu'il font et non pour le lèche-bottage ! ! ! Je les vois d'ici ces fourbes jaloux d'être petits au royaume des grands ;o) J'ai l'ompression que je me trompe à peine....

pasro77  a répondu le 28/04/2012 à 19:18:

Merci Arizon, je me suis cru à un moment sous le régime de Vichy !
Quoiqu'en ce moment il y en a quelques relents dans les plus hautes sphères !

SAMYEL  a répondu le 30/04/2012 à 10:34:

Ma réponse va vous géner : je renvoie dos à dos les extrêmes. Vous refusez le fond du problème qui plombe Presstalis. Le bon sens ne peut venir que des P. Publics qui n'ont plus les moyens de combler un puits sans fond au détriment de l'intérêt général. Presstalis a déja du mal à se restructurer, et doit en plus piloter la distribution. Ce n'est plus dans ses moyens, et en plus, contradictoire. Que vous le vouliez ou non.

quotidien  a écrit le 27/04/2012 à 12:38 :

non aux nouvelles methodes de distribution (l assortiment aux choix des points de ventes ) nous allons en crever deja nos points de ventes ne sont plus representatifs mais alors la ca va etre le desert et les clients ne viendront plus du tout .......

Pourquoi  a répondu le 06/05/2012 à 12:22:

Qui mieux que le point de vente connaît ses clients, ses ventes ? Aujourd'hui, les livraisons ne reflètent pas les ventes, d'où des ruptures sur des titres demandés. Aujourd'hui, les commerçants crèvent des trop grandes quantités invendables.
Où travaillez vous pour prétendre ce que vous écrivez ? Qui êtes vous pour évoquer "nos" points ventes ? La nouvelle méthode de distribution répond simplement aux demandes des clients. Elle tourne le dos à la méthode "soviétique" que vous défendez.

jules  a écrit le 26/04/2012 à 15:10 :

cette loi de 47 (loi bichet) qui égalise l'accés des moyens de distribution à tous les éditeurs, de quelque taille et de quelque genre qu'ils soit est obsolète.. à une époque ou le support papier est de moins en moins prisé par les consommateurs d'information et de divertissement, il serait temps que les responsables politiques cessent de jeter l'argent des contribuables dans ce puits sans fond, au prétexte de l'indépendance de la presse..
revenons donc à la loi du marché...

Guillaume  a répondu le 26/04/2012 à 22:03:

La loi du marché voudrait dire que seul le Figaro, le Parisien et l'Equipe pourrait se distribuer tout seul. Peut être Le Monde avec la PQN tant qu?elle vit elle aussi des aides de l?Etat. Plus de Libération, plus d?Humanité, plus d?Echos. Car si la loi du marché s?applique, il ne doit plus y a voir de TVA favorisée à 2.1%, plus d?aide à la Presse. A part la pensé unique des milliardaires, il n?y aura qu?internet pour informer mais même là les sites ne sont pas rentables. Un avenir progressiste ça ?
Je trouve plus scandaleux qu?une entreprise comme Total ne paie pas d?impôt en France que l?Etat finance une Presse démocratique. Il faut effectivement faire quelque chose. Une seule messagerie en est une.

samyel  a répondu le 27/04/2012 à 10:32:

Une seule messagerie, encadrée comme l'est la FDJ, par ex. est effectivement une solution à une partie des problèmes. Pas le seul évidemment.
Cette idée n'est pas reprise car elle déssert tant de monde. Mais quand prendra-t-on en compte l'intérêt général, et la rigueur nécessaire ?

Pasro77  a répondu le 27/04/2012 à 17:00:

Comment peut on encore promouvoir la loi du marché quand celle ci nous entraine dans une crise sans précédent avec son cortège d'inégalités et de misère.
Ce qui est obsolète, c'est la loi du marché, pas celle de 47

Connaître  a répondu le 06/05/2012 à 12:24:

Connaissez-vous seulement la pratique de la loi sur la presse ? Venez dans mon point de vente, et vous comprendrez par vous même les inepsies vécues au quotidien. Vous comprendrez alors un aspect du tonneau des danaïdes que constitue la distribution de la presse.

raja  a écrit le 25/04/2012 à 13:47 :

Cela fait des décennies que les ex-NMPP bénéficient d'une situation de quasi-monopole dans la distribution des journaux, rendant les prix des quotidiens parmi les plus chers d'Europe. Qui aura le courage de revenir sur les privilèges exorbitants (statuts, salaires) d'un syndicat qui "gère" cette entreprise depuis la Libération?

pasro77  a répondu le 27/04/2012 à 17:04:

Copie à revoir sur tous les plans.
ça sent la rancoeur et le manque de pertinance

SAMYEL  a répondu le 27/04/2012 à 19:23:

On devine bien le bon syndicaliste là ! L'assisté parfait qui s'accroche à un statut et à un poste en attendant que ça tombe. Faute de jugement, d'orthographe, tout y est. La copie est effectivement à revoir. A refaire en pire pour mesurer la gloriole du syndicalisme radical.

pasro77  a répondu le 28/04/2012 à 14:33:

Tout faux !!! même pas syndiqué ! et si effectivement j'ai fait des fautes d'orthographes, j'en conviens ce n'est pas là le fond du problème traité !
Mon statut et mon poste dont Samyel ignore tout, sont peut-être inférieurs aux sien !
Bon à part ça Samiel !! Marine va bien ?????

Presstalis  a écrit le 25/04/2012 à 11:45 :

La rumeur relancée sur le risque d'un dépôt de bilan imminent de l'entreprise Presstalis ne repose sur aucun élément nouveau.
Pour mémoire ou information :
? la complexité et l?urgence de la situation de notre entreprise Presstalis, et plus largement de l'ensemble de la filière, dépositaires et diffuseurs particulièrement, sont connues de toutes les parties prenantes, et repose sur une baisse du marché global de la vente de presse écrite nationale de 25% ces 4 dernières années, et des perspectives de baisse supplémentaire de même niveau pour les 4 ans qui viennent.
? un mandataire ad hoc et plus récemment un tiers de confiance, Gérard Rameix, médiateur du crédit, ont été nommés pour aider Presstalis à faire face à cette situation. Cette dernière nomination témoigne de la volonté des Pouvoirs publics de favoriser l'émergence d'une solution collective qui suppose des efforts de toutes les parties prenantes.
? les travaux pour trouver une solution sont en cours.

samarinda  a écrit le 24/04/2012 à 19:23 :

La presse française est totalement malade elle vit sous perfusion de l'Etat c'est à dire du contribuable.
Il est vrai qu'un pays sans presse indépendante autant dans l'écriture que dans la distribution est une obligation en démocratie mais si cette presse ne se vend pas elle doit se poser la question suis-je une presse qui intéresse les Citoyens et mon prix est-il en adéquation avec mes pages. Je suis contribuable et je pense qu'il faut que cesse la distribution de notre argent dans des entrepreises qui refusent de se remettre en question. On voit bien dans ce temps d'élection que l'on sauve momentanéen des entreprises avec l'argent du contribuable m^me lorsque le repreneur ou son client on les moyens de remettre une entreprise en route ciomem Le Jaby ou voir cette incroyable affaire de la métallurgie du Poitou où d'un coup Renault s'engage jusqu'en 2015 et pouirquoi pas avec l'ancienne Direction????que le contribubale est encore sollicité ou l'affaire Photowatt dans laquelle le contribuable et le client EDF sont solicités mais pas de vrai vision car tout a été fait pour les élections et dans des engagements pérennes.L'argent du contribuable OUI mais pas pour des raisons politiques ou de mauvais "produit" comme la presse pendant ce temps d'autres entreprises souffrent de la crise mais pas voulu par elles.

dédé  a écrit le 24/04/2012 à 17:57 :

c'est pas le siège qu'on voit sur la photo.c'est la maison du gardien

didi  a répondu le 02/05/2012 à 11:55:

j'aime

breizh  a écrit le 24/04/2012 à 16:57 :

Vous parlez sans savoir, 75% des salariés travaillant dans les depots et autres soprocom,mlp, depots privés ont comme salaire de base le smic seul les sad et spps sont mieux remunerés bien que leur effectifs est diminués ces derniers temps, je bosse le dimanche de nuit pour 40euros vous trouvez ça excessif

pasro77  a écrit le 24/04/2012 à 16:47 :

c'est marrant que dés que des salariés gagnent bien leur vies, il y ait toujours des envieux pour jouir de la fin de leurs avatages.
Ce sont les mêmes qui braillent contre les fonctionnaires,mais qui se trainent devant les puissants et c'est pour cela qu'il resteront ce qu'ils sont.
Allez y lachez votre bave haineuse,pendant ce temps là vous oubliez vos propres échecs, nivelez par le bas puisque c'est là que vous croupissez.
Combien de français ont vendus leurs voisins et compatriotes simplement pa jalousie.
Il ne vous est pas apparu que là où les syndicats revendiquaient efficacement, le patronat aidé des gouvernants faisait tout pour briser cette résistance et briser les entreprises où ceux qui osent lever la tête doivent crever.
Vous jalousez des salaires pour quelques centaines d'euros pendant qu'on vous en taxe des millions.

BEST SELLER  a répondu le 24/04/2012 à 19:18:

Atteindre le point Godwin aussi vite est symptomatique.
On n'a rien contre ceux qui gagnent bien leur vie ! Au contraire.
Comprenez de quoi il s'agit : il n'y aura bientôt plus personne à vendre de la presse. Avec la perte du lien social de proximité, la diversité de la diffusion...
Beaucoup de diffuseurs de presse se sont appauvris dans leur activité, ce qui n'est pas le cas des autres intermédiaires du métier.
Fonctionner sur le dos du contribuable, c'est fini. Pour beaucoup d'entre nous, ce n'est pas un mal que Presstalis s'assainisse enfin. Pour les personnels concernés, c'est souvent pitoyable, mais n'ont-ils pas senti le vent venir ?

pasro77  a répondu le 24/04/2012 à 23:20:

il n'y a pas de point Godwin à évoquer puisque je parlais de délation par jalousie.
Ce qu'il faut comprendre c'est que si Presstalis tombent toute la filière presse papier en pâtira, les subventions qui font réagir certains sont en rapport avec la charge qu'ont reçue les NMPP de distribuer les quotidiens et ce pour assurer la liberté de la presse d'opinion.Hors cette charge plombent les comptes de la société qui doit en répercuter une partie sur l'ensemble des autres titres distribués. Hors les MLP n'ont pas cette charge et peuvent proposer des tarifs plus attrayants ... Lorsque certains parlent de concurrence,comment peut elle s'exercer.
Quant à avoir vu venir? Suite à 20 ans de plans sociaux, les prendriez vous aussi pour des niais ???

@pasro77  a répondu le 25/04/2012 à 7:47:

d'accord avec vous,si la cgt crée de la richesse il est normal qu'elle soit bien payée,c'est les bienfaits du libéralisme

Origine des couts  a répondu le 25/04/2012 à 11:40:

La source des coûts ne vient pas tant des quotidiens que de la profusion de titres dont plus de 75% des livrés sont invendus.
Il est INDISPENSABLE d'appliquer le "service" demandé par chaque diffuseur.
A partir de là, le marché fonctionnera et les aides pourront être intelligemment redéployées.

best seller  a écrit le 24/04/2012 à 16:33 :

Stop à la fuite en avant sponsorisée par l'Etat. L'intérêt général n'existe plus. Il faut repartir sur un système de distribution encadré par les P. Publics, sans 2 messageries qui se concurrencent à se tuer, accompagnant les éditeurs et les marchands de journaux : j'ai dû arrêter cette activité qui me coûtait plus qu'elle ne me rapportait. On vit mieux sans les contraintes imposées. Malheureusement pour la presse et son côté noble, qui a tout pour séduire.

Solution  a répondu le 25/04/2012 à 11:38:

Le problème ne vient pas de la concurrence entre deux opérateurs. Il vient de la base du système, qui repose sur un flux poussé des volumes. Que l'on laisse les diffuseurs maîtres des quantités qu'ils commandent, et les volumes baisseront drastiquement. Pas plus tard que ce matin, je retourne à LP une quarantaine d'exemplaires invendus d'un magazine sur les chats, dont j'avais reçus 41 exemplaires, avec une seule vente. Ce n'est pas un exemple isolé. Les subventions font vivre les entrepôts et les transporteurs. Elles ne profitent ni au diffuseur (qui croule sous les charges, au deux sens du terme) ni au lecteur.

Meloir  a écrit le 24/04/2012 à 15:11 :

Le Président actuel de France télévision peut être fier de lui. Avant de prendre la responsabilité de la télé il a fait couler la presse. Àu lieu de distribuer la presse chez le boucher il vaudrait avoir une politique cohérente avec les diffuseurs.
Ce métier est mort
Bravo pfimlin

Arizon  a écrit le 24/04/2012 à 14:45 :

Vous en connaissez beaucoup des "fénéants" qui travaillent toutes les nuits, n'ont quasiment pas de samedis ou de dimanche, encore moins de jours fériés ?
Certes, la paie est bonne mais le corps humain le paie: nous ne sommes pas faits pour vivre la nuit, uniquement la nuit (rien à voir avec les 3 x 8)

pdx  a répondu le 24/04/2012 à 15:28:

Allez Arizon donne ton salaire pour voir...

Développer SVP  a répondu le 24/04/2012 à 15:30:

Merci de détailler : horaire de travail, nombre de jours travaillés/semaine, repos, nombre annuel de jours de congés, nombre de RTT, salaire net, primes, avantages autres.

Guillaume  a répondu le 24/04/2012 à 16:54:

Presstalis a pratiquement tout externalisé dans des plateformes où les intérimaires sont payés au SMIC horaire avec 5h de boulot par jour, imaginez le salaire à la fin du moi. Les quotidiens en région sont distribués dans les filiales où le salaire d?embauche est à moins de 10?/h. Les dépositaires privés sans personnel dit à statut sont à l?agonie. Dépôt de bilan et redressement judiciaire à tour de bras. Les diffuseurs tombent comme des mouches. Les éditeurs dans le même temps comme Mondadori annonce 50M? de bénéfices en 2011, Les MLP redistribuent 12M? aux siens et annonces 3.4M? de profits car elles ne supportent pas le coût du réseau porté par Presstalis. Voilà la réalité d?aujourd?hui.

yoyo  a répondu le 25/04/2012 à 12:10:

ben voyons!!!

yoyo  a répondu le 25/04/2012 à 12:11:

ben voyons !!
il faut le faire
et puis c'est tout

presse44  a écrit le 24/04/2012 à 12:52 :

moi aussi je suis diffuseur de presse
ce n'était q'une question de temps. Presstaliss fini par couper la branche sur laquelle elle était assise confortablement depuis longtemps et ce au détriment des diffuseurs.

ovate  a écrit le 24/04/2012 à 12:07 :

les camarades doivent créer une scoop sans l argent de l etat

la cgt a détruit ce secteur comme les ports et bien d autres

gegelulu  a écrit le 24/04/2012 à 11:26 :

Il y a trop de monde payés à rien foutre ans cette entreprise, avec des salaires injustifiés. je sais de quoi je parle je suis diffuseur de presse.

Nous ne gagnons que le smig en faisant 12 à 13 heures par jour, dans nos boutiques que nous tenons la plus part du temps seul, pour une commission-presse ridicule. Nous avons tout investi dans notre boutique et nous subissons de plein fouet la crise sans nous plaindre.
Il n'ont qu'a faire comme nous bosser et s'ecraser!
Il avaient un boulot il n'avait qu'a pas le pourrir.
Il font partie de tout ces profiteurs assistés de l'etat.

Et l'on va encore leur donner une rallonge. Ben voyons! Y'a qu'a........On a les moyens!

Les moyens.  a répondu le 24/04/2012 à 12:18:

Oui, il y en a, des moyens. Sinon, comment expliquer les allers et retour (par camion) de plus de 70% des volumes de publications imposées au détaillant ?
Le système de distribution de la presse, en plus d'être noyauté par un syndicat suicidaire, est anti-économique, anti-écologique et anti-commercial.
La presse papier a des atouts en France, qui sont détruits par Presstalis.
Je suis aussi vendeur de presse, et j'enrage de tous ces moyens laissés en jachère (dont un système informatique de suivi des ventes, inexploité).

Gilles1  a écrit le 24/04/2012 à 10:57 :

La CGT poursuit méthodiquement la casse de pans entiers de l'industrie française.

lleer  a répondu le 24/04/2012 à 13:58:

Il n'y a plus de CGT dans cette entreprise depuis longtemps le travail est fait par des prestataires. sauf sur Paris ou ils ne sont plus que 100 et traitent - de 50% des titres

barca  a répondu le 24/04/2012 à 21:49:

Plus de Cgt chez Presstalis ? Qui lance les mots d'ordre de grève ?
Ileer aurait dû s'abstenir.. La CGT est aussi enfin arrivée aux MLP.

ET....  a répondu le 28/04/2012 à 23:03:

Gilles ! Que fait le monde de la finance aujourd'hui; à l'échelle mondiale ????

ledodu  a écrit le 24/04/2012 à 9:50 :

magnifique cgt , alliée de hollande. la decheance c 'est maintenant

le fino  a répondu le 28/04/2012 à 21:19:

oh un Sarkomédien !!!

Carlier  a écrit le 24/04/2012 à 8:45 :

Voilà ou mène un monopole de distribution avec une présence de la Cgt qui verrouille toutes les évolutions qui auraient du avoir lieu. L état n à pas a fournir des fonds à une entreprise privée

Monopole  a répondu le 24/04/2012 à 12:14:

Non, il n'y a plus de monopole. La preuve, les MLP (messageries lyonnaises de presse) récoltent les clients mécontents des NMPP (uniquement pour les magazines). La différence ? Les MLP ne sont pas noyautées par la CGT du livre.

pasquedubien  a écrit le 24/04/2012 à 8:39 :

Si nous pensons au même candidat..; il sera aidé par Mélanchon et ses révolutionnaires ( rien à voir avec les syndicats .. !!).

pasquedubien  a écrit le 24/04/2012 à 8:36 :

ils sont courageux de travailler dans un batiment vétuste !!!

ymasder  a répondu le 24/04/2012 à 17:26:

il est tout neuf ( 2 ans)

paris75  a répondu le 24/04/2012 à 17:55:

si vous parlez de l'immeuble du siège de presstalis celui est une location et non un bien acquis

camille  a répondu le 27/04/2012 à 11:16:

j'ajouterai que ce batiment n'a rien de luxueux et que tout le monde y travaille en open space avec 5 a 7 m2 par personne .. vous etes tenté ?

ymasder  a répondu le 16/05/2012 à 23:00:

non pas du luxe, mais il y a une salle de sport, une de musique, un babyfoot dans une salle ou on peut prendre son petit café !! une situation que beaucoup de personnes cherchant du travail aimerais subir mais voila dans certaine entreprise on peut vraiment accepter des conditions si rude

Début dûr  a écrit le 24/04/2012 à 8:01 :

Cela promet pour le nouveau président. Des faillites de sociétés, repoussés depuis des mois pour cause d?élection présidentielle, vont tous être annoncé après l'élection. En plus il faut réduire les déficits chroniques, de l?État du commerce extérieur etc. etc.

Ben  a écrit le 24/04/2012 à 7:38 :

Pourquoi verser 11 m d'? plutôt que de laisser l'entreprise déclarer sa cessation de paiement puis être liquidée ?

N'y a t-il pas là, par ailleurs, une aide d'Etat illicite ? Un connaisseur parmi les lecteurs ?

churchill  a répondu le 24/04/2012 à 8:36:

oui, il y a une election en cours, et l'etat ne veut pas que les gens qui saccagent ' socialement ' des sous prefectures' fassent leur ramdam... heeeeee! c'est a ca que sert le fsi ! des investissements ' d'avenir' !!!

Guillaume  a répondu le 24/04/2012 à 16:37:

C'est seulement une avance des aides à la presse qui auraient du être distribuées à la fin de l'année, histoire de faire une avance sur la trésorerie

Lennart  a écrit le 24/04/2012 à 7:36 :

Qu'il y ait un contre pouvoir dans une entreprise pour défendre et protéger les salariés c'est normal et c'est le rôle des syndicats mais les syndicats ne doivent surtout pas être le pouvoir dans l'entreprise.

Pleonasme  a écrit le 24/04/2012 à 0:06 :

La pièce est jouée, mais toute la presse connaît les raisons de cet effondrement progressif d'un système de distribution dans lequel tous les dés sont pipés.
Simple question : comment peut-on aligner tant de millions d'euros de déficit en aussi peu de temps ?

letroll  a écrit le 23/04/2012 à 19:45 :

j'ai bossé pour les NMPP il y a 30 ans :-)) ça fait longtemps que ce mammouth aurait du être liquidé pour le plus grand bien de tous

ATTILA21  a répondu le 16/09/2012 à 15:38:

je travaille pour un dépot de presse en bourgogne quand je vois nos salaires et les salaires de prestalis soutenus par le syndicat cgt presse ça me dégoute .ils font gève , mais je ne les soutient pas .ils ont trop d'aventages par rapport à nous.

churchill  a écrit le 23/04/2012 à 19:41 :

ah, ces bons syndicalistes, avec leur pouvoir de nuisance legendaire.... he, on va pas pleurer, hein? rassurez vous, les delegues syndicaux seront recases par les centrales...... pour les autres, ca va etre bcp plus dur ( et c'est bien ft..) -- sinon, les syndicalistes peuvent racheter la boite avec leur 1% CE--

che guevara  a répondu le 28/04/2012 à 18:38:

eh ouais et quand il n'y aura plus de syndicats vous redescendrez dans la mine pousser des berlines à 80cts. Germinal ça vous tente au XXI !!! mais Zola c'est vrai était un gauchiste !!!
Vous pouvez aussi allez bosser en chine, vous ne serez pas ennuyé par les syndicats !!

beru  a écrit le 23/04/2012 à 19:39 :

pendant 67 ans le syndicat du livre avec certains de ses sympathisants dans le journalisme ont pris les français pour des imbéciles.

Guillaume  a répondu le 24/04/2012 à 16:40:

Les NMPP ont fait des bénéfices pendant plus de 50 ans et Lagardère s'est gavé avec sa prime de plusieurs Millions de droit de redevance. Mais quand les ventes baisses et que tout le monde trinque, il s'en va pour ne pas payer la facture.

pier  a écrit le 23/04/2012 à 18:51 :

La CGT aide la reprise ...... des faillites.

import  a répondu le 28/04/2012 à 21:22:

Et si nous faisions le compte des faillites dues à la finance par rapport à celles que vous attribueriez à la CGT voir à l'ensemble des syndicats, monsieur le réactionnaire ????