La Tribune

Le jeu vidéo tire la sonnette d'alarme... et demande de l'argent

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Sandrine Cassini  |   -  577  mots
Les députés Patrice Martin-Lalande (UMP) et Vincent Feltesse (PS), demandent une augmentation des dispositifs publics destinés au secteur. En quelques années, l'industrie a perdu la moitié de ses effectifs. Elle n'emploie plus que 5.000 personnes en France.

Qu'elle est loin la « french touch » du jeu vidéo, quand à la fin des années 90 des éditeurs comme Infogrames ou Kalisto faisaient la une des journaux. En quelques années, l'emploi dans le secteur a été divisé par deux. Les 250 PME françaises - dont la plus connue reste Ubisoft - ne font plus travailler que 5.000 personnes, et la situation n'est guère réjouissante en ce début d'année. Le syndicat national du jeu vidéo (SNJV) indique que le secteur a déjà enregistré 10 dépôts de bilan depuis janvier.

Mobilisation des parlementaires

Cette conjoncture difficile n'a pas laissé de marbre les parlementaires. Deux députés - Patrice Martin-Lalande (UMP), soutien historique des industriels du jeu, Vincent Feltesse (PS) et deux sénateurs André Gattolin (Verts) et Catherine Morin-Desailly (UDI) ont tiré la sonnette d'alarme, rameutant mercredi matin d'autres parlementaires - les députés Christian Kert (UMP), Franck Riester (UMP), Lionel Tardy (UMP), Julien Aubert (UMP) et Anne-Yvonne Le Dain (PS) - pour les sensibiliser sur la situation. Les quatre parlementaires demandent l'amélioration d'un dispositif existant, le crédit d'impôt jeu vidéo et « la création d'un fonds jeu vidéo dans le cadre de la banque publique d'investissement ». Une mission parlementaire commence jeudi.

Augmentation des dispositifs

Le député Vincent Feltesse a précisé : « Cette mission parlementaire aura comme travail d'évaluer l'utilisation de l'argent public [utilisé par le secteur]. Ainsi, les dispositifs publics coûtent 12 millions d'euros par an, une somme qui comprend le crédit d'impôt jeu vidéos et les dépenses du Centre national du cinéma. Nous voulons atteindre une enveloppe de 50 millions d'euros, en identifiant les structures publiques ou les dispositifs qui pourraient aider le secteur, comme la BPI, le CNC, le crédit d'impôt etc. ».

Lancé en 2003 par Patrice Martin-Lalande, le crédit d'impôt jeu vidéo est entré en vigueur en 2008. « Il concerne 20% de la masse salariale et un tiers de projets. Au Canada, ces crédits d'impôts sont calculés sur 37% de la masse salariale et bénéficient à 100% des projets », a précisé Nicolas Gaume, président du syndicat des jeux vidéos. Ce dernier est d'ailleurs bien placé pour témoigner des difficultés de l'industrie, sa société Mimesis venant de déposer le bilan, après un désistement de dernière minute de ses investisseurs. Ainsi, le patron de l'association, qui fonda à l'époque Kalisto, souhaiterait que le secteur bénéficie d'un fonds de 60 à 70 millions d'euros (financés par de l'argent public et privé), et qui serait placé sous l'égide de la BPI.

Evolution du crédit d'impôt

Patrice Martin-Lalande est le premier à assurer que le dispositif qu'il a créé doit évolué. « Il n'y a pas que le taux à faire évoluer. Il faut aussi que le crédit d'impôt permette de prendre en compte les nouvelles dépenses, et couvre la réalité des charges. Le Royaume Uni est en train de faire passer à un dispositif à 25% », a indiqué Patrice Martin-Lalande. De fait, le modèle économique du jeu vidéo a beaucoup évolué ces dernières années. Si le coût de développement de certains jeux a beaucoup baissé, avec l'avènement du mobile et des jeux en ligne sur les réseaux sociaux, les éditeurs doivent y consacrer des dépenses supplémentaires pour financer à plus long terme, des mise à jour.

 

Réagir

Commentaires

Chich  a écrit le 22/03/2013 à 16:31 :

Pour tous ceux qui ont des idées reçu sur les jeux vidéos : le joueur moyen a 32 ans, il a un bac+2 et gagne 1800e en moyenne (étude gfk). On est loin de l'ado chômeur dépressif. J'ai personnellement apris mes premières otions d'anglais en jouant a Zelda sur NES quand j'avais 7/8 ans ou à Shinig Force sur MegaDrive vers 10/11 ans. Les FPS nerveux permettent à l'enfant d'acquérir des réflèxes de la pensée de plus en plus rapide, ... Les exemples sont nombreux pour les biens fait du jeu vidéo. Mais commetout il ne faut pas en abuser, et pou les plus jeunes les parents doivent apprendre à dire non. Il n'est pas normal qu'un môme de 10 ans jouent à Call of Duty, même si ca n'en fera pas un tueur (argument le plus farfelu que j'ai jamais entendu)

ephw  a écrit le 22/02/2013 à 14:29 :

Ce n'est pas en ponctionnant les pauvres contribuables qu'ils deviendront plus inventifs et competitfs !

pmxr  a écrit le 21/02/2013 à 19:18 :

Ils maquent d'idée brigade PS contre la brigade UMP ... et la brigade FN ....avec le sauveteur Magic ' Mélanchon 1er .... bref un nouveau jeux !

élu ps  a écrit le 21/02/2013 à 17:45 :

l'industrie des loisirs est une industrie a forte valeur ajoutée.Laissons l'industrie lourde peu profitable aux indiens et aux chinois.Dévellopons l'industrie du cinéma,du sport spectacle et des jeux video..Comme le dit karine Berger,économiste star du ps,la France a encore de belles cartes a jouer

pmxr  a répondu le 21/02/2013 à 19:21:

et pour se chauffer ...http://yvonne92110.centerblog.net/1298-feu-de-cheminee

arthur  a écrit le 21/02/2013 à 17:36 :

Il y a sans doute mieux à faire actuellement qu'à soutenir cette activité, qui n'est pas indispensable à la survie de la France

KaeRZed  a répondu le 21/02/2013 à 18:14:

Aucune forme d'art n'est indispensable à la survie d'un pays...
Le cinéma n'est pas vital. La musique non plus...
La grande cuisine encore moins puisque, pour survivre, il suffit de se nourrir...
Mais, heureusement, j'espère que la France accorde encore un peu de crédit (sans mauvais jeu de mots) à ce qui n'est pas forcément économiquement rentable mais juste culturellement enrichissant...
Et je pèse mes mots en parlant de "culture" pour les jeux vidéo.

Till  a écrit le 21/02/2013 à 16:51 :

soyons sérieux! ce n'est pas en subventionnant avec l'argent que l'on prend à d'autres un secteur en perte de vitesse que l'on crée une industrie forte; que chacun fasse son métier y compris l'Etat qui actuellement se mèle de tout en cassant ce qui marche. Quelles sont nos industries qui ont acquis une reconnaissance mondiale ? celles qui depuis des décennies ont investies pour développer leurs compétences avec une vraie vision industrielle long terme de l'Etat : aéronautique, spatial, télécom, nucléaire etc. Mais voilà cette vision long terme qui existait dans les années 1970 n'existe plus et ce n'est pas en éparpillant les subventions que l'on résoudra le problême

Mao  a écrit le 21/02/2013 à 15:44 :

Manquerait plus que ça ? Et pourquoi ne pas soutenir aussi les fabricants de pipes de Saint Claude, (ou de Mme Claude d'ailleurs) autre moyen d'expression culturelle. Moins fumeux que les jeux videos décérébrants.

celluloida  a écrit le 21/02/2013 à 15:30 :

Le cinéma français s'exporte, consultez les chiffres avant de dire n'importe quoi ! en outre, les exportateurs cinéma disposent de beaucoup moins de soutien public que l'industrie du jeu vidéo. Idem, vérifiez vos chiffres avant vos commentaires poujadistes et anticulturels.

CRC32  a répondu le 21/02/2013 à 17:23:

Le cinéma français s'exporte PEU et ça personne ne peut le nier. Vous dites que les exportateurs du cinéma disposent de moins de moyens que l'industrie du jeu vidéo et c'est tout à fait logique puisqu'un jeu vidéo français n'a pour ainsi dire pas de nationalité car ne s'inscrit pas dans la même logique "culturelle" que celle du cinéma français très (même trop) tournée sur la France. Il y a bien plus d'intérêts (notamment économiques) sur la table à faire la promotion d'un jeu vidéo à vocation internationale qu'un film franco-français. Il faut arrêter de croire que la France a le monopole de la culture et voir ce qui se passe dans le monde au delà du prisme franco-français. Les jeunes qui regardent en grand nombre des blockbusters américains et des animés japonais ont soif de culture mais c'est une culture indéniablement mondialisée!

HoHo  a écrit le 21/02/2013 à 15:21 :

Arrêtons de tirer sur l'ambulance!! Il n'y a plus de fric dans les caisses!! Les sociétés de jeux vidéo devaient gérer leur capital et leur trésorerie comme toute entreprise. Encore une fois ce n'est pas le rôle de l'Etat de financer telle ou telle branche. Pourquoi l'un et pas les autres? Nous sommes (malgré nous) dans une économie globale régie par la loi du marché. Quand nos élus de droite comme de gauche vont-ils le comprendre? D'ailleurs si on commençait par diviser la 4 les nombre de députés, de sénateurs et de ministres ou chefs de cabinets, sans parler des députés européens, de diviser par dix le nombre de départements et de régions, de supprimer les syndicats de communes qui sont un facteur de coûts supplémentaires et enfin de réduire de 50% le budget de l'Europe.

HmHm  a écrit le 21/02/2013 à 14:33 :

Les jeux vidéo, c'est certainement un secteur d'avenir : cela correspond à l?orientation vers le divertissement numérique des trentenaires d'aujourd'hui ; c'est du travail tertiaire créatif, à valeur ajoutée et écologiquement compatible qu'il faut conserver chez nous. Après, je dois admettre que 20 M euros pour 5000 emplois, ça fait quand même une aide de 4000 euros par emploi. Tripler ce montant reviendrait (à filer 12 000 euros par emploi à effectifs constants). Cela dit, le Canada file un gros crédit d?impôt, cela explique que le plus gros studio Ubisoft soit à Montreal... et dans un système ou les pays sont en concurrence...

CRC32  a écrit le 21/02/2013 à 14:01 :

De l'aide publique pour business défaillants, c'est d'une logique imparable!

Le secteur du jeu vidéo n'a cessé de délocaliser sa production dans les pays de l'Est pour le "gros oeuvre" et au Canada pour les "finitions" bien que parfois ces dernières restent françaises pour des projets franco-français.

Aujourd'hui le jeu vidéo est une véritable industrie mondiale où la place des petits studios à l'image des artisans est de plus en plus réduite, pour laisser se dessiner un paysage contrôlé par des multinationales tel qu'Activision-Blizzard ou Electronic Arts. De plus ce business offre depuis une dizaine d'années des produits (oui après une longue série de licences connue comme Call Of Duty on peut oublier le terme "création") semi-finis laissant le soin aux consommateurs d'apprécier les bugs de développement (du à une sous-traitance intensifiée) et la pauvreté de l'interaction compensée par des "addons" et "DLCs" payants (c'est le second effet Kiss Cool).

l'industrie du jeu est devenu plus importante que celle du cinéma  a écrit le 21/02/2013 à 13:35 :

Le jeux video a dépassé le cinéma en terme de chiffre d'affaire, et c'est un vrai vecteur d''influence culturelle. Vu ce qu'on dépense pour aider le cinéma, ça me semble logique de se pencher aussi sur la question. Par contre effectivement, Kalisto n'est surement pas le meilleure référence pour défendre le jeu vidéo, vu que c'est une boite et un (non) management qui n'avait pas su passer le fossé séparant la "création d'une boite" d'un vrai developpement d'entreprise. l'idée est bonne, mais peut etre pas avec la bonne personne...

exurss  a écrit le 21/02/2013 à 13:22 :

Comme en ex urss, les impôts font marcher les entreprises nationales ??

nEtRICk  a écrit le 21/02/2013 à 12:48 :

J'ai transmis votre article à ma nièce qui travaille pour Rovio.

TATOU71  a écrit le 21/02/2013 à 12:14 :

Comme d'habitude, mutualisation des pertes !!! et le partage des profits ???

Pouet  a écrit le 21/02/2013 à 12:01 :

Nicolas Gaume a quand même un culot dingue de sous entendre que le désistement d'investisseurs est responsable de la chute de sa boîte.
Il oublie de dire que des investisseurs il en a déjà eu plein (Niel, Artemis, ... ) à qui il a simplement menti (en donnant des chiffres de fréquentation faux entre autre).
Il oublie également de mentionner la gestion douteuse de son affaire : potes incompétents à des postes clés payés une fortune, direction du projet qui change tout les 3 mois, bonhomme lunatique pouvant insulter ses collaborateurs, etc.

Au total l'addition se chiffre à plusieurs millions (oui, millions) d'euros! Perso j'ai pas trop envie que le grand Nicolas prenne l'argent de mes impôts pour le jeter à nouveau par les fenêtres.

balzac  a écrit le 21/02/2013 à 11:29 :

encore des aides ? , si ils avaient pas tout misé avec les protections par internet pour lutter contre la vente d'ocass , ils en vendraient encore des jeux , maintenant ils sont en pleine crise et ils pleurent , depuis les protections par internet j'ai acheté un jeu et il n'a jamais tourné a cause de soi disant un matériel incompatible alors que sur la boite c'était marqué compatible .. une fois installé le jeu on ne peu pas le mettre sur une nouvelle machine , il faut le racheter si il existe encore en vente .. donc comme des amis on a cessé d'acheter des jeux , surtout pour jouer seul se voir imposer une guerre commerciale entre éditeurs et distributeurs ou le consommateur est encore lésé , faut pas pousser , bon amis contribuables continuons de soutenir les canards boiteux qui n'ont rien compris , mais leur crise n'est pas fini tant qu'ils nous entendent pas .

Viking  a écrit le 21/02/2013 à 11:25 :

Vite le biberon de subventions publiques, la France ne connait que ca !

stop à la dette  a écrit le 21/02/2013 à 11:07 :

après les salles de jeux; des salles de shoot pour toutes ces pseudos sociétés shootées à l'argent publiques....A force de taxer de plus en plus ceux qui ne bénéficient pas de toutes ces subventions; ils partiront de ce pays ou alors se mettront eux aussi en mode oisif !!! ceux qui quitteront la france ne reviendront pas, réfléchissez...

gimo35  a écrit le 21/02/2013 à 10:49 :

Et voter contre la loi factice de séparation des banques, vous ne croyez pas, chers députés, que cela aurait été plus visionnaire ? J'ai comme l'impression qu'un discrédit absolu est en train se s'établir vis-à-vis de vote démarche. Continuez à vous enfoncer tout seul.

le pirate des caraîbes !  a écrit le 21/02/2013 à 10:40 :

pour moi le jeu vidéo ! j'y connais rien mais de ce que je lis sur les forums ..c'est " y fo qu'sa sois gratuit " des mods à gogo mis en lignes par les "geekdunet" sur une base payante ( mais bon !! 2/3 euros en fait !!! ) les gens achètent un pc et tout le reste doit en faire partie , la musique les films les jeux etc . perso je "roule" que sur jeux de bagnoles et je paye mes jeux point ! ( c'est pas très cher ) . ce qui me semble pour le moins normal afin que les gens en vivent , derrière ces interfaces ce qui s'y passe me dépasse !!

Nicolas  a écrit le 21/02/2013 à 10:14 :

Mes suggestions en vrac
(1) un fonds d'amorçage pour start-ups du Jeu Vidéo, dès le premier jour d'activité
(2) augmenter l'enveloppe des projets des dépenses de vie personnelles de fondateurs ne se payant pas de salaire
(3) Donner accès aux exonérations de charges aux filiales d'entreprises étrangères
(4) Appliquer le CIJV aux projets basés sur des licences existantes
(5) Financer une permanence d'avocats gratuits (ou un abonnement annuel peu onéreux) pour aider avec les contrats
(6) Reconnaître avec OSEO les innovations autres que techniques: commerciales, utilisation, game design, etc.

Nicolas Godement-Berline
Président Majaka
DG gumi Europe

broom  a écrit le 21/02/2013 à 10:13 :

Nous voulons atteindre une enveloppe de 50 millions d'euros, en identifiant les structures publiques ou les dispositifs qui pourraient aider le secteur, comme la BPI
En outre la BPI va avoir besoin de jeux vidéo pour occuper Ségolène

broom  a écrit le 21/02/2013 à 10:10 :

Tout le monde a plus ou moins besoin d aide, certes. Mais de là a subventionner la création de jeu pour ados chômeurs je trouve qu il y a plus urgent et plus créateur de richesses, à faire

CRC32  a répondu le 21/02/2013 à 14:10:

Certains diront qu'il vaut mieux des jeunes branchés sur des jeux vidéos qu'en train de casser des voitures (comme si c'était une nécessité comme un travail) mais vu le prix des jeux vidéo et la montée de la lutte anti-piratage par le tout connecté, je ne suis pas convaincu que les jeunes pourront rester tranquillement chez eux devant un jeu vidéo. D'ailleurs la plupart des sondages estiment que le profil d'un joueur aujourd'hui est un "vieux" joueur de la trentaine passée donc à priori avec un pouvoir d'achat susceptible d'intéresser les multinationales du jeu vidéo.

KaeRZed  a répondu le 21/02/2013 à 14:29:

jeux vidéo = ado chômeurs ??
Quel raccourci navrant...
Il y a bien le CNC pour le cinéma, alors que le leu vidéo génère plus de chiffres...
Et, justement, lorsque l'on voit les enjeux économiques et le nombre d'emplois, je crois que l'on peut réellement parler de créateur de richesses... Et pas uniquement richesse économique !

CRC32  a répondu le 21/02/2013 à 14:56:

@KaeRZed

Le CNC c'est la béquille d'un cinéma français qui ne s'exporte pas et qui ne satisfait qu'une élite de la population française. Ce n'est pas d'un CNC du jeu vidéo que nous avons besoin mais d'un business EFFICACE donc RENTABLE. Il y a 20 ans on nous disait que le jeu vidéo était violent (comme les films américains) et déclenchait des crises d'épilepsie mais depuis qu'il rapporte des millions d'euros sur la table on nous parle de création... quelle hypocrisie!

KaeRZed  a répondu le 21/02/2013 à 15:25:

@CRC232 : Ceux qui, il y a 20 ans, accusaient les jeux vidéos de provoquer l'épilepsie sont désormais ceux qui prétendent que les FPS génèrent des tueurs en série... Je suis curieux de savoir quel sera le prochain fléau reproché aux Jeux vidéo...
De plus, lorsque l'on voit certains films subventionnés par le CNC (comédies franchouillardes et autres...), je ne pense pas qu'ils s'adressent à une "élite"... ;o)
Par contre, je pense sincèrement qu'un système d'aide à la création (oui... création...) de jeux et/ou de studios de développement en France pourrait permettre à des structures plus "modestes" de concrétiser des projets.
Il faut des EA Games, des Ubisoft et des Activision/Blizzard... Mais il faut également de la place aux plus petits... Et ce genre de subvention pourrait les aider à (sur)vivre.
Cela fait 15 ans que je travaille dans les Jeux vidéos et, sans hypocrisie, quels que soit les projets auxquels j'ai participé, j'ai toujours eu le sentiment de contribuer à la création de quelque chose...

CRC32  a répondu le 21/02/2013 à 16:54:

@KaeRZed

C'est votre gagne pain, quoi de plus normal de le défendre! Néanmoins il n'y a que les secteurs à prétention culturelles (en résumé l'industrie, la bancassurance, le commerce, etc sont destinés aux idiots) qui ne cessent de faire l'aumône pour survivre. Les barbiers n'existent plus aujourd'hui et pourtant vous souhaitez que les français paient des impôts pour les maintenir en activité. C'est purement égoïste et d'un intérêt non stratégique pour le pays! Changez de métier si celui que vous exercer ne vous permet pas de vivre correctement.

KaeRZed  a répondu le 21/02/2013 à 18:16:

Tout va bien pour moi, je vous remercie.
Je parle de ma profession, pas de mon nombril...

Bili hari  a écrit le 21/02/2013 à 9:29 :

Délire de nos députés qui demandent des subventions du secteur public pour financer des jeux! Je me pince, ouille! je suis bien éveillé, je n'arrive pas à y croire... que nos jeunes lisent Bergounioux plutôt que de passer leurs temps à des bêtises..

pfff  a répondu le 21/02/2013 à 10:32:

pourquoi venez-vous sur ce site si vous ne comprenez rien à l'économie, avec votre point de vue de grand père?
Je préfère qu'on injecte de l'argent dans ce secteur que dans des entreprises destinées à la faillite (acier...)

Non...  a répondu le 21/02/2013 à 10:37:

Le but n'est pas de "financer des jeux" comme vous dites, mais de financer un industrie qui emploie encore 5000 personnes en France. Avec le meme genre de raisonnement, on devrait laisser tomber l'automobile, parce que bon, "financer des tutures" voila quoi, que nos jeunes lisent avant de conduire betement. Arretons toute activité industrielle en fait, comme ca nos jeunes auront le temps de lire....

à pff et non  a répondu le 21/02/2013 à 11:07:

Parce que l'économie, c'est le sauvetage perpétuel des industries et autres secteurs en difficultés par de l'argent public distribué par des politicards en manque de reconnaissance alors que la dette ne cesse d'enfler.?.une industrie qui n'intérèsse plus les investisseurs privés peut bien mourir, c'est un processus naturel...

MonsieurJZ  a répondu le 21/02/2013 à 13:30:

On estime qu'en 2015, le CA mondial généré par l'industrie du jeux vidéo devrait dépasser 60milliards d'euros. Avec de tels chiffres, ca fait bien longtemps que les jeux ont dépassés l'industrie de la musique et celle du cinéma en terme de recettes. Tout simplement car ce secteur autrefois de niche est devenu un véritable pilier du business de l'entertainement en moins de 30ans. Cependant encore une fois la France souffre de ses moeurs, de ses démons qui l'empêchent d'aller de l'avant, pendant qu'on vulgarise et dénigre des secteurs d'avenirs comme celui-ci, d'autres pays sont entrain de porter les champions de demain qui deviendront leurs poules aux d'or. L'industrie du jeux vidéo, c'est principalement en Amérique du Nord qu'elle se fait aujourd'hui; notamment au Canada où le secteur est lourdement subventionné. Pendant ce temps en France, on préfère continuer la guerre des moulins.

GAMER  a écrit le 21/02/2013 à 9:28 :

C est pas complique parmis les 3 leader du secteur 2 sont a fond Francais:Vivendi qui detient Activision-Blizzard et Ubisoft, nous les ecoles "multimedia" parmis les meilleurs au monde (les gobelins a Paris par exemple....) Probleme le seul developpeur d envergure encore sur notre sol c est Ankama Games (Dofus, Wakfu)..... Mais c est sur subventionner l automobile, la siderurgie..... c est mieux que developper des secteurs d avenir.....

Tolomei  a répondu le 21/02/2013 à 10:31:

Activision n'a rien de français. Il est juste détenu majoritairement par Vivendi (qui d'ailleurs envisage de le vendre) mais c'est une boite américaine qui n'emploi personne en dehors des US et certainement pas en France. Vous ne citez pas Gameloft qui est bien français (même famille que Ubisoft) et qui est un des leaders des jeux pour smartphones et tablettes.

etnon  a répondu le 21/02/2013 à 10:54:

Activision est la poule aux oeufs d'or de Vivendi, il va surement pas le vendre, mais au contraire racheter le reste du capital

Gamer  a répondu le 21/02/2013 à 10:58:

Activision a des studio en europe, tout comme blizzard cher ami.... et dans la mesure ou l actionnaire est Francais... C est une boite FRANCAISE..... Ne pas confondre studio de devellopement et nationnalite de l entreprise... On est bien d accord que l un des probleme c est que nombre de devellopeur Francais s expatrient par qu on a peu de studio justement.....

Tolomei  a répondu le 21/02/2013 à 11:09:

C'est bien pour cela qu'ils veulent vendre (c'est Vivendi qui le dit, ils cherchent un acheteur) depuis un an ou deux, le groupe veut se recentrer sur ses métiers coeurs qui sont assez éloignés du jeux video. Activision a même proposé de racheter ses actions pour être "libéré" de Vivendi qui ne lui apporte rien et au contraire lorgne sur sa trésorerie.
Affaire à suivre... Cela dit mon propos initial se limitait à préciser qu'Activision n'a rien de français : aucun employé en France ni aucune activité dans ce pays.

Gamer  a répondu le 21/02/2013 à 11:30:

bah ou le probleme c est que hormis les 2 que nous avons cites aucun studio de dev s installe en France...... c est quand meme navrant..... mais c est pas le secteur ou la France forme des gens pour qu ils aillent travailler ailleur faute de debouchers..... Mais comme je l ai dit c est mieux de subventionner l auto et la siiderurgie....

Moon  a écrit le 21/02/2013 à 9:22 :

Ubisoft = PME ? il me semblait qu'il y avait plus de 249 employés chez Ubisoft.

nEtRICk  a répondu le 21/02/2013 à 12:50:

UbiSoft, c'est le groupe familial Guillemot !

MonsieurJZ  a répondu le 21/02/2013 à 13:44:

Ubisoft est une grande entreprise française qui joue en CAC, et effectivement on est plus proche de plusieurs milliers, voir dizaine, d'employés dans le monde. Les Guillemot c'est une famille Bretonne d'entrepreneur qui ont chacun créé et développé avec talent des entreprises aujourd'hui leader de l'industrie du jeu interactif. Chacune est côtée à la bourse de Paris et leurs parcours tiennent d'une véritable succès story puisqu'ils ne sont partis de rien. Ubisoft est un acteur majeur de l'industrie, développeur/éditeur de jeux. Gameloft est le leader mondial dédié aux jeux mobiles. Tandis que Guillemot est un équipementier spécialisé dans les accessoires. D'ailleurs UBI signifie Union des Bretons Indépendants.

red57  a écrit le 21/02/2013 à 9:16 :

Ils abusent avec leur subvention. En France, tout le monde vit avec des subventions de l'Etat. Il faut arrêter, sa entrave le bon fonctionnement de l'économie.

KaeRZed  a répondu le 21/02/2013 à 15:49:

Parce que 10 dépôts de bilan en un mois, cela n'entrave pas le bon fonctionnement de l'économie ?!?

Et pourquoi  a écrit le 21/02/2013 à 8:06 :

Choisirions nous de subventionner le jeu vidéo, la fibre optique etc et non pas le retour à la terre, la polyculture et le petit élevage, de toutes petites fermes bio qui seraient le moyen d'employer massivement les chômeurs dans une vie plus calme, saine et sereinement durable ?

Mais non, on continue, et on abruti nos ados avec des subventions pour faire des FPS où l'on dégomme du terroriste ? Certes, ils les adorent, mais peut être qu'on pourrait employer l'argent public à meilleur escient ?

Je précise que je suis pourtant ingénieur informaticien.

haha  a répondu le 21/02/2013 à 10:27:

Ridicule votre commentaire! Vous vivez dans un monde de bisounours? c'est sur qu'en subventionnant le petit élevage et les petites fermes bio, la France va redevenir une grande puissance économique et un grand pays exportateur!

Tyler  a répondu le 21/02/2013 à 10:29:

Et pourquoi ne plus rien subventionner du tout et laisser les entreprises s'adapter, mourir, et perser a nouveau? Quelle etrange manie de mettre sous perfusion dans organisations entieres, au risque qu'elles s'enfoncent dans l'immobilisme aux frais du contribuable... Non vraiment, une manie bien francaise que je ne comprends pas...

KaeRZed  a répondu le 21/02/2013 à 14:41:

@ "Et pourquoi" :
jeux vidéo = FPS...
De tels raisonnements, qui plus est venant d'un ingénieur informaticien, font froid dans le dos...
Cela frise la désinformation aveugle...
Le jeu vidéo étant un domaine d'avenir, mêlant savoir faire technologique et expression artistique, je pense qu'investir des aides ne serait pas franchement déplacé.

@Tyler :
nous n'avons probablement pas lu le même article...
"Au Canada, ces crédits d'impôts sont calculés sur 37% de la masse salariale et bénéficient à 100% des projets " ==> "une manie bien française que je ne comprends pas..."
Soit...

Bastien  a écrit le 21/02/2013 à 6:25 :

Le fondateur de l'un des plus célèbres jeu vidéo français a généré le code seul, créé les graphiques et la musique seul et est même allé jusqu'à faire la jaquette. Mais c'était en 1990. Il aurait fallu que nous ayons ensuite des équipes pour faire le dernier Skyrim. Au lieu de cela, nos éditeurs ont continué à s'orienté vers le jeu d'aventure, totalement 'has been'. Inonder le secteur d'argent public ne rendra ni l'intelligence ni la créativité alors que même les MMORPG gratuits mondiaux battent de l'aile.

Mordrakheen  a répondu le 21/02/2013 à 8:45:

Vous êtes particulierement dur je trouve Un éditeur comme Ubi Soft a fait des choses originales qui ont cartonnés ( lapins cretins, assassin s creed...) et ont su racheter de bonnes licences porteurses ( red storm qui regroupe les jeux de la licence Tom Clancy, les princes of Persia ...)

Gamer  a répondu le 21/02/2013 à 8:56:

@Bastien faut arreter de dire des c..... les plus grosses ventes actuelles en matiere de jeux video: Assassin Creed (jeux d aventure n est ce pas) est d un studio Francais Ubisoft, Metal Gear Solid, Gear Of Wars.... non le jeux d aventure n est pas has been.... les MMORPG gratuits mondiaux battent de l'aile cette assertion aussi est completement fausse il y en a jamais eu autant de Free to play, c est meme un des problemes y en a tellement que c est fini le temps ou tu restait 3/4 ans sur un MMO, fini le temps de DAOC, EQ 1 et 2, SWG..... le MMO grace ou a cause de wow plutot est devenu "tout public" et n a jamais genere autant de cash, Pour votre information sur les 5 MMO les plus joues en occidents 4 sont des Free to play.... Le dernier qui resiste mais qui compte aujourd hui les 3/4 de ses joueurs en Chine c est WOW avec Mist of Pandaria......

frost  a répondu le 21/02/2013 à 15:21:

Je pense qu'il parle dès jeux d'aventure genre Point&Click qui représentent 90% des productions françaises. Je veux que les petites boîtes n'aient pas assez de main d'oeuvre pour sortir des jeux AAA mais il y a quand même un minimum si on espère vendre. Surtout en voyant ce qu'arrivent à faire les développeurs indies.

Olive  a répondu le 21/02/2013 à 17:19:

En attendant lorsqu'on s'y connait on dit "graphismes" et non graphiques....