La Tribune

Aurélie Filippetti va se pencher sur le financement du cinéma

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Sandrine Cassini  |   -  738  mots
La ministre de la Culture a déclaré sur iTélé qu'il y avait des «améliorations à apporter» au système de financement de la création, issu notamment des chaînes de télévision en proie à la crise. Ouvrant ainsi une brèche dans l'exception culturelle française.

Faut-il y voir la première balle perdue issue de la tribune sur le cinéma publiée par Vincent Maraval dans le Monde? La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a lancé dimanche une petite bombe. Invitée à s'exprimer sur la situation du cinéma français, la ministre a d'abord rappelé les vertus du système, le seul capable de résister à l'hégémonie d'Hollywood. «La fréquentation des salles augmente depuis plus de 10 ans. Les Français vont de plus en plus au cinéma. Ils vont surtout voir de plus en plus de films français. On est quasiment à 40% de spectateurs pour des films français. Ce qui est exceptionnel. Nulle part ailleurs dans le monde, si ce n'est en Inde, vous ne trouverez un pays qui résiste à ce point au cinéma américain», a déclaré Aurélie Filippetti.


Aurélie Filippetti ouvre la voie à une réforme
Mais, grande nouveauté, Aurélie Filippetti a également émis des réserves sur l'exception culturelle française, ouvrant la porte à une éventuelle réforme. «Maintenant, évidemment il y a des améliorations à apporter. Et ce qu'il [Vincent Maraval] dit sur la participation des chaînes de télé au financement cinéma, et bien à l'heure où les chaînes ont des budgets qui diminuent des recettes moindres, c'est une question que l'on pourra se poser dans le cadre d'une réflexion globale sur l'amélioration des services rendus à nos concitoyens à travers la télévision notamment le financement de la création, le soutien et l'accompagnement des films d'auteur et des films de qualité».
Selon nos informations, Aurélie Filippetti n'a pas fait ces déclarations en l'air et devrait fournir plus de précisions ces prochaines semaines. La renégociation du contrat d'objectif et de moyens (COM), qui fixe le budget et la stratégie de France Télévisions, devrait donner une occasion de faire avancer le dossier d'une éventuelle réforme. «D'autres voies fortes vont s'exprimer sur le sujet. C'est le fonctionnement des chaînes en général qui sera évoqué», indique-t-on au sein du gouvernement. L'on ne sait pas si cela concernera uniquement le cinéma, ou la création dans son ensemble. Pour mémoire, France Télévisions s'est engagé sur un plancher de 420 millions d'euros par an d'investissements, sur lequel son président Rémy Pflimlin voudrait revenir.
 

Le cercle vicieux de l'audience
Vincent Maraval, qui a fondé la société de coproduction et de distribution Wild Bunch («Astérix au service de sa Majesté» de Laurent Tirard, «The Artist» de Michel Hazanavicius, «La Part des Anges» de Ken Loach), a en effet remis en cause l'un des principes de financement du cinéma français, qui repose sur les obligations faites aux chaînes de télévision co-produire des films français et de les diffuser. Ainsi, TF1 et M6 doivent-elles chaque année investir à hauteur de 3,2% de leurs chiffre d'affaires dans des ?uvres européennes (dont 2,5% dans des ?uvres françaises). France Télévisions s'est même engagé sur un seuil d'investissement de 60 millions d'euros par an, quel que soit son chiffre d'affaires. Le financement des chaînes gratuites vient en complément de celui du groupe payant Canal Plus, tenu d'investir 12,5% de son chiffre d'affaires.

Problème: l'audience du cinéma à la télévision. Impossible de mobiliser des millions de téléspectateurs devant un film inédit sans un acteur connu. Les chaînes -en particulier les chaînes privées- se précipitent sur les projets grand public faisant jouer des têtes d'affiche, provoquant elles-mêmes l'inflation des salaires. De fait, seul un petit nombre de films répond à ce cahier des charges: sur plus de 200 films produits chaque année, TF1 en co-produit une quinzaine, M6 cinq ou 6 et France Télévisions encore moins.

«Après les films des studios américains, la France détient le record du monde du coût moyen de production : 5,4 millions d'euros, alors que le coût moyen d'un film indépendant américain tourne autour de 3 millions d'euros. Sans les obligations de notre système de financement, il y a bien longtemps que "Les Experts" et la "Star Ac" auraient réduit à néant les cases "Cinéma" des chaînes de télévision», s'emporte celui qui distribue des films français aux gros cachets.

Réagir

Commentaires

aldo09  a écrit le 03/01/2013 à 13:56 :

Mme Filippetti s'attaque à un mammouth du système Les subventions données depuis des années ont crée des privilégiés, et il est bien évident que ces derniers veulent le rester. Un article sur les salaires de la branche résume un peu la situation : paiecheck.com/2013/01/03/salaires-dans-la-production-cinematographique/

faramboro  a écrit le 03/01/2013 à 10:06 :

il faut appliquer la recette de free à la téléphonie au cinéma nous gagnerons en pouvoir d achat cela fera des économies nous avons des idées un exemple free soudain SFR Bouygues orange s alignent

ouioui  a répondu le 07/01/2013 à 8:30:

tu pux Developpe j'ai pas compris ton resonement

fredstudio24  a écrit le 03/01/2013 à 9:57 :

...que l'industrie du spectacle puisse se permettre de verser des cachets de plusieurs centaines de milliers d'euros,voire plusieurs millions a ses personnels (comediens,relisateurs,producteurs...) est selon moi une bonne nouvelle: cela prouve qu'elle n'a plus besoin d'etre subventionnee d'aucune maniere (etat,regions,chaines publiques,taxes);
bonne nouvelle pour l'etat,non?

oups  a écrit le 02/01/2013 à 14:20 :

hum si ça rapporte tant pourquoi on devrait les aider ??? wtf ? après vous venez faire les ouin ouin c'est la crise ?

matheo  a écrit le 02/01/2013 à 9:53 :

arretons de subventionner le cinéma et nous aurons de meilleurs films.arretons aussi les subventions aux intermittants<eux comme tout le monde s'ils ne peuvent vivre de leur métier font autre chose et s'ils aiment vraiment leur job ils le feront comme loisir et je suis sur que les résultats seront meilleurs

Wolverine  a répondu le 02/01/2013 à 18:11:

mathéo, quel est ton métier s'il te plait? Rentier?
parce que moi mon métier intermittent = loyer facture...
si tu as un loisir qui permet de payer les factures je prends!!!!!

L'intermittent.

oui oui  a répondu le 07/01/2013 à 8:38:

intermi de quoi tu fait Tes 507 h et pendant 8 moi tu as les pied au chaud dans Tes chausson, moi j était intermi intermi c est pas un métier ,le vrais comédien toi faire tous les métier du monde, vous se forge un caractÚre ,et non profiter des denier de l état . je suis pour qu il est plus d intermittent

jojo5933  a écrit le 02/01/2013 à 7:49 :

la vous avez un exemple du ministre qui ne serre a rien mais qui gagne un salaire plus que correcte et tous cela sur le do des français quelle tristesse

Gros Dédé  a écrit le 01/01/2013 à 20:08 :

Et si on arrêtait les conneries avec le cinéma français ? Hein, genre filer 700 millions d'euros tous les ans pour faire des films que les gens ne peuvent pas aller voir car débourser 10 euros pour une séance de film devient un luxe pour beaucoup de Français. Face au chômage grandissant, réinvestir même un tiers de ces sommes dans des métiers durables et non "intermittents" serait peut être mieux. Et le cinéma s'en sortirait grandi.

gege  a écrit le 01/01/2013 à 19:27 :

une taxe aurelie , une taxe aurelie, une taxe aurelie

Blanche Neige.  a écrit le 01/01/2013 à 18:58 :

Il ne faut pas qu'elle se penche un peu trop, sinon cela donnera des idées à DSK.
Le système des intermittents du spectacle est une hérésie et nous sommes le seul pays à avoir un tel système.
Maintenant si l'on veut garder un tel système, il faut que pour chaque euro cotisé par les intermittents, l'Etat verse un euro.
Comme cela le budget sera équilibré et il y aura moins de rêveurs dans la profession.

dtc  a répondu le 01/01/2013 à 19:25:

vous m'avez coupr l'herbe sous le pied

Simplet  a répondu le 01/01/2013 à 20:50:

La Fée Lation va se pencher sur le cinéma français et lui donner un bon coup de braguette magique...

cuculapraline  a répondu le 02/01/2013 à 9:35:

hé!hé c'est surement ce qu'il "attend" ...le cinéma!

cinoch  a écrit le 01/01/2013 à 16:21 :

il serait temps! il a fallu pour ça, qu'un réalisateur en parle, sinon....

ouvrir les yeux  a répondu le 01/01/2013 à 17:51:

oui, il est tout de même ahurissant que ce soit pas un mec du gouvernement qui ait mis ça sur le tapis !!! L'ENA n'apprendrait-elle pas à ouvrir les yeux et à faire preuve de bon sens à ses éléves qui tiennent aujourd'hui les rênes du pouvoir ????

ciné vous avez dit ciné? scandaleux!  a répondu le 02/01/2013 à 9:38:

@ cinoch comme quoi, on ne nous dit PAS TOUT, et l'ON NE SAIT PAS TOUT! je crois, que l'on aurait dans ce cas, des crises de délirium! vaut mieux pas, tout compte fait

paul  a répondu le 02/01/2013 à 9:41:

@ ouvrir les yeux pensez vous! tout en catimini, voyons; on se demande bien ce que l'ENA forme, à en voir nos élus !

PRIVILEGES TOUJOURS PLUS !!!!  a écrit le 01/01/2013 à 16:17 :

le régime des intermittents du spectacle est une autre forme de parasitisme au détriment des salariés du privé . Il est scandaleux que des smicards financent ce régime en cotisant pour que l'Etat attribue des revenus généreux à des gens uniquement parce qu'ils bossent dans le milieu de la culture. Au nom de quoi les gens qui bossent dans ce milieu devraient -ils être avantagés par rapport à ceux qui bossent dans l'agriculture, l'industrie ou le commerce. Ne recrée-t-on pas des privilèges alors que la nuit du 4 août 1789 devait les supprimer. ????

Realiste  a répondu le 01/01/2013 à 19:23:

La monarchie a cédé place à la technocratie...
Les serfs modernes (les travailleurs...) devraient songer à se réveiller...

Cinema Français.  a répondu le 03/01/2013 à 12:49:

À lire les commentaires, c'est le contribuable qui paie le salaire de Depardieu and Cie.
On va faire un peu de pédagogie.
Les chaînes de TV, privées et publiques, ont des obligations d'investissement dans le cinéma (un certain % de leur CA). L'argent investit est de l'argent qui vient de la publicité diffusée sur ces chaînes.
Les films obtenant des aides du CNC et des régions (donc directement des aides publiques) ne sont la plupart du temps pas des films à gros budget et donc avec des salaires très bas ou tout juste raisonnables.

Quant aux intermittents, par définition, ils ne travaillent pas tout le temps et sont donc régulièrement au chômage.
Une infirmière (par exemple) qui se retrouve au chômage, personne ne gueule en disant "elle coute chere, nos impots servent à la payer etc.." Alors pourquoi faire un scandale du système d'intermittence qui permet à tout les techniciens de payers leurs factures et leur loyer! Je rappelle aussi que les intermittents doivent continuellement refaire leur 507 heures pour pouvoir continuer d'avoir le droits aux indemnités de chômage. Il ne s'agit pas de "vacances" payées.
À vous écouter il faut mettre fin au Pole Emploi. Et pourquoi pas fermer la SECU aussi?

Renseignez vous un peu avant de critiquer un système intelligent et qui a fait ses preuves.

Pédago bobo  a répondu le 03/01/2013 à 20:38:

@ Cinema Français.: vous essayez de défendre votre système, mais dans votre argumentaire vous oubliez plusieurs points: 1) la taxe sur les opérateurs télécoms (donc des clients) pour le financement du cinéma, 2 les chaînes publiques n'ont plus de pub après 20H pour financer le passage des films, 3) Les films français génèrent moins d'audience que les séries TV américaines ou françaises ou des programmes "maisons". Ce système, que vous qualifiez d'intelligent, est sournois et profite surtout à des parasites. Pour votre info, le régime général de la Sécu (salariés) et des Assedic sont à l'équilibre, ce sont les systèmes complémentaires (style intermittents du spectacle) qui les plombent.

oui oui  a répondu le 07/01/2013 à 8:47:

suppriment le systÚme d intermittent, et qui ail bossé vif le général de Gaulle

Iciailleurs  a écrit le 01/01/2013 à 15:00 :

Si elle commençait par mettre fin aux petits jeux des intermittents, bon courage !

Cinéma Français  a répondu le 03/01/2013 à 12:49:

À lire les commentaires, c'est le contribuable qui paie le salaire de Depardieu and Cie.
On va faire un peu de pédagogie.
Les chaînes de TV, privées et publiques, ont des obligations d'investissement dans le cinéma (un certain % de leur CA). L'argent investit est de l'argent qui vient de la publicité diffusée sur ces chaînes.
Les films obtenant des aides du CNC et des régions (donc directement des aides publiques) ne sont la plupart du temps pas des films à gros budget et donc avec des salaires très bas ou tout juste raisonnables.

Quant aux intermittents, par définition, ils ne travaillent pas tout le temps et sont donc régulièrement au chômage.
Une infirmière (par exemple) qui se retrouve au chômage, personne ne gueule en disant "elle coute chere, nos impots servent à la payer etc.." Alors pourquoi faire un scandale du système d'intermittence qui permet à tout les techniciens de payers leurs factures et leur loyer!

Renseignez vous un peu avant de critiquer un système intelligent et qui a fait ses preuves.

Democratix  a écrit le 01/01/2013 à 14:55 :

Le scandale est que des artistes millionnaires puissent bénéficier du régime d'intermittent du spectacle. Certains cumulent salaire garanti exorbitant avec intéressement aux droits. Quand on est soumis à l'ISF, on doit ramer comme tout le monde ! Beaucoup de petites main dans le domaine culturel qui sont peu payées. Il y a un écart entre les premiers rôles et les 4èmes ou figurants qui n'a rien à envier aux entreprises du CAC 40.

culture  a écrit le 01/01/2013 à 14:44 :

elle ferzait mieux de commencer par s'occuper des intermittents du spectacle dont le financement du chômage coute plus de 1,5 milliards ! un vrai scandale ! il suffit de bosserv 580 heures , mpour beneficier du chômage , parce que la TV en autre ne fait pas de contrat de travail et paye à la vacation , sachant que l'Assedic les prendra en charge ! ça c'est une épineuse question pour le déficit de la sécu ! un peu de courage Madame

artistes prédateurs  a écrit le 01/01/2013 à 13:55 :

Ces acteurs sont décidément des égoïstes prédateurs qui pompent l'argent public en cherchant à faire croire à leur talent, à leur mérite. L'Etat les enrichit sur le dos des contribuables. Le milieu de la culture est un milieu de parasites à supprimer de toute urgence . Cela régènera en outre le souffle créateur car l'argent facile nuit à la création comme la consanguinité affaiblit le genre humain .

emi  a répondu le 01/01/2013 à 18:47:

Tout à fait d'accord. Rien à ajouter.

ppa3775am  a écrit le 01/01/2013 à 12:09 :

Privatisation totale de toutes les chaines de télévision publique. Suppression par conséquence de la redevance télévisuelle. Suppression de toutes les aides publiques au cinéma, qui doit vivre comme une entreprise privée.Suppression de ce scandale que représente les indemnités chômage des intermittents du spectacle qui coûtent plus d' un milliard d' euros par an aux contribuables et à l' assurance chômage.Privatisation des théâtres subventionnés par l' argent public. Voilà ce que doit faire une ministre qui veut gérer avec intelligence l' argent public.

GFPGFP  a écrit le 01/01/2013 à 12:05 :

Mutualisation des pertes, privatisation des profits, favoritisme...

phidias  a écrit le 01/01/2013 à 11:49 :

Le cinéma français fabrique avec des subventions des films que presque personne ne va voir. Sa spécialité c'est la romance du temps de la résistance qui permet de refiler au spectateur tous les poncifs de l'émotivité guimauve, de parler de l'occupation, des rafles, et de montrer de belles citroen tractions sur fonds de conflit des générations entre les tenant de Pétain et ceux de DeGaulle. En dehors de cela il y a le film dramatique banlieusard immigrationiste, où le héro vient des minorités visibles, vrai révolté ne voulant qu'une chose son intégration, face à une société de bauffes rancie dans ses préjugés qui heureusement n'atteint pas l'héroine sortie des beaux quartiers pour filmer toute cette misère et qui finit en cavale à moto avec le héro, pour échapper à la brigade des stup. En dehors de ces intéressants docu-fiction sur notre société, il y a de temps à autre un échappé de la barrière de péniciline qui nous concocte un petit chef d'oeuvre, mais à l'étranger. Il est en général immédiatement copié par les grosses machines US qui savent détecter les pépites, mais c'est de plus en plus rare. La dame Filipettit ne changera rien à tout cela, faute de talent..

Lol  a répondu le 01/01/2013 à 13:22:

Vous êtes sur d'être allé au cinéma ? Si oui, dans laquelle des deux catégories que vous identifié ( romance sur la résistance et drame banlieusard immigration site) classez vous les films français de cette année : le marsupilami, la vérité si je mens 3 , Astérix au service de sa majesté ( immigration romaine en Angleterre ?) , le prénom...
Continuez vos commentaires distrayant en 2013 !

drôle  a répondu le 02/01/2013 à 15:10:

l'appellation "films du sentier" vous sied elle ?

élu ps  a écrit le 01/01/2013 à 11:31 :

de loin notre meilleure ministre!hausse raisonnable de la redevance ,maintien dans l'immédiat du financement du cinéma et des acteurs français,protection des sociétés de droits d'auteur et d'hadopi.je pense qu'il lui fallait beaucoup de courage pour résister a toutes les pressions contraires.n'en déplaise a la droite copéiste haineuse,la culture française vivra!

amnesique  a répondu le 01/01/2013 à 15:28:

Lol ... La ministre est extremement bien conseillée par des intimes hors PS c'est tout ...

broom  a écrit le 01/01/2013 à 11:20 :

Dans cet article je ne vois guère en première lecture la question qui nous concerne tous:
Priorité N° 1 rembourser nos dettes
Priorité N° 1 bis FAIRE DES ECONOMIES

Fanfan  a écrit le 01/01/2013 à 11:17 :

La ministre de la Culture va se pencher sur le cercle vicieux du financement du cinéma français. Va-t-elle donner dans l'X?

VIP PARASITES  a écrit le 01/01/2013 à 11:03 :

c'est quand même pas normal que le gouvernement n'ait pas lui-même relevé ce scandale avant; Heureusement que ce monsieur MARAVAL a eu le courage de le dénoncer.
On voit bien que l'argent public n'est pas au service du public mais au profit d'une minorité qui profite du système. On accuse tout le temps les cas sociaux de parasiter la société , mais on s'aperçoit qu'elle est en fait parasitée par des gens dont on ne dit habituelllement que du bien.

ilsfontcequ ils veulent  a répondu le 02/01/2013 à 9:43:

VIP RARASITES + mille

toto42  a écrit le 01/01/2013 à 11:00 :

Elle a certainement beaucoup à faire afin d'éviter que la culture Française en prenne encore un bon coup dans la gueule... Et cela se confirme en lisant certains commentaires ci-dessous. Elever le niveau culturel de ce pays est loin d'être gagné, car ceci ne relève pas du bon vouloir des investisseurs, qui eux non que pour but de faire du fric sur la crétinerie humaine... Et la tendance se confirme en ce sens, se bas monde va à sa perte et ceci à tous niveaux, tel semble être malheureusement son destin...!

samarinda  a répondu le 01/01/2013 à 15:55:

Pour que la culture est une place dans un pays il faut donner l'envie à tous les citoyens de lire toutes sortes de bouquins, de visiter des musées "gratuits" ,d'avoir une éducation nationale qui ne se prend pas pour une élite..... et surtout d'éviter de faire de la culture pour une grande partie un service de bobos très parisiens. La télévision ou le cinéma au service de l'Etat ou d'une minorité qui se nomme élite ne font pas la culture.

toto42  a répondu le 01/01/2013 à 19:21:

L'envie n'est pas l'exclusivité d'une "élite" que je sache. Et l'état, malgré qu'il soit loin de nos attentes, n'est tout de même pas responsable des émissions débiles que passent les chines privées...!

DUPER  a écrit le 01/01/2013 à 10:31 :


tout cela rime avec figuration

SAMARINDA  a écrit le 01/01/2013 à 10:29 :

un peu de courage et par les temps qui courent stop aux financements et privatisation de France télévision qui ne fait pas mieux que les chaînes privés mais coute fort cher aux contribuables. La télé dans la + part des pays est un système calquer sur l'audience qui est la seule vérité. Le reste en dehors des bobos qui demandent de la culture mais qui ne la regardent, Sur le fond cela fait bien mais sur la forme ils regardent les séries. Alors pour éviter d'avoir une chaîne publique, qui refuse de se réformer comme par exemple encore de l'info nationale sur la 3 alors que nous avons idem sur la 2 , double "facturation" pour rien de plus sauf le coût pour le contribauble, passons soit à sa suppression soit à sa privatisation. Et si les" grandes gueules" de la CGT font grève et bien tant pis puisque ce syndicat ancestral, mais sans grande valeur, défend ce service qui n'en est pas un.

Amateurisme d'état  a écrit le 01/01/2013 à 10:09 :

Ah..Mme Filipetti....comme le dit la chanson Félicie...aussi! Elle pourrait solliciter M DEPARDIEU qu'elle s'es empressé de sermoner afin de se sentir exister, car il est médiatiquement important pour un ministre d'occuper le terrain médiatqiue. Oui nous pouvons nous interroger sur la portée réelle de ce gouvernement sont-ce des figurants ou si ils sont acteurs quel film , quel en est le pitch? Et surtout ne me dites pas que m Hollande est le réalisateur...Les spectateurs de gauche sont déja sortis de la salle, certains étaient nauséeux, d'autres très déçus, d'aucuns très remontés mais aucun n'est content...Et ceux qui sont restés soient ils dorment, soient ils sont à l'UMP et apprécient les films avec une certaine "perversité sociale" dans l'intrigue...Ah l'on est bien loin de Jaurès, il ne suffit pas de s'en réclamer, cela demande beaucoup d'humilité de défendre une justice sociale et d'aider les gens...Oui vraiment beaucoup, peut-être trop

que de fonctionnaires de l art  a écrit le 01/01/2013 à 9:09 :

ils sont tous de gauche mais ne respectent pas les pauvres
ils leurs mangent leur poleemploi, et vivent ou?????gad aux usa
tchi aux usa etcetc
balasko la gueularde fait en sorte que sa fille vive bien car a gauche on herite
isabelle huppert dont la fille inconnue monopolise les creations le doit a sa mere qui surveille le financement du cinema
stop stop

Amatrice  a écrit le 31/12/2012 à 20:47 :

C'est ministre et ça découvre ce que tout le monde sait depuis 20 ans au moins

POUF  a répondu le 01/01/2013 à 10:19:


encore une taxe en vue ?

Rationnel  a répondu le 02/01/2013 à 12:43:

Je ne comprends pas du tout tous ces commentaires anti gouvernementaux ... La situation du financement du cinéma ne date pas de mai 2012, elle a au contraire dérivé progressivement depuis 10/15 ans : c'était bien quand l'UMP tenait les rênes du pouvoir. Et la droite n'a pas posé le problème ! Ni réformé le chômage des intermittents. Je ne suis pas sûre que la gauche fasse mieux mais on ne peut pas les accuser aujourd'hui d'une situation dont ils ont hérité.