La Tribune

Six nouvelles chaînes gratuites prennent leur envol dans un environnement difficile

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Sandrine Cassini  |   -  857  mots
Ce mercredi, à partir du canal 20, six nouvelles chaînes gratuites font leur apparition sur la télévision numérique terrestre. Les grands groupes de médias, comme TF1, M6, NRJ et NextradioTV sont de la partie. Mais le contexte économique et l'abondance de l'offre rend l'équation compliquée.

Du sport, des séries familiales, des documentaires ou des émissions axées sur la diversité, à partir d'aujourd'hui, le téléspectateur pourra regarder gratuitement 6 nouvelles chaînes de télévision. Sept ans après le lancement de la télévision numérique terrestre (TNT), le «Paysage Audiovisuel Français» (PAF) - s'agrandit à nouveau pour passer de 19 à 25 canaux, enterrant un peu plus sûrement la TNT payante, quasi mort née. Même s'ils n'ont pas ménagé leurs critiques à l'égard de ce nouveau bouleversement, les grands groupes de télévision ont répondu présent. TF1 lance HD1, un chaîne essentiellement consacrée à la fiction et au cinéma, M6 donne le coup d'envoi à 6Ter, consacrée à la famille, NextRadioTV (RMC, BFM...) se diversifie avec RMC Découverte axée sur le documentaire, Amaury arrive avec l'Equipe 21, une remise à jour de l'Equipe TV, disponible jusque là sur le câble et le satellite. Le groupe NRJ vise les femmes avec Chérie 25, et l'homme d'affaires Pascal Houzelot, qui fit ses armes avec Pink TV, repart à l'aventure avec Numéro 23, chaîne de la diversité.

Un public pas très bien informé et un contexte difficile
Cette nouvelle ouverture du PAF se fait dans un contexte très différent d'il y a 7 ans. Côté pile, la TNT a gagné ses lettres de noblesse. «Les investissements n'étaient pas si importants à l'époque, car l'inconnue, c'était le lancement de la TNT. Là, on sait que ces chaînes feront partie du paysage audiovisuel», indique Philippe Nouchi, directeur de l'expertise médias chez Vivaki (Publicis). Ainsi, les chaînes, disponibles en HD, ont prévu des budgets de croisière compris entre 30 et 45 millions d'euros, dont une dizaine de millions d'euros de coûts de distribution. Côté face, la concurrence, déjà rude, promet de s'accentuer avec la télévision connectée, le marché publicitaire est en baisse, et le PAF est mature. Pas facile de demander au téléspectateur de changer de chaîne. D'autant que pour l'instant, ce lancement se fait dans un relatif anonymat. Selon un sondage réalisé par Vivaki la semaine dernière, 64% des Français accueillent favorablement le principe de nouvelles chaînes. Mais 61% seulement des personnes interrogées étaient au courant du lancement et 70% d'entre elles pensaient pouvoir recevoir ces nouvelles chaînes, preuve en est que le public est informé. En effet, seulement 48% des Français équipés de la HD pourront regarder ces chaînes dans un premier temps. Ce taux devrait atteindre 59% l'an prochain et 77% en 2014.

Pour cette raison, aussi bien Nonce Paolini (TF1) que Nicolas de Tavernost n'ont cessé de pester contre l'arrivée de cette concurrence, sans évidemment pouvoir passer à côté. «En matière de chaîne gratuite, nous avions une offre inférieure à celle de TF1», justifie Catherine Schöfer, à la tête de 6Ter, et directrice adjointe de Teva, une autre chaîne de la galaxie M6.

Les chaînes auront du mal à atteindre leurs objectifs d'audience et de rentabilité
Quel avenir peut-on prédire aux six nouvelles chaînes? Les prévisions qu'elles avaient faites devant le CSA, étaient trop optimistes. Selon Vivaki, elles capteront 6,3% d'audience en 2015, en dessous des 8 à 9% initialement visés. En termes de recettes publicitaires, elles devraient réaliser ensemble un chiffre d'affaires de 68 millions l'an prochain, de 116 millions en 2014, de 175 millions en 2015 et de 200 millions en 2016. C'est à cette date que toutes ont fixé leur objectif de rentabilité. Sauf que pour l'atteindre, il faudrait qu'elles réalisent dans 4 ans entre 220 et 230 millions d'euros.

Les chaînes adossées aux groupes de médias partent avec un avantage
Les chaînes adossées à de puissants acteurs (HD1 et 6Ter) ont le plus de chances de s'en sortir. Non seulement au niveau financier, mais aussi parce qu'elles profitent de synergies groupe. C'est par exemple le cas de 6Ter dont le contrat avec Disney va lui permettre de diffuser Là Haut. «Nous avons un budget au départ de 20 à 25 millions d'euros, mais si nous n'avions pas eu le groupe derrière, nous n'aurions pas acheté les mêmes programmes», témoigne Catherine Schöfer de M6. Ainsi, la chaîne, qui cible un public 100% familial, diffusera des séries inédites comme Switched ou Raising Hope, des films comme Hulk ou Slumdog Millionnaire...

RMC Découverte et l'Equipe 21 ont «des cartes à jouer» selon Vivaki dans la mesure où elles sont sur des positionnements spécifiques. Mais l'Equipe 21 est attendu au tournant. «L'Equipe a comme challenge de changer l'image de l'Equipe TV, considérée jusque là comme une chaîne d'info sportive low cost», témoigne Philippe Nouchi. En ciblant les femmes, NRJ prend aussi le risque de se priver d'une grosse partie de la population, mais le groupe a acquis une belle expérience sur la TNT avec NRJ 12. Enfin, «Numéro 23», en étant indépendante «part avec un gros handicap», d'après Vivaki. Mais elle a «capté des contenus intéressants», souligne Philippe Nouchi, avec des programmes comme Lost Girl, Push Girls, ou une émissions plus grand public comme XFactor.
 

Réagir

Commentaires

dudu  a écrit le 13/12/2012 à 8:04 :

la quantité pas la qualite.

Numero 23  a écrit le 12/12/2012 à 20:39 :

Numero 23 devait etre une chaine axée proximité - diversité. Resultat , on se retrouve avec

Photoscope  a écrit le 12/12/2012 à 13:53 :

Au lieu d'autoriser l'ajout de chaines TNT qui, si c'est dans la même tendance que celles qui existent déjà, ne vont pas apporter grand-chose que des rediffusions et des télé-réalités de merde, le CSA ferait bien de faire le ménage sur les autres chaines, notamment en ce qui concerne les horaires de plus décalés et l?inondation de publicité (il n'y a plus rien entre 20h30 et 21h sur les grandes généralistes et çà devient de plus en plus pénible de suivre en direct des émissions sur M6 ou TF1. Y'a même de la pub "incognito" [sans générique, sans signalement] qui a débarquée sur ARTE et France 5, c'est dire !). Mais visiblement, ces messieurs s'en foutent ...

OSCAR  a écrit le 12/12/2012 à 11:04 :

L a television vat disparaitre remplacer par les plateformes de video de films et de serie en streaming bientot on pourra regarder quand on le désire le premier episode des envahisseurs jusqu'a la derniere saison du mentalist ce sera la fin des cinemas les films sortiront directement en vod economie de publicité mois d'intermediaires benefice pour les studios.

Lionel  a écrit le 12/12/2012 à 9:35 :

Commençons par le commencement : la fin de la télévision publique qui nous coûte beaucoup trop cher avec toutes ses chaines associées et ses présentateurs ... bien trop payés. Ensuite pourquoi multiplier le nombre de chaines qui nous abreuvent de programmes plus idiots les uns que les autres.
Un téléspectateur qui regarde sa télévision environ 30 mn par jour.

pmxr  a répondu le 12/12/2012 à 10:27:

la fin de la télévision publique... totale n'est pas souhaitable .... dans la mesure où on aura plus que de la merde interrompue toutes les 5 minutes par de la pub ... comme au canada par exemple ! Perso je ne regarde pas TF1 !!!!

Lionel  a répondu le 12/12/2012 à 14:21:

ce jour là je cesse de payer une redevance et je porte mon téléviseur chez Emmaüs.

R_grandmorin  a répondu le 12/12/2012 à 20:41:

"Un téléspectateur qui regarde sa télévision environ 30 mn par jour"
en moyene c'est plus 3h/jour que 30 min M. Lionel

pmxr  a écrit le 12/12/2012 à 9:02 :

La qualité des postes de TV progresse .... pour les programmes c'est inversement proportionnel !

Vieuxsnock  a écrit le 12/12/2012 à 9:02 :

Je regrette le temps de l'analogique, au moins les images ne restaient pas figé et l'on savait d'où venait le problème! Avec le numétrique ont manipule toute les images, et peut "tout" nous faire croire, même un direct...!

Lou_Papet  a répondu le 12/12/2012 à 10:32:

Moi, je regrette le temps de l'ORTF,le ministère de l'Information, le poste TV noir et blanc et les speakerines !

Jeud'emileFrancs  a répondu le 12/12/2012 à 11:21:

Ah oui! C'était le bon temps, mais comme la télé va disparaitre, c'est comme si elle n'existai plus! Vive la radio!

La radio et puis quoi encore...  a répondu le 12/12/2012 à 14:38:

Vous parlez de cette ignominie de bande FM? Rien ne valait le bon vieux temps de la TSF et des retransmissions en direct des combats de Marcel Cerdan...