La Tribune

Télécoms et industries culturelles s'allient contre Google, Amazon et iTunes

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters / source Google, août 2012</small>)
Sandrine Cassini  |   -  601  mots
Seize acteurs français, issus des télécoms, de la télévision, de l'édition ou de la production ont créé Alliance pour la culture numérique. Habitués à se disputer sur le financement de la culture, ils sont tous d'accord pour faire contribuer les géants du Net.

A priori, la coalition paraît contre nature. Autour d?une même table lundi matin, des représentants des télécoms (SFR, Orange?), des producteurs (Endemol, MakingProd?), des éditeurs (le Geste, Bayard), des chaînes de télé (TF1), des fabricants de liseuses (Bookeen), qui se chamaillent d?habitude sur le financement de la culture, ont donné le coup d?envoi à Alliance pour la culture numérique, sorte de nouveau think tank, qui a publié un ensemble de propositions destinées à alimenter les réflexions menées actuellement par la mission Lescure sur l?Acte 2 de « l?exception culturelle ». Principal sujet de consensus : il faut faire participer les géants du Net, Google (et donc YouTube), Amazon ou iTunes au financement de la culture, et leur imposer la même fiscalité que leurs concurrents français.

Pour contrer Amazon ou iTunes, qui bénéficient de conditions très avantageuses au Luxembourg où ils sont installés, il faut accélérer « le calendrier de la mise en ?uvre de la directive TVA sur les services électroniques », qui doit attacher la TVA au lieu de consommation. De fait, le projet devait être mis en ?uvre en 2015, mais compte tenu de sa complexité, il ne pourrait intervenir qu?en 2019 au Luxembourg.

Requête connexe : la TVA doit être la même en dur et en ligne. L?Alliance concentre sa demande sur la presse, dont le taux de TVA est de 2,10% pour les journaux papier et de 19,6% sur Internet, et le livre numérique, dont l?alignement des taux imposés l?an passé par le parlement a été refusé par Bruxelles.

Autre idée : pousser les nouvelles plateformes ? YouTube est particulièrement visé - à participer à l?ensemble des dispositifs existants (taxe Cosip, qui alimente le Centre National du Cinéma ? CNC- , obligations de productions imposées aux chaînes, quotas de diffusion des ?uvres). Tous sont tombés d?accord pour faire entrer de nouveaux contributeurs, qui permettraient d?alléger la pression sur ceux qui paient (les opérateurs, les chaînes) tout en permettant aux bénéficiaires ? l?industrie culturelle - de maintenir la manne. A l?heure où la taxe prélevée sur les opérateurs télécoms (TST), qui alimente aussi le CNC, va de nouveau être notifiée à Bruxelles, le sujet est particulièrement d?actualité. Pourtant, l?industrie culturelle et les opérateurs télécoms ne sont pour autant pas réconciliés, particulièrement sur le montant que doit toucher le CNC. « Nous ne sommes pas d?accord sur tout. Mais nous disons que qu?il faut un rééquilibrage et une meilleure répartition », a indiqué Michaël Trabbia, directeur des affaires publiques d?Orange.

Evolution de la chronologie des médias

Peut-être pour montrer qu?ils n?attendent des géants américains toutes les solutions à leurs problèmes, les membres de l?Alliance font aussi des propositions pour améliorer « l?offre légale ». Ainsi, ils suggèrent de faire évoluer la chronologie des médias, qui fixe le calendrier de diffusion des ?uvres après leur sortie en salle. Ainsi, il faut accélérer la sortie de certains films sur Internet, qui n?auraient pas été pré-financés par des chaînes de télé. Autre suggestion : éviter de fermer les fenêtre de vidéo à la demande pour les films qui ne passent pas sur les écrans de Canal Plus. A noter que ce dernier ne veut plus entendre parler de la moindre évolution de la chronologie des médias.
 

Réagir

Commentaires

L'hopital et la charité...  a écrit le 13/11/2012 à 12:57 :

Ces champions de petite vertu me font doucement rigoler. Les mêmes qui dénoncent l'installation de Google et consorts dans des pays à la fiscalité avantageuse, délocalisent abondamment leurs unités de fabrication et leurs call-centers, dans des pays à bas couts...

ephw  a écrit le 13/11/2012 à 12:31 :

Colbert est toujours debout !

Trubli  a répondu le 15/11/2012 à 0:09:

Vive Colbert qui fut un des plus grands ministres que la France ait connu !
Dommage que certains ne comprennent toujours pas la portée de son action.

totor  a écrit le 13/11/2012 à 12:28 :

Pour en finir avec ces discussions Franco-Françaises. Que les artistes compositeurs créent leur propre site de distribution internet (un gamin de 10 ans sait utiliser les solutions clés en main de création d'un web marchand de nos jours) et vendent en direct sur internet. Qu'ils se bougent s'ils veulent gagner de l'argent. Qu'ils mettent leur musique en "location" sur Deezer afin de la faire connaître par exemple. Qu'ils fassent des associations, un moteur de recherche agrégateur à leurs produits à plusieurs. Ah, c'est sûr qu'il est plus facile de ramasser des millions en dealant avec Sony, iTunes etc... et de pleurer derrière. Ces intermédiaires ont aussi une utilité dans le contexte actuel. Google, Amazon, iTunes et autres ont créés des environements à très forte valeur ajoutée et si çà marche c'est que les différents acteurs et le marché en sont contents. Pour les taxes, va peut-être falloir se dire qu'on est dans du virtuel là un jour. Comment localiser un acheteur? Français en déplacement aux US, je paie mes taxes à qui? Et si j'utilise un soft comme TorBrowser qui empêche toute géolocalisation et tout traçage? Faut arrêter le délire des taxes et sans les supprimer, les moderniser afin de coller au monde "internet" sans frontières. Et n'oubliez pas que l'offre Deezer ou iTunes permet de plus réduire le piratage que ADOPI.

Momo  a écrit le 13/11/2012 à 11:42 :

Tiens, de nouveaux assistés?

toccata  a écrit le 13/11/2012 à 11:20 :

Historiquement, Amazon et iTunes ont fait beaucoup plus pour la culture que bien de ces acteurs français. Dès le début, au milieu des années 90, Amazon a permis d'accéder à des livres et des CD parfois peu répandus, et dont l'existence était parfois découverte par le consommateur en surfant sur le site. Et iTunes a légalisé le téléchargement de musique à l'époque où Wanadoo (devenu Orange) surfait sur le téléchargement illégal de mp3 pour augmenter son nombre d'abonnés à internet.

Sub  a écrit le 13/11/2012 à 10:20 :

Ah Ah, une Alliance pour des taxes, ben voyons ...

mike748957  a écrit le 13/11/2012 à 9:51 :

On fonce dans le mur à grande vitesse là. C'est totalement débile de taxer les entreprises les plus performantes. Surtout que c'est couplé avec des redressements fantaisistes du fisc. Elles vont partir et plus personne ne va investir en France.

hades  a répondu le 13/11/2012 à 10:31:

ah bah c'est sur , on plus taxer les entreprises les moins performantes, voir celle qui sont en depot de bilan . !

mike748957  a répondu le 13/11/2012 à 14:37:

Ce que je veux dire c'est qu'on crée des taxes qui concerne UNIQUEMENT les grands groupes qui réussissent. Comment voulez vous que ces grands groupes investissent en France quand ils voient Amazon et Google à la fois se faire redresser par le fisc et se faire assommer de taxes?

Pelion  a écrit le 13/11/2012 à 9:47 :

Bonjour à tout le monde, je pense au contraire des commentaires que ce sujet n'est pas un énième problème franco français de taxe vs déficit vs le capitalisme..etc vous vous trompez. Nous parlons ici des contenus, des contenus culturels : musique, vidéo, qui sont de plus en plus diffusés par le dernier vecteur en date de notre civilisation soit internet. Il se trouve qu'à la différence du support papier livre, journaux, et de la vidéo, télé etc le support internet n'a pas de frontière et qui plus est repose sur une idéologie du "contenu gratuit" pour l'usager complètement fantasmatique... (et erronée car reposant sur des revenus publicitaires). En fait les anciens supports qu'il est facile de taxer, sont devant le fait qu'il est beaucoup plus difficile de taxer internet...(exemple parfait les jeux en lignes..vs les casinos...) et donc souffrent sur le plan financier. Mais à cause de cela, nous souffriront tous éditeurs et consommateurs du déséquilibre de revenus entre ces derniers et de simples fournisseurs d'accès... L'argent doit aller aux créateurs de contenus et non à des informaticiens qui monopolisent un accès électronique. I-tune est le parfait exemple du capitalisme sauvage qui verrouille les accès...au mépris du "marché libre" cher aux tenants du libéralisme...De plus nous devons tous nous souvenir que c'est la protection par des taxes aux chaines de télévision qui permet au cinéma français de vivre et de rester un des plus créatifs qui soit au monde. Les films sur internet et les téléphones portables sont le graal de tous ces diffuseurs, mais le modèle ne vivant que des publicités, il est évident qu'il faut permettre le soutien financier aux auteurs de manière indépendante des soutiens publicitaires, qui nous le savons ont largement tendance à uniformiser et dégrader les contenus quelqu'ils soient. Jamais un film comme the Artist n'aurait pu se faire aux USA... ou en Inde ( image du conformisme cinématographique par excellence..) sans des mécanismes de soutien, taxe TV, Sofica etc..

rourou  a répondu le 13/11/2012 à 12:15:

youtube, amazon et itunes reversent de l'argent aux auteurs de contenu mais effectivement ils ne reversent rien au système d'assistanat franchouillard qui a pour tâche principale de redistribuer de l'argent aux copains qui savent auprès de qui l'obtenir. Essayez de faire un film, un spectacle ou une pièce de théâtre et d'obtenir des subventions en partant de zéro: vous n'aurez rien, nulle part. C'est uniquement réservée à "ceux qui savent" et qui font partie du sérail, parfois de génération en génération, comme on sait si bien le faire dans ce pays. On est toujours confronté au même problème lorsqu'il s'agit de l'Etat: si taxer peut être légitime, il y a rarement voire jamais de processus clair et accessible à tous en matière de redistribution des taxes.

Weinstein  a répondu le 13/11/2012 à 14:17:

Il semble bien que nos producteurs français aidés et subventionnés n'ai pas pris le risque de produire The Artist. Ce qui est logique, car un serail bien établi à peur du risque car il doit rendre des comptes à l'administration.

Pelion  a répondu le 13/11/2012 à 15:45:

C'est Thomas Langman qui a produit...Harvey distribue...

Weinstein  a répondu le 13/11/2012 à 16:43:

Autant pour moi. Ce serait donc la fortune de Claude Berri ou une fortune libanaise investies sous un régime fiscal français avantageux.

complexité.....  a écrit le 13/11/2012 à 9:40 :

pas d'accord pour unifier le taux de tva sur le numérique et le "dur"..... le numérique a peu de contrainte de distrubution.... et d'ailleurs, vend ses abonnement bcp moins cher..... il peut donc supporter un taux de tva à 19.6.... tout comme le libre numérique d'ailleurs... par contre totalement anormal que google et amazon ne paie pratiquement pas d'impôt la ou ils font leur chiffre.....

les remarques ici sont surprenante..... tout le monde veut des services publiques, mais pas les moyens qu'il faut pour les financer...... vrai paradoxe....... cela n'empêche en rien de réclamer une meilleure efficience de ces services..... et trier dans ce qui ressort du service publique et du reste......

ceci étant, à voir la situation de l'amérique, le tout privé a ses limites.......

mais il est temps que l'europe libérale se mette aussi au gout du jour concernant la fiscalité locale des états...... le dumping fiscal et social a ses limites...... on le voit....

qiue chacun pauye ses charges la ou il fait le profit, permet in fine d'augmenter la base de l'assiette fiscale, et sociale, et donc, de ce fait, de diminuer les taux pour un meilleur rendement.... n'importe quel imbécile venu peut comprendre ça.....

Pelion  a répondu le 13/11/2012 à 9:54:

+1...!

Lou_Papet  a répondu le 13/11/2012 à 11:05:

+1, j'ai tout compris !

ppa3775am  a écrit le 13/11/2012 à 8:47 :

C' est à croire que toutes ces sociétés françaises ne savent plus évoluer dans un monde sans taxes, elles ont peur de la concurrence. Elles n' ont qu' à s' installer au Luxembourg.

SUPER GOOGLE.  a écrit le 13/11/2012 à 8:29 :

VIVE GOOGLE. GOOGLE A PLUS APPORTE AU MONDE ENTIER QUE L'OPERATEUR HISTORIQUE FRANCE TELECOM QUI FAISAIT PAYER HYPER CHERES LES COMMUNICATIONS, ET PROFITAIT DE SON MONOPOLE ! ! !

Pelion  a répondu le 13/11/2012 à 9:53:

Mais qui est Google..;??? Google n'a rien créé, pas plus que Yahoo ou feu Netscape etc dans 50 ans tout le monde saura encore qui sont Madonna, Spielberg, Tavernier, Besson, Kurosawa, Victor Hugo ou James Joyce, mais tout le monde aura oublié Google..remplacé par un autre autoroutier du net...

Momo  a répondu le 13/11/2012 à 12:32:

Qui est Google? Ni plus ni moins que l'un des meilleurs créatifs du net (magnifique moteur de recherche sans cesse amélioré, palette de services souvent gratuits et toujours évolutifs financés par la pub etc...) et l'un des grands défenseurs de la liberté et de la démocratie (demandez aux chinois ou aux captifs d'Apple)

Momo  a répondu le 13/11/2012 à 12:32:

Qui est Google? Ni plus ni moins que l'un des meilleurs créatifs du net (magnifique moteur de recherche sans cesse amélioré, palette de services souvent gratuits et toujours évolutifs financés par la pub etc...) et l'un des grands défenseurs de la liberté et de la démocratie (demandez aux chinois ou aux captifs d'Apple)

ElNormando  a écrit le 13/11/2012 à 8:15 :

Cela va être comme les 35h ! Nous étions tellement en avance sur notre temps que tout le monde devait nous copier .... On voit le résultat aujourd'hui !!! Il est vrai qu'il est plus facile de demander à l'état de payer, donc aux contribuables, plutôt que d'accepter la concurrence internationale.

Marcdelabetise  a écrit le 13/11/2012 à 8:07 :

?La fortune conduit nos affaires mieux que ne pourrait y réussir notre désir même. Regarde, ami Sancho ; voilà devant nous au moins trente démesurés géants, auxquels je pense livrer bataille et ôter la vie à tous tant qu'ils sont. Avec leurs dépouilles nous commencerons à nous enrichir ; car c'est prise de bonne guerre, et c'est grandement servir Dieu que de faire disparaître si mauvaise engeance de la face de la terre
?Quels géants ? demanda Sancho Panza.

Camarade  a écrit le 13/11/2012 à 6:58 :

Google, amazon;, etc... Voici des noms d?entreprises ultra-capitalistes américaines. Il est une honte pour la France que ces derniers exploitent la patience du consommateur français, qui n'a d'autre alternative que d'aller sur Google pour faire une recherche sur Internet. Pour en finir, il convient de créer un moteur de recherche entièrement mis sous tutelle de l'Etat et du peuple. Le communisme est à ce prix.

Encore des franchouillards.  a répondu le 13/11/2012 à 7:33:

@ Camarade. Si ! Vous avez une alternative pour éviter Google. CREEZ VOTRE PROPRE MOTEUR DE RECHERCHE ! Seulement, vous viendrez encore grogner, parce qu'il vous faudra travailler. Et pourquoi le faire créer par d'autres et surtout le financer par l'Etat, hein, vous n'avez pas le courage de créer votre entreprise ? Et de vous mettre au travail ? Hein, alors, on fait payer tout le monde pour vous rassurer, en bon assisté ? NON MAIS CA VA BIEN LA ?

@ Camarade.  a répondu le 13/11/2012 à 7:40:

"Le communisme est à ce prix." Ah ben ça on savait bien avant votre article que le communisme coûtait plus cher que ce que ça n'apportait.

Loic  a répondu le 13/11/2012 à 7:48:

Camarade, je répondrai à votre commentaire une fois que je serais allé faire caca.

Loic  a répondu le 13/11/2012 à 7:58:

Ca y est, je suis revenu des toilettes, et je peux vous dire, Camarade, que votre commentaire qui parle de "patience du consommateur français" ne parle surtout... que de votre inaction. Vous n'avez créé semble-t-il aucun moteur de recherche, et vous voudriez que les Français se comportent en consommateurs, pardon, surtout comme vous. Vous voudriez niveler les Français à votre inaction. Ce n'est vraiment pas intéressant...

STOP BOLCHEVIK  a répondu le 13/11/2012 à 8:03:

@Camarade : ENCORE UN BOLCHEVIK, MAIS QUE FAITES VOUS SUR LA TRIBUNE ?

Encore des franchouillards.  a écrit le 13/11/2012 à 6:38 :

Ce n'est pas leur rôle, encore des petits présidents des petits chefs qui veulent diriger le monde avec un BTS.