France TV : la publicité supprimée dans les programmes pour enfants ?

 |   |  452  mots
Les écologistes ont fait un coup de force, selon l'UDI Rudi Salles, en rétablissant par des amendements la version initiale du texte qui avait été vidé de sa substance en commission à l'initiative du groupe PS pour ne devenir qu'une simple demande de rapport sur l'impact de la suppression de la publicité.
Les écologistes ont fait "un coup de force", selon l'UDI Rudi Salles, en rétablissant par des amendements la version initiale du texte qui avait été vidé de sa substance en commission à l'initiative du groupe PS pour ne devenir qu'une simple demande de rapport sur "l'impact" de la suppression de la publicité. (Crédits : CC0 Public Domain)
La proposition, votée par le Sénat fin octobre, prévoit à partir du 1er janvier 2018 la suppression de la publicité commerciale durant les programmes de la télévision publique destinés aux enfants de moins de 12 ans. Le texte peut encore être modifié par le gouvernement et le groupe PS.

Vote surprise à l'Assemblée nationale. Les députés ont voté jeudi 14 janvier la suppression de la publicité dans les programmes pour enfants de France Télévisions, contre l'avis du gouvernement et du groupe PS opposé à cette proposition de loi écologiste en raison de la perte de recettes financières qu'elle entraînerait pour le groupe public.

Fleur Pellerin, la ministre de la Culture et de la Communication, a fait part de son vif mécontentement dans un communiqué:

"Je ne laisserai pas fragiliser le service public de l'audiovisuel, ses salariés, ses missions, son soutien à la création."

La proposition, votée par le Sénat fin octobre, prévoit à partir du 1er janvier 2018 la suppression de la publicité commerciale durant les programmes de la télévision publique destinés aux enfants de moins de douze ans, ainsi que durant les 15 minutes qui les précèdent et qui les suivent.

Budget tendu pour France Télévisions

"La situation financière de France Télévisions est préoccupante. Les recettes publicitaires ont diminué de 100 millions d'euros entre 2010 et 2014 et ce dispositif se traduira par un manque de 15 à 20 millions d'euros", a répété, en vain, au cours des débats Fleur Pellerin.

| Lire France Télévisions : Delphine Ernotte s'engage sur un objectif "déficit zéro en 2016"

Effet des publicités du secteur alimentaire sur les enfants

La rédactrice de la proposition, l'écologiste Michèle Bonneton avait argué que la jeunesse "pâtissait physiquement et psychologiquement d'une surexposition aux messages publicitaires".

Mais la communiste Marie-George Buffet exposait une vision plus complexe de la réalité :

"Les enfants de moins de 12 ans regardent principalement les chaînes privées TF1, M6 et Gulli. Les annonceurs du secteur alimentaire pour la catégorie Enfants investissent d'abord dans les chaînes privées : TF1 reçoit 83 millions d'euros, M6, 48 millions d'euros."

Marie-Georges Buffet concluait en jugeant "immoral" que ces chaines privées bénéficient d'une suppression de la publicité sur France Télévisions.

Le texte peut encore être modifié

L'adoption du texte a été possible en raison du faible nombre de députés socialistes présents dans l'hémicycle jeudi soir. Le texte n'a toutefois pas été adopté conforme, ce qui laisse la possibilité au gouvernement et au groupe PS de revenir sur sa suppression lors de la navette parlementaire.

Les écologistes ont fait "un coup de force", selon l'UDI Rudi Salles, en rétablissant par des amendements la version initiale du texte qui avait été vidé de sa substance en commission à l'initiative du groupe PS pour ne devenir qu'une simple demande de rapport sur "l'impact" de la suppression de la publicité.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2016 à 14:55 :
Encore un décision d énarque

Comme les enfants regardent tous Gulli ca ne changera rien sauf des pertes pour l ortf
a écrit le 15/01/2016 à 16:05 :
A quand une directive pour interdire les bandes annonces inappropriées aux heures de grandes écoutes?
a écrit le 15/01/2016 à 12:40 :
15 millions en moins comme budget ? Ben, en gros un euro de plus sur la redevance, on en aura une explication "solide" au lieu d'une indexation "bête" anonyme administrative. Tout le monde comprendra et sera (généralement) d'accord. Simple. Le Gvt veut la maintenir, mauvaise idée. Paraitrait que les moins de 12 ans voient de la pub sur leurs smartphones, j'ignorais qu'ils en aient si jeunes.
a écrit le 15/01/2016 à 12:20 :
comme quoi les ecolos ont quand meme du bon de temps en temps. dommage qu ils aient pour leader des Placé/Duflot

Sinon pour combler les pertes de recettes, FT n a qu a faire des economies: ne pas refaire les bureaux sans arret, reduire l utilisation des taxis ... pour prendre juste 2 ex de debordement connus dans la galaxie des medias public francais

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :